Isabelle Filliozat nous accompagne dans la phase du « non »

La dernière émission des Maternelles (France 5) avait pour thème  « Phase du non : comment passer le cap ? ».

Et qui était présente pour répondre aux questions des mamans ? Je vous le donne dans le mile : celle qui est très appréciée par les neuroneuses, Isabelle Filliozat !

Evidemment, celles qui auront lu ses ouvrages, notamment « J’ai tout essayé », n’en apprendrons pas plus. Mais, pour les novices en matière « Filliozienne » ( j’aime bien les néologismes), les conseils prodigués dans l’émission sont vraiment utiles lorsqu’on ne sait pas comment se comporter face aux phases d’opposition de nos petits chéris ( pas si chéris dans ces périodes là !).

 

Ce qui ressort de la pensée d’Isabelle Filliozat c’est avant tout le fait que nos enfants ne font pas leurs crises pour nous faire ch* (passez moi l’expression, m’enfin j’ai déjà entendu certains parents le penser ) mais car ils ont du mal à canaliser ou exprimer leurs émotions. Et la phase du « non » est une période particulièrement propice à ces crises.

Comme à son habitude notre bonne Daphné ( Burki) a commencé par poser trois questions sous la forme vrai/faux avant de passer aux expériences des mamans sur le sujet et de les confronter à l’avis d’Isabelle Filliozat.

On retiendra de ce vrai/faux, que la phase débute généralement vers 18 mois et qu’elle peut ne durer que quelques jours si elle est bien gérée.

Cette phase serait une réponse à la phase du « non » des parents : en effet, à partir du moment où nos bébés commencent à plus ou moins bouger et à explorer le monde, on cherche à leur poser des limites par le « non », lors de la phase d’opposition ils nous imitent, donc.

Ce n’est pas parce que la phase d’opposition est évitée à 18 mois qu’elle l’est pour la vie ! Il est tout à fait possible de voir son arrivée au moment de l’adolescence.

Cette phase d’opposition ou phase du « non », apparaît généralement aux alentours de 18 mois et  peut ne durer que quelques jours si elle est bien gérer ou s’éterniser dans le cas contraire.

Une partie des crises de la période d’opposition est une façon, pour l’enfant de se décharger de l’excès de tension.

Il faut savoir, également, qu’ils ne peuvent pas comprendre la négation : dans l’expression « ne touche pas au placard » il faut comprendre ce que signifie « ne pas », « toucher » et « placard » or son cerveau n’est pas capable de concevoir ces trois items.

Ici, il va tenter de s’approprier la consigne sans comprendre la négation : toucher le placard ! C’est pourquoi il nous regarde en souriant. La solution c’est d’apprendre à reformuler : « laisse le placard fermé » ! Isabelle Filliozat nous rappelle que l’enfant à cet âge là adore respecter les consignes ( ça fait rêver, hein ?!) il suffit donc d’employer les bons mots !

Mettre en avant son individualisme, lui permettre de faire des choses par lui même est une façon de désamorcer la crise en amont. Notamment, en faisant en sorte qu’il dise »je » . Au lieu de lui ordonner : « met tes bottes », employer simplement le mot « bottes » juste pour qu’il pense à l’objet et qu’il prenne lui-même l’initiative de les mettre.

Une maman précise que son enfant n’est pas dans cette phase à l’extérieur. Ce serait tout à fait normal, la maman reçoit plus de « non » ( ceci est inversé lorsque c’est le papa qui est à la maison ) car elle est la figure d’attachement principal. Ici  l’enfant se dit : « Je vérifie qu’elle m’aime suffisament et qu’elle va m’accompagner dans cette phase ».

Egalement ce qui est plus surprenant : l’implication des colorants alimentaires dans les phases d’opposition ! Lorsqu’un enfant est confronté à une situation qui le met en tension l’alliance avec les additifs chimiques déclenche des crises. Pas besoin de punition (non !) ils ont besoin de notre aide. Dans ces périodes il est préférable de manger plus naturel en quelques jours tout devrait rentrer dans l’ordre.

Il peut être intéressant de s’isoler quelques minutes lorsqu’on craque face à une crise. Il est souhaitable de ne jamais isoler l’enfant dans sa chambre plus d’une minute par année d’âge.Toutefois, Isabelle Filliozat préfère éviter la solution de la punition, elle la trouve inutile car la colère réapparaîtra à un moment donné puisqu’on n’aura pas su régler le problème.

Enfin, le fameux exemple du supermarché : pourquoi un enfant fait une crise au supermarché ? Vous pensez sans doute que c’est un caprice, qu’il veut le paquet de bonbon ou le jouet qu’il a vu dans l’un des rayons ? Et bien non , un supermarché c’est l’enfer pour le cerveau d’un enfant : trop de sollicitations, trop de pression qui entraînent la crise. Pour l’éviter il faut canaliser l’enfant, concentrer son cerveau sur une seule chose. Par exemple, en lui donnant des tâches à remplir.

Je ne sais pas pour vous, mais moi Isabelle Filliozat m’a permis d’avoir un regard neuf sur les demandes des enfants. Non, un enfant ne cherche pas à nous enquiquiner lorsqu’il fait une crise ou lorsqu’il touche un placard alors qu’on lui a interdit en nous regardant droit dans les yeux. Non, il y a d’autres raisons, bien plus logiques à tout ça.

Isabelle Filliozat nous permet de nous interroger, de façon plus globale sur la façon dont on a tendance nous, les adultes à penser que les enfants raisonnent de la même manière que nous. Mais, c’est faux ! N’oublions pas que les enfants ont un cerveau de leur âge…

Sandy les bébous

 

 

Publicités

2 réflexions sur “Isabelle Filliozat nous accompagne dans la phase du « non »

  1. Merci beaucoup de ta contribution!!! Je n’ai pas encore eu le temps de regarder le replay de l’émission mais ça ne saurait tarder!!
    Je suis entièrement d’accord pour dire que la phase du non coïncide avec le début des désirs d’autonomie des enfants… j’ajouterai même qu’elle coïncide avec leur désir d’autonomie, désir souvent frustré par une motricité encore hésitante… je suis en plein dedans avec mon GPL..!!
    Je m’en vais de ce pas lire la suite chez toi!!

  2. Pingback: Et c’est qui le lion maintenant ? {Mini-débrief} « Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.