Oui, le titre est totalement présomptueux. Car comment parler des risques, des répercussions, des recherches, des solutions, de l’accompagnement des enfants prématurés (et des parents de prématurés)  en un seul article? C’est juste impossible.

C’est pour cela qu’aujourd’hui, je voudrais donner des pistes, des liens, …pour que qui veut poursuivre son questionnement puisse le faire comme il lui convient.

La prématurité, qu’en sait-on? Voici un extrait du rapport  d’activités 2009 de l’association prem’up:

« Pour la première fois, les Français ont été interrogés sur ce qu’il savent et pensent de la prématurité. Commandité par la fondation, le sondage, réalisé par l’institut CSA en septembre 2009, révèle que leurs préoccupations et leurs inquiétudes sont directement liées à leur proximité personnelle avec ce phénomène. Les résultats soulignent également qu’une femme sur deux en âge d’avoir un enfant se sent concernée par la prématurité, mais que leur connaissance est limitées sur les facteurs déclenchant une naissance prématurée et sur les pathologies de la grossesse. »

Je n’ai pas été touchée, ou de loin, par la prématurité .

Mais lorsque j’ai été conviée à une table ronde organisée par les Ptites Pousses by Pampers, avec l’éminent professeur Dehan, j’y suis allée, par envie d’en savoir plus, de pouvoir amener ce sujet en connaissance de cause. Parce que j’ai eu cette impression, vérifiée par la suite, que la prématurité concernait de plus en plus de femmes.

Alors cet article (super sérieux pour une fois :) ) ne fera que lister des faits avérés. Je compte sur vous, lecteurs fidèles ou de passage, pour apporter vos questionnements, vos témoignages et vos prolongements à ce sujet, si vous y tenez bien sûr…

La prématurité, c’est quand?

C’est à partir de 37 semaines d’aménorrhée (avant 8 mois). Pour info, une grossesse à terme se situe à 41 SA. La prématurité moyenne, c’est une naissance entre 33 et 37 SA. On parle de grande prématurité entre 28 et 33 SA. (avant 7 mois.)

La prématurité, c’est qui?

55 000 prématurés par an en France (un peu plus de 6% des naissances), dont 15 000 grands prématurés. (dont 2250 décès, chaque année.)

Une augmentation de 15% des prématurés en 10 ans.

L’augmentation de la prématurité, c’est dû à quoi?

– les grossesses tardives.

– la fréquence des grossesses multiples.

– les accouchements provoqués avant terme pour protéger la santé de la mère et du bébé.

La prématurité, ça donne quoi?

« La prématurité peut être source de séquelles dont certaines perdureront toute leur vie : 10% des grands prématurés sont atteints d’une déficience motrice à l’âge de 5 ans et 12% sont atteints de déficiences intellectuelles au même âge. »

Les organes les plus vulnérables d’un nouveau-né prématuré sont ses poumons et son cerveau.

(propos recueillis sur le site prem’up.org)

La prématurité, comment la prévenir?

On peut lutter contre la prématurité, en dépistant les grossesses à risques.

« Les grossesses à risque peuvent entrainer un accouchement prématuré et implique le transfert de la maman dans une maternité bénéficiant de tous les équipements qui permettront d’accueillir au mieux le nouveau né prématuré. Sur toutes les naissances prématurées, on considère qu’il y a 35% de prématurité induite, c’est à dire provoquée par une pathologie maternelle (50%) ou foetale (50%).« 

Et après la naissance?

Les recherches tendent à prouver qu’un accompagnement des enfants, mais aussi des parents, est plus que nécessaire. Les parents participent de plus en plus activement aux soins.

Des actions de plus en plus précises sont menées. La fondation Prem’up a ciblé ses recherches sur trois axes:

– Améliorer les pratiques de soins auprès des nouveaux nés prématurés.

– Prévenir les handicaps graves liés aux lésions cérébrales.

– Prévenir l’avenir respiratoire des prématurés.

Pour en savoir plus, pour aider la recherche, pour soutenir les actions menées:

le site de la fondation Prem’up

l’INSERM

Bébépréma

Prématurité.com

Maman Bavarde.