On mourra quand on aura fini de vivre

Beaucoup de questionnement sur la mort cette semaine, et comment en parler avec des enfants. Parler de la mort d’un proche, ou évoquer un fait divers, ce n’est pas la même chose. Un éclairage de Françoise Dolto, dans Lorsque l’enfant parait (1).

Quand viennent les premières questions

Ils l’abordent en même temps qu’ils abordent la différence sexuelle, par des questions indirectes : « Est-ce que tu vas mourir vieille ? » par exemple, ou : « tu es déjà très vieille ? – Très vieille, non ! Pas autant que telle ou telle personne, mais je suis assez vieille, c’est vrai – Et bien alors, tu vas bientôt mourir ? – Je ne sais pas. Nous ne savons pas quand nous allons mourir. »

Les enfants questionnent sans angoisse à propos de la mort jusqu’aux environs de sept ans. Ils commencent à se poser la question vers trois ans, et je le répète, sans angoisse. Il faut leur parler de la mort, justement. Et, d’ailleurs, ils la voient. Il y a des gens qui meurent autour d’eux, des enfants qui meurent autour d’eux.

On va bientôt mourir ?

Je crois qu’on peut toujours répondre à un enfant : « Nous mourrons quand nous aurons fini de vivre. » C’est drôle à dire, mais c’est vrai. Vous n’avez pas idée de ce que cette parole rassure un enfant. Lui dire « Sois tranquille, tu ne mourras que quand tu auras fini de vivre. – Mais je n’ai pas fini de vivre ! – Et bien, puisque tu vois que tu n’as pas fini de vivre, tu vois que tu es bien vivant ! »

Ca ne regarde pas les enfants

Si quelqu’un de la famille meurt, il est important de ne jamais priver un enfant de la nouvelle de cette mort. Il perçoit l’expression changée des visages familiers. Ce serait grave, étant donné qu’il aimait cette personne et qu’il est inquiet de cette absence, qu’il n’ose même pas poser la question. En même temps, ne pas lui dire, c’est le traiter comme un chat ou un chien, l’exclure de la communauté des êtres parlants.

On voit bien là que Françoise Dolto intervient à une époque où ne parle pas de tout ça dans les familles, et surtout pas aux enfants. Pour ne pas les inquiéter, au mieux, parce qu’on ne les considère pas comme des êtres intelligents, au pire.

Je me souviens encore très bien de ma perplexité devant le gros mensonge du non-décès de mon arrière grand-mère. J’ai demandé inlassablement pendant des mois quand on allait la voir à l’hôpital, et puis j’ai du comprendre par moi-même. Je ne crois même pas que c’était parce que ça faisait trop de peine à ma famille d’en parler, c’était comme ça, on n’en parlait pas aux enfants.

Aller au cimetière

Et bien, ce petit, il fallait seulement lui expliquer que sa grand-mère était morte et l’emmener au cimetière pour vois où vont les corps des gens qui sont morts. Mais parler du cœur qui aime, qui lui, n’est pas mort, tant qu’il y a des gens qui se souviennent de ceux qui ont aimé.

Au décès de mon grand-père il y a trois ans, j’ai dit clairement les choses à mes deux filles, la petite dernière n’avait qu’un an. Mais comment réagir quand mes filles m’affirmaient que mon grand-père n’était pas mort, puisqu’il était au ciel, alors qu’il n’y a aucune croyance religieuse ! Après de longues discussions sur les gens qui ne veulent pas dire le mot « mort » parce que ça leur fait trop de peine, nous nous sommes baladées dans des cimetières, avons lu les noms et prénoms sur les tombes, et tout a pris un nouveau sens. La mort, c’est irréversible et « matérialisable ».

Elodie, du blog Conseils éducatifs

4 réflexions sur “On mourra quand on aura fini de vivre

  1. Merci beaucoup de ta contribution!!! Cela faisait longtemps que je pensais qu’il serait intéressant d’aborder le sujet du rapport des enfants à la mort: merci vraiment de t’être jetée à l’eau!!!
    Je suis mauvaise conseillère en la matière dans la mesure où j’ai eu un enfant qui n’a jamais posé de questions « sans angoisse » à ce propos… Je découvre avec les suivants que parler de la mort peut être simple du moment qu’on est sincère…
    Lorsque le grand père de Mr D est tombé très malade (il était très âgé), nous avons eu la chance de le voir la veille de son décès…Les enfants l’ont vu, je crois qu’il nous attendait…il était heureux de nous voir, nous étions heureux de sentir sa chaleur. Il a pris les enfants dans ses bras, nous avons beaucoup pleuré parce que les adieux c’est toujours triste mais nous avons appris avec lui que la mort pouvait être une chose normale, la fin d’une vie bien remplie… Lui était heureux de voir que la relève était assurée, nous étions heureux de le laisser partir en paix…

  2. Je crois qu’il faut parler de la mort quand l’occasion s’en présente.
    J’avais écrit cet article au moment de la Toussaint, période à laquelle nous allons avec nos parents visiter nos morts, et nous emmenons les enfants
    http://phypa.over-blog.com/article-parler-de-la-mort-87818107.html

    Sinon nous aimons bien cette boutade (à partager avec les enfants quand ils sont assez grands pour en rire) :
    « La vie est une maladie sexuellement transmissible et toujours mortelle »

  3. J’aime bien la formule, et elle va m’être très utile… Ici c’est ma grande de 4 ans qui se questionne beaucoup sur la mort, depuis que son ATSEM s’est absentée pour un décès dans sa famille. Je trouve que c’est arrivé finalement assez opportunément, car comme ce n’était pas quelqu’un de proche nous avons pu en parler sereinement et être vraiment disponibles pour parler de ça avec elle. Par contre je ne m’attendais pas du tout à l’intensité des émotions que cela lui fait vivre, ni à toutes ces questions…
    Le tout réactivé par les évènements récents, dont nous aurions préféré la protéger, mais bon…

    Elle semble très préoccupée à l’idée que nous mourrions un jour, et qu’elle se retrouve seule. J’ai (maladroitement sans doute) expliqué que nous mourrons probablement quand elle sera devenue adulte, qu’elle aura fondé sa propre famille, et que qu’elle n’aura plus autant besoin de nous. Le résultat, c’est qu’elle ne veut pas avoir d’enfants pour que papa et maman ne meurent pas…

  4. Pingback: Vouloir être une petite souris {Mini Débrief} « Les Vendredis Intellos

Répondre à mmedejantee Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.