Couche ou pas couche?

Quand j’ai lu « Utiliser des couches avec modération ? » dans l’écolo-mag de mars-avril, j’ai eu envie de vous en parler. Je n’ai pas d’enfants mais j’aime l’idée des couches lavables pour le côté écologique alors le titre de l’article m’a interpellé : qu’est ce qui peut permettre d’utiliser moins de couches? L’hygiène naturelle infantile.
J’en avais vaguement entendu parler comme un des thèmes possibles du maternage mais je ne savais pas exactement de quoi il s’agissait.

mumaddict avait déjà abordé le sujet ici et mais je ne l’avais pas encore lu.

 » C’est le fait de se mettre à l’écoute des besoins d’élimination de son bébé, et donc de lui proposer de faire ses besoins au-dessus d’un pot, des toilettes, ou tout autre endroit adapté. « 

J’avoue que ça me parait un peu délicat. D’accord, l’enfant – même bébé – exprime ses besoins mais est-ce que le parent comprend ? J’imagine que ce n’est pas toujours le cas.

 » Pour le parent, c’est aussi la fin de la corvée du nettoyage de fesses pleines de selles, d’autant plus que les selles sont généralement ce que les parents arrivent le plus souvent à repérer : les « accidents » de selles sont donc souvent rares. Pour les parents comme l’enfant, ce sont enfin des érythèmes fessiers évités. « 

C’est vrai que vu comme ça, c’est intéressant.

L’article propose de s’y mettre en été, il fait chaud donc pas de souci pour laisser bébé fesses à l’air. On a le choix aussi de mettre des couches entre les « propositions » – moments ou on mettra bébé au dessus du pot/wc – et de le faire jour et nuit ou juste le jour. Il semble que les enfants avec qui on pratique la HNI la nuit arrêtent plus tôt d’avoir besoin la nuit (aussi).

Il peut y avoir des périodes où ça ne marche plus. Pas de panique, c’est peut être juste que l’enfant est concentré sur un autre apprentissage.

Je trouve l’idée intéressante, peut être à faire quand disponible – en vacance l’été par exemple – pas seulement pour diminuer l’utilisation des couches mais aussi peut être pour accompagner l’enfant vers l’autonomie sans couches d’une nouvelle manière (que le traditionnel pot)

Publicités

22 réflexions sur “Couche ou pas couche?

  1. J’ai vu il y a un moment déjà un reportage sur le sujet et j’étais admirative devant cette maman tellement à l’écoute de son enfant. Ce fonctionnement me semble tout à fait naturel et sûrement bien plus confortable pour l’enfant. Je me suis d’ailleurs demandé comment faisaient les femmes d’un autre siècle; sûrement un peu comme ça????
    De mon côté je ne me sens pas encore prête pour cette pratique, j’ai du mal à mettre mon 2 ans sur le pot pour qu’il devienne propre alors mon tout petit… ce sera peut être pour le prochain ;)))

  2. Pour ma part, cela me semble surréaliste. Je suis une mère que l’on peut quallifier de maternante car je porte mon fils et je continue à l’allaiter à presque un an. Mais il faut être réaliste: être à l’écoute des besoins de son enfant c’est extrêmement fatiguant alors si on ajoute le fait de devoir repérer les selles et les pipis, on n’en finit plus. Parce qu’il ne faut pas oublier qu’un bébé ça régurgite aussi, et ça a des coliques, et ça tombe malade et la nuit ça ne veut pas dormir; tout ça demande énormément d’attention déjà.
    Et quant aux selles à ne plus nettoyer, qu’en est-il lorsque l’on rate le moment et que les selles se retrouvent…ailleurs que dans le pot?
    ça me paraît extrêmiste comme truc, mais c’est juste mon opinion.
    Mais ça m’intéresserait assez d’avoir des témoignages de parents qui y arrivent.

  3. L’idée est intéressante, en effet, mais la pratique… Je ne me suis jamais trop penchée sur la question, car l’idée me rebute. Être à l’écoute de mon enfant oui, mais l’HNI, vue de loin me parait être un peu de « l’esclavage »… Et me parait aller en faveur de tous les gens qui critiquent le maternage en pronant le retour de la femme au foyer…
    Ce que tu proposes dans ton article me parait intelligent: essayer l’été, quand on est en vacances, disponible, et qu’on peut laisser bb fesses à l’air.
    Après, c sur que changer les couches toutes les 3 h quand on a un nourrisson, c un peu de l’esclavage aussi…
    Pour ma part, jamais eu d’érythème fessier en 14 mois chez ma fille :) -dont 13 mois de couches lavables! Aujourd’hui, j’arrive à voir quand elle veut aller à la selle, c très prononcé! Elle le fait d’ailleurs souvent quand on la change et qu’elle a les fesses à l’air ! Mais toute petite, c’était plus dur à voir.

    Je reste à l’écoute car je suis assez perplexe.

  4. Pingback: #VI Juste parce que j’en avais envie « Ma tanière… My den…

  5. Moi elle n’a qu’un an et j’ai trop envie de lui acheter un pot tellement elle est dégourdie … Mais comme elle a envie d’aller partout et de marcher j’ai peur qu’elle ne veuille pas rester sur son trône. Enfin je y penser sérieusement.

  6. Pour l’injonction d’utiliser moins de couches, on peut éviter de changer bébé à chaque urine.

    Je pense que c’est un projet de couple avant tout, la mère ne peut pas tout faire (et si tu confies ton bébé, la personne qui le garde doit-elle pratiquer l’HNI aussi ?). Par exemple, chez nous, on utilise des couches jetables compostables (et hors de prix) car le père n’est pas chaud pour le lavable et il est hors de question que je gère seule cette partie.
    Et très très peu d’érythème fessier en 17 mois (genre 2 fois) grâce à ces couches avec moins de produits chimiques.

    « Je me suis d’ailleurs demandé comment faisaient les femmes d’un autre siècle; sûrement un peu comme ça???? »
    => non elles emmaillotaient les bébés et changaient les langes (lavables, donc) de temps en temps

    Pour l’HNI, en théorie, c’est intéressant.
    Ma principale question est : peut-on le faire à temps choisi ? Genre quand bébé est avec ses parents, et le reste du temps qu’il porte des couches ?
    J’ai en fait plein de questions sur le sujet, et je n’ose pas aller dans des forums spécialisés.
    Du coup, c’est plus simple en été, et si on veut commencer en hiver, comment ça se passe ?
    Quand l’enfant est assez grand pour se poser sur le pot, faut-il qu’il sache ôter sa couche seul ?

    • L’auteure de l’article témoigne de son expérience en fin d’article et dit « C’est comme ça que je suis entrée dans l’aventure de l’HNI, de temps en temps lorsque j’étais disponible avec mon second enfant, et dès la naissance et en permanence avec mon 3ème petit.  » donc je suppose que tu dois pouvoir le faire seulement quand tu es disponible.
      Pour les enfants plus grands, aucune idée!

    • Des réponses tes interrogations dans l' »Art d’accommoder les bébés », la partie sur la propreté… Je peux envoyer des extraits si ça vous tente de le commenter… cf. mon commentaire plus bas..

  7. Tient, j’ai un peu « zappé » cela mais voilà la biographie de l’auteure de l’article:

    « Mère de 3 enfants, Carine Phung a créé le magazine Grandir Autrement, dont elle a été la rédactrice en chef jusque récemment. Elle est aussi l’auteure de Conseils et astuces pour élever son enfant sans couches (ou presque !), paru en 2008 aux éditions Le Souffle d’Or, et a supervisé le Guide des couches lavables et autres alternatives aux jetables édité par Grandir Autrement. Elle aime particulièrement écrire des articles autour de l’éducation alternative, l’alimentation vivante et les différentes thérapies. »

    Son livre doit être intéressant pour ceux qui se posent plus de questions et n’hésitez pas à lire les deux articles de Mumadict indiqués dans mon article, ils vous éclaireront surement.

  8. Je trouve l’idée intéressante. (pas de couches, ça laisse rêveuse non? XD) J’ai fait un peu avec Surprise, à un moment où il faisait un beau gros érythème fessier. Je l’ai donc laissé les fesses à l’air quelques jours. Pour les selles, c’est vrai quand étant un minimum attentive, on les « voit arriver » et on a le temps de mettre petit bout au dessus du pot. Mais pour les pipi, je les ratais tout le temps. La serpillère était ma grande amie alors.
    Bref, je me suis quand même découragée, car il faut être tout le temps attentive à son bébé et que ça ne laisse pas vraiment la possibilité de faire autre chose (genre vaisselle ou cuisine par exemple, je ne parle même pas de lire…)
    Peut être que je retenterais pour le prochain bébé.

  9. Merci beaucoup de ta contribution!!! Pour ma part, la seule question qui me taraude est de savoir quelle est dans l’HNI la part d’attention aux « signaux » de l’enfants et la part de « conditionnement » de l’enfant lui-même aux « signaux » (même inconscients) de ses parents (stress éventuels mais aussi mise sur le pot, encouragement verbaux,etc…) . Je doute fort, vu les capacités d’apprentissage d’un enfant que l’un aille sans l’autre… Mais alors du coup, quelle différence identifier avec les formes de « dressage » qui étaient préconisées au début du siècle (cf. l’extrait que je propose en réponse au commentaire de Mère Geek)…?? D’ailleurs qui le veut me fait signe!!!

  10. J’ai longtemps eu l’impression que l’HNI était un truc beaucoup trop compliqué et trop contraignant pour nous, voire un peu « extrême »… mais récemment j’ai rencontré quelques mamans qui pratiquent l’HNI et ça m’a un peu fait revoir mon point de vue, c’est pas impossible que je m’y mette en cas de N°3, en tous cas partiellement… (parce que oui, tous les parents que j’ai vu faire ça mettent des couches à certains moments, et pas de couches à d’autres)

    Un truc qui m’a interpellée notamment était de voir une petite fille de même pas 5 mois pleurer parce qu’elle voulait faire pipi, et que sa mère a mis un moment à capter que c’était ça. La petite fille avait une couche, et n’a néanmoins pas fait pipi dedans. Je me suis demandée du coup si les enfants qui ont le choix entre être dans une couche humide ou ne pas avoir de couche ne préfèrent pas éventuellement la 2ème solution ?
    Et je me suis dit aussi que cela ne semblait pas forcément demander une attention si « poussée » puisque visiblement certains bébés patientent jusqu’à ce qu’on comprenne lol

    Pour ce qui est de la différence avec le « dressage à la propreté », il me semble que l’HNI ne pose pas particulièrement d’exigence en termes d’apprentissage de l’enfant justement, c’est plutôt au parent que revient la responsabilité de faire attention aux signaux de l’enfant pour proposer le pot au bon moment. Il me semble que c’est quand même pas la même approche…

  11. vraiment le principe de base de l’hni c’est d’être à l’écoute de l’enfant, de sa demande. En ça, pour ma Dragonne l’usage des signes a été génial car elle ne parlait pas mais signait. Et ensuite plus le parent percute, plus l’enfant va « se dire » que si ses parents percutent, alors il peut profiter de ça et effectivement manifester ses besoins. Et du coup vu que le parent percute, que l’enfant sait que le parent percute, alors effectivement petit à petit l’enfant prendra conscience de ses sphincter et cie… l’idée selon laquelle l’enfant n’a pas conscience de ses sphincters date des 50’s d’après une étude de … Pampers… tiens ? intéressant ;) .

    Et donc ça n’est pas du dressage mais de la communication surtout. Si l’enfant n’est pas d’accord, on ne peut pas imposer… ma fille avait eu des périodes où elle ne voulait plus aller sur le pot, ben on remettait des couches, et quand elle a nouveau manifesté son envie d’aller sur le pot/wc, alors on recommençait et voilà :D .

    Ceux qui font ça d’abord dans le but d’avoir moins de boulot, c’est clairement se mener à un plantage total… si le but initial principal n’est pas la communication et l’écoute, c’est rapé. Après c’est clair c’est pratique quand un enfant ne fait plus caca dans les couches, mais c’est une conséquence.

    Et le truc de l’attention à avoir, c’est pas fatiguant en soit… avec mon dragon d’1 an, on a moins le temps d’être attentifs mais s’il est les fesses à l’air ça m’arrive souvent de me dire « il va faire pipi là ! » et il fait pipi avant que je dégaigne le pot car j’ai pas pensé à le prévoir ;) .

  12. Moi j’y ai sincèrement pensé – jusqu’à la naissance du bébé… Ensuite je me suis complètement laissée débordée et les couches lavables / HNI sont complètement sorties de mes préoccupations… Déja qu’avec les couches jetables j’avais du mal à suivre (bin quand même 12 cacas par jours quoi). Mais je regrette de ne pas avoir reassayer passé les 1er mois quand la « production » est moins… enfin plus gérable quoi!

  13. C’est un sujet qui m’intrigue. D’un point de vue admiratif et sceptique à la fois. Admiratif de celles qui arrivent à le mettre en place, qui se font assez confiance pour se lancer etc. Et sceptique parce que j’ai du mal à voir la compatibilité avec le mode de vie moderne. En été dans le jardin ? Oui ça semble facile comme ça, au pire c’est l’herbe qui prend. En hiver dans le salon ?

    • Je me pose les mêmes questions!
      J’ai mis deux liens en début d’article vers des articles de mumaddict donc un est un témoignage d’une maman qui le pratique, ça répondra peut être à tes interrogations?

    • dans le salon, si on évite les tapis et autres trucs en tissus, ce n’est pas vraiment gênant un petit pipi par terre. Nous avions du parquet et c’est très vite essuyé avec un lange. Un truc qui m’a beaucoup rassurée c’est que le pipi est stérile quand il sort…
      et je ne me souviens pas de selles par terre, nous arrivions toujours à temps au pot, bébé savait attendre dès 2 mois au moins 15 secondes pour y aller.

  14. Pingback: L’écoute des besoins des enfants [mini-débriefing] « Les Vendredis Intellos

  15. bonjour,

    ici nous avons testé pour mon 1er, et j’ai bien aimé. Il ne s’agit nullement de dressage, et ça libère quand même des couches même si nous les avons aussi utilisées, je trouve ça bien plus agréable de se mettre à l’écoute et de faire faire pipi dansle ppot que de changer très régulièrement les couches, surtout qu emon fils ne tenait pas allongé sur le dos plus de 3 secondes dès 4 mois…

    en fait mon fils a refusé l’hni dès qu’il a vadrouillé soit à partir de 8 mois, donc nous avons fait avec des couches, mais plus tard nous nous sommes rendus compte que ce n’était pas perdu : mon fils est continent la nuit depuis ses 5 mois, et pour la continence de jour, ou plutôt la capacité à se dire ‘tiens il fauut que j’aille sur le popt faire pipi’, c’est venu dès qu’il s’y est intéressé.

    Je tiens à dire que j’ai pratiqué pas mal, le papa etait pas trop convaincu mais l’est devenu, bien que moins à l’écoute. Quand j’ai repris le travail et que lui le gardait, on l’a donc fait plus à temps partiel.

    Après, c’est aussi une école du lacher prise, l’HNI… car justement on écoute l’enfant, et souvent ça ne colle pas avec nos attentes. Si on a des attentes, ça ne marche pas, bébé le sent ! C’est aussi une bonne école pour apprendre à écouter son enfant, à entrer en communication avec lui. J’ai aussi appris qu’un pipi par terre c’est (déjà c’est stérile) , très vite essuyé, bien plus vite qu’une couche à changer et à laver. On n’a jamais eu de caca par terre je crois.

    je vous invite à lire les livres la dessus pour vos questions, c’est très bien écrit et expliqué, pour la différence avec le dressage, sur l’implication, etc.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.