Ainsi va la vie… [mini-debrief]

 

Lorsque j’ai lu le sujet du mini-debrief que Madame Déjantée me proposait je n’étais pas très inspirée.  » En quoi notre rôle d’éducateur peut nous amener à nous libérer de nos soucis de parents et/ou nos soucis d’anciens enfants?  » …

 

Trop d’émotions dans ce sujet. Remonte à la surface des brides de mon enfance, des incompréhensions, des choix éducatifs que mes parents ou mes proches ne comprennent pas toujours… Comment aborder ce sujet sans parler de moi, sans parler de ce qui fâche, sans parler de remise en question, de conflits, de sentiments parfois un peu douloureux. Difficile… Surtout que les articles que je dois aborder me … « confusent ». Un mot qui n’existe pas créer de toute pièce par la Citrouille que je suis, mais qui pourrait être un mélange entre émotions et incompréhensions.

 

Le premier article à me « confuser » fut celui de Clem la Matriochka, qui aborde avec beaucoup de retenue et de sensibilité ce qu’elle souhaite transmettre à ses enfants. Elle y parle d’elle, de ses attentes, de sa vie, de ses joies, de ses peines, le tout saupoudré d’extraits du livre d’Isabelle Filliozat, Au coeur des émotions de l’enfant. Et tout comme elle j’aime beaucoup ce passage :

 

« Un parent empli de joie intérieure la transmet à ses enfants, et c’est le plus bel héritage qu’ils puissent recevoir.

C’est en augmentant le niveau de joie dans les familles et dans les écoles que nous pouvons accompagner nos enfants sur une route de croissance et de plaisir de vivre.

Il suffit d’un rien. Une pâquerette, un marron par terre, un pâté de sable, un petit cadeau surprise, des bougies pour le dîner, un lancer de ballons, des bulles… de l’amour, de la tendresse. »

 

La joie. La joie simple, trouver le bonheur dans les petites choses de la vie et prendre le temps de les savourer. Voir ce que parfois le « je suis pressée » ne nous permet pas. Prendre plaisir à être en famille, à jouer avec ses enfants, à s’asseoir et papoter, écouter les histoires abracadabrantes de sa grande ou observer son petit dernier ouvrir et refermer le couvercle de la boîte une bonne vingtaine de fois. Laisser le temps à ses enfants… Le temps de patouiller, d’expérimenter, de découvrir le monde qui les entoure, à leur rythme, tranquillement c’est ce dont nous parle Muuuum dans son article « l’enfance libre ». Un enfant libre ? Ces deux mots sont-ils compatibles ? Notre éducation, nos peurs nous rendent parfois trop protecteur, trop professeur. La peur qu’il ne tombe, la peur qu’il ne sache pas, la peur qu’il n’y arrive, la peur qu’il ne s’intègre pas… Notre vécu, nos espoirs, les émotions se mêlent, s’entrechoquent.

 

C’est ce dont nous parle Maman Dragon. Elle nous présente une vidéo d’Ingrid Van den Peereboom qui témoigne de ses allaitements et quels rôles ils ont eu dans sa relation à sa mère. L’allaitement si simple et naturel ? En théorie il l’est car le lait maternel est bien la nourriture la plus approprié à notre enfant nouveau-né mais en pratique les choses ne sont pas toujours aussi simple. C’est ce dont nous parle Lune de Sable en revenant sur les premiers jours de son allaitement. Entre les positions à prendre ou ne pas prendre, le temps des tétées, la distance entre chaque tétée, les courbes de croissance de bébé, l’âge théorique du sevrage… On en oublierai presque que nous ne sommes pas des machines. Nous sommes toutes différentes, le ressenti de l’une ne sera pas celui de l’autre.

Lorsque je repense à mes allaitement je me souviens de l’odeur de mes enfants, d’être assise dans le canapé ou allongée dans le lit, de leur sourire, de les laisser chercher et trouver le sein, de leur caresser doucement leurs cheveux, de sentir des bouffées d’amour m’emplir, les laisser lâcher le sein une dernière goutte de lait dégoulinant sur leur menton, les prendre contre moi, un peu alangui de leurs efforts,  repus.  Je me souviens aussi des allaitements un plus insolites dans le canapé d’un magasin de meubles bien connus, dans l’écharpe de portage lors d’une visite de  château fort ou encore assise sur la plage les pieds dans le sable. En ce sens l’allaitement semble simple et naturel, mais ce serait oublier ce premier mois pas toujours évident où nos seins sont souvent douloureux où l’on apprend à connaître bébé.

Oublier les moments désagréables pour ne s’accrocher qu’aux bons. Lorsque je regarde mes enfants je ne pense pas aux douleurs de l’accouchement, aux seins gonflés, aux crevasses, au manque de sommeil, aux sols à éponger, je vois une grande sœur déguisant son petit frère d’une tunique de sa maman, d’un gilet, d’une serviette et d’une couverture, direction le pôle Nord… des enfants débordant de vitalité, rieurs, des enfants pleins d’imagination.

Une bouffée d’amour m’emplit.

« Il suffit d’un rien. Une pâquerette, un marron par terre, un pâté de sable, un petit cadeau surprise, des bougies pour le dîner, un lancer de ballons, des bulles… de l’amour, de la tendresse. »

Vert Citrouille

 

3 réflexions sur “Ainsi va la vie… [mini-debrief]

  1. Merci sincèrement de ton mini débrief!!!! et toutes mes excuses si je t’ai embarrassée avec ce sujet… je crois de tout coeur qu’il nous remue toutes un peu, certes à notre manière et avec des intensités variables mais, tout de même…
    Les enfants nous remuent mais les enfants nous guérissent aussi, sans même s’en apercevoir…
    Bravo en tout cas pour cette émouvante synthèse…

  2. J’en ai les larmes aux yeux :)… Ta conclusion est particulièrement vraie : on oublie la douleur, les réveils en pleine nuit, la fatigue dès qu’on parle de notre bout de chou avec Brice. Quand on nous demande s’il « est facile », on dit oui, sincèrement, joyeusement… Parce qu’on sait que notre dragon est une merveille et qu’on aime l’épreuve qu’il représente, comme autant de preuves d’amour que nous pouvons lui donner…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.