Madame, Monsieur, vous attendez un enfant. Vous l’imaginez comme ci, comme ça, il sera fort comme son papa, doué pour la musique comme sa mamie… A sa naissance vous en remettrez une couche : elle a de grandes mains, elle sera pianiste. Il a 4 ans et dessine parfaitement ses premiers bonhommes, quel artiste c’est un futur Picasso ! Elle a 6 ans et fait avec une facilité déconcertante ses première additions, elle  a la bosse des maths et sera une future Einsten !

 

Et bien ma fille à moi elle adore jouer à la marchande, je suis sure qu’elle sera une excellente caissière ! Mon fils est subjugué par le camion poubelle il sera éboueur, quand à ma petite dernière qui aime essuyer le sol je suis convaincue elle sera femme de ménage ! Mais qu’ose-je dire ?  Ces métiers là je me souviens lorsque j’étais petite étaient les métiers de la honte, ceux que je ne devait pas faire, ce que je finirai par faire si je ne travaillais pas bien à l’école, si je ne faisais pas ci ou ça. Mais du haut de mes 7/8 ans la dame de la caisse qui tapait sur sa caisse enregistreuse à une vitesse grand V (et oui à l’époque pas de scan) me paraissait grandement gentille et ultra supra forte avec ses doigts si agiles. L’éboueur qui sortait par tout temps je le trouvais très courageux surtout de résister à tant de mauvaises odeurs quand à la femme de ménage… Ma mère ne le faisait-elle pas le ménage tous les soirs et week-end, à astiquer et chercher le moindre grain de poussière ?

 

Pour la petite anecdote j’ai fait pire que caissière, éboueur ou femme de ménage aux yeux de mes parents : je suis femme au foyer.  FEMME AU FOYER. Le gros mot.  En bref je ne suis pas la fille qu’ils imaginaient et pourtant ils m’aiment. Des parents imparfaits qui aiment leur fille imparfaite. Une fille imparfaite devenue mère. Une mère qui aime ses enfants parfois si délicieux et d’autres fois…

 

Faire le deuil de l’enfant rêver : un garçon au lieu d’une fille (A la mère Si ), un garçon manqué, un garçon efféminé, une fille sans goût… (Ilse), un enfant malade, un enfant handicapé (Maman Bavarde). Du léger au plus gave, faire le deuil de nos rêve et faire avec. S’adapter. Avec notre amour les aider à grandir, les aider à faire seul (Elodie) pour qu’ils deviennent ce qu’ils veulent, ce qu’ils peuvent être et non ce que nous rêvions.

 

Vert Citrouille, mère imparfaite de trois enfants presque parfaits…