La fille de sa mère, la mère de sa fille : la valse des rôles {mini-débrief}

Devenir mère, un sacré moment dans la vie d’une femme non ?
Redéfinir des lignes, écrire de nouvelles pages et… changer de rôle. On n’est plus la « fille de » mais on devient la « mère de ».
Et on bouge aussi les lignes pour d’autres personnes : notre mère devient « grand-mère »… Une nouvelle relations se tisse alors avec la maternité. Et parfois les rôles s’entremêlent. Ilse nous parle de comment on peut devenir une « meilleure » fille en devenant mère. Si l’on apprend un nouveau rôle, on voit celui de notre mère – que l’on peut juger souvent très durement en tant qu’enfant et d’autant plus en tant que fille – d’un tout autre œil. On se dit parfois, avec le temps, combien on a été dur et combien ce n’est pas facile d’avoir été mère, notre mère. Qu’elle a fait comme elle a pu. Les relations mère-fille peuvent alors changer, dans le bon sens du terme, à l’occasion de la naissance de son enfant. On voit parfois un rapprochement du fait que mère et fille partagent désormais quelque chose en commun, comme si la hache de guerre pouvait enfin être enterrée. Comme si mère et fille était enfin à égalité à travers ce rôle qu’elles expérimentent toute deux. Comme le raconte Ilse, on se dit parfois alors : « Elle avait raison de m’interdire si ou ça ». Ou encore « elle a voulu le meilleur pour moi même si cela me paraissait injuste sur le moment ». Cela peut même nous amener à nous interroger sur l’éducation que l’on souhaite donner à sa propre fille. Faire pareil, transmettre les mêmes valeurs ou idéaux.

Ou au contraire éviter les erreurs que notre mère a pu commettre et que l’on ne veut pas faire avec nos filles… Pour ma part, j’espère instaurer une discussion avec ma fille durant toute sa vie, discussion que j’ai entamé à sa naissance, en lui parlant. Le moment où je pense ne pas avoir le droit de faillir : la puberté. Je ne VEUX pas faillir. La puberté, c’est le moment où sa fille devient femme et où l’on doit l’accompagner dans cette nouvelle vie qui s’annonce, lui livrer quelques secrets que les femmes se transmettent de génération en génération, une accointance précieuse que l’on pourra entretenir tout la vie durant. C’est d’ailleurs Marie Wolf qui nous invite à la réflexion dans son billet « parler de la puberté avec sa fille » notamment lors des premières menstrues. Un moment que j’estime délicat, essentiel dans la vie d’une jeune fille. J’ai manqué de la présence de ma mère à ce sujet, je l’ai vécu comme une honte et comme l’entrée dans la concurrence avec ma mère… Cela reste un pénible souvenir. Et j’espère que cela sera différent avec ma fille, si elle souhaite partager cela avec moi. Mais je pense effectivement que plutôt qu’une discussion, la parole doit être instaurée au long cours, dès que possible et sur tous les sujets avec son enfant. Il me semble que cela est une démarche globale à mon sens. Surtout sur la question de féminité, surtout pour moi pour qui la question n’est pas vraiment évidente. Se détacher des codes que l’on nous a inculqué, mais aussi ceux que la société nous impose. Bref, je vous invite à lire ce billet lui aussi passionnant et les commentaires qui complètent bien la réflexion sur ce sujet passionnant et qui ouvrent de nouvelles pistes.

D’ailleurs, en parlant de code, l’allaitement semble en déranger pas mal si l’on en croit la polémique qui a agité la toile la semaine dernière au sujet d’une femme qui s’est gentiment fait sortir manu militari pour avoir allaité dans une boutique de la célèbre marque cosmétique Mac. On croit rêver ! FloLaSouricette rebondit sur cet incident plus que choquant dans son billet qui prône l’allaitement, oui, mais pas en restant cloîtrée chez soi ! Cet acte si naturel, ne l’est pas du tout pour la majorité des gens. Selon les propos rapportés, la gérante de la boutique aurait même précisé que si cela avait été un biberon, cela n’aurait pas posé problème. Les bras m’en tombent : ce qui semble accepté par les codes, c’est bien l’artificiel ! L’allaitement existe depuis la nuit des temps. Comment en est-on arrivé à être à ce point choqué par un sein donné à un enfant ? Le sein n’est pas qu’érotique, il est aussi nourricier sacre bleu ! Et comme le dit Flo : plus on allaite en public, plus cela rentre dans les mœurs sociétales, et plus cela incite nos paires à trouver cela normal, et à elles-mêmes faire naturellement le choix de l’allaitement.
Et de préciser – non très judicieusement – que la société n’étant pas à un paradoxe près crie au scandale pour un sein nourricier quand la nudité et l’érotisme s’affiche partout pour vendre n’importe quoi… Hum. Là encore, ce débat dépasse la simple question de l’allaitement, mais bien – comme le sujet des menstrues – la considération du corps de la femme.
Quoi qu’il en soit, je pense que cet apprentissage avant de passer par la société commence aussi par nous, les mères, avec nos propres filles : même si je n’ai allaité que trois mois, je répète à ma Zouzou que quand elle est née, je lui donnais mon sein, que je lui donnais mon lait, que les seins des mamans sont faits pour ça. C’est primordial qu’elle le sache. Et j’espère, si ma fille choisit d’être mère, que je lui aurais transmis ce qu’il faut pour qu’elle ne se pose même pas la question du mode « d’allaitement » de son enfant. Mais surtout : être là pour la soutenir.

Kiki the mum

2 réflexions sur “La fille de sa mère, la mère de sa fille : la valse des rôles {mini-débrief}

  1. Merci Kiki de ton mini-débrief!!! J’avoue que j’espère un peu que ce thème des relations mère-fille en inspire quelques unes…!!C’est tellement riche et questionnant!!!
    Minuscule détail… je crois que tu as oublié dans la foulée la contribution de Flo la souricette sur l’allaitement en public…parce que finalement notre vécu par rapport à l’allaitement dépend aussi en partie de ce que nous a légué notre mère… ou alors c’est moi qui yoyotte…?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.