Moche et Gentil ? Impossible !

ill. Julie Faulques, rue des enfants

Avez-vous remarqué à quel point les vilains sont laids ?

Dans les vieux contes pour enfants, le méchant y est souvent représenté de façon négative. Il est souvent moche à faire peur. Ogre, vieille sorcière avec verrue sur le nez… Ne pas avoir été avantagé par la Nature et être gentil ne semble pas compatible.

Une personne belle physiquement et avec un fond noir comme du goudron, non mais quelle hérésie! A moins qu’il ne se soit travesti par je ne sais quel sortilège, masquant son véritable visage.

Mais pourquoi sont-ils aussi méchants et affreux ?

Bruno Bettelheim répond à la question dans Extrait de Psychanalyse des Contes de fées ( Robert Laffont, 1976 )  :

« Les personnages des contes de fées ne sont pas ambivalents ; ils ne sont pas à la fois bons et méchants, comme nous le sommes tous dans la réalité. De même qu’une polarisation domine l’esprit de l’enfant, elle domine le conte de fées. Chaque personnage est tout bon ou tout méchant. Un frère est idiot, l’autre intelligent. Une sœur est vertueuse et active, les autres infâmes et indolentes. L’une est belle, les autres sont laides. L’un des parents est tout bon, l’autre tout méchant.

[…]

Ce contraste des personnages permet à l’enfant de comprendre facilement leurs différences, ce qu’il serait incapable de faire aussi facilement si les protagonistes, comme dans la vie réelle, se présentaient avec toute leur complexité. Pour comprendre les ambiguïtés, l’enfant doit attendre d’avoir solidement établi sa propre personnalité sur la base d’identifications positives. »

Les histoires modernes pour enfants n’ont plus forcément ce schéma. Le méchant n’est pas toujours si méchant que cela.

D’ailleurs, dans le dessin animé « Moi Moche et Méchant« , Gru finit par être un bon gentil. Pareil dans MegaMind, le vilain n’est finalement qu’un adorable personnage qui cherche à exister d’une manière ou d’une autre. Même Shrek est un ogre gentil. Vous aviez déjà vu cela un affreux méchant qui devient un bisounours ?

Quant aux histoires d’aujourd’hui destinées aux enfants, elles abordent souvent un thème bien précis, ont souvent une morale, mais une absence totale du mal incarné.

Les contes classiques font trembler nos enfants, il active leurs peurs. Il parait que cela est nécessaire à leur développement. Pourtant certains parents choisissent volontairement de ne pas lire « La véritable histoire du petit chaperon rouge » à leurs enfants ou oublient de dire que le chasseur a tué une biche dans Blanche-neige puis a rapporté son coeur à la méchante reine en lui faisant croire que c’était celui de Blanche-Neige, pour ne traumatiser …

Cherchons-nous à préserver nos enfants ?

Mais finalement, les peurs sont toujours présentes et parfois, elles naissent de choses bien réelles vu ou entendu à la télé, dans les magazines ou en classe.

Alors ? Les contes classiques pour enfants tels que Hansel et Gretel, on continue de les lire le soir à nos enfants ou lirons-nous uniquement des histoires en mode quasi Bisounours ?

Si vous êtes curieux de connaître les questions de ma fille sur les contes de fées, venez faire un tour sur mon blog.

MissBrownie

Publicités

4 réflexions sur “Moche et Gentil ? Impossible !

  1. La laloutte n’a que 16 mois et nous le lui lisons beaucoup de livres mais c’est vrai que ce sont que des livres « nouvelle génération ». Je me suis demandée si plus grande, je lui lirais ou pas les contes de mon enfance sachant que je ne l’ai jamais appréciés. En même temps, ils font partie de la littérature classique …à moins que je lui laisse le choix de les lire quand elle sera en âge. J’ai lu ton billet à propos de Chupa et je la trouve plein d’esprit ta fille !! moi ce qui m’énerve le plus dans les contes genre disney au delà de la morale puritaine américaine c’est de faire croire aux filles que le prince charmant existe. Je pense que dans notre inconscient, cette image de l’homme parfait reste longtemps ancré et que face à la réalité, nul n’est parfait, une certaine déception existe, après on relativise et on se rend compte que si nous nous sommes parfaites, nos hommes non plus, une évidence.

  2. Merci beaucoup de ta contribution!!! Pour ma part, je retiens deux éléments différents dans ta réflexion…
    D’abord, la question du lien que nous faisons inconsciemment entre caractéristiques physiques et morales (le bon est beau, le moche est méchant)… Ceci mérite d’être souligné dans la mesure où je crains que ce ne soit pas l’apanage des contes de fées… Les critères de « beauté » n’étant globalement pas universaux, je suppose qu’il y a là dessous (entre autres choses) des mécanismes d’identification du groupe souvent à l’origine de préjugés raciaux on ne peut plus nocifs (je pense notamment à la vidéo qui avait été commentée sur les VI où les enfants identifiaient la poupée noire comme étant « méchante »…).
    Ceci étant, je ne suis pas sûre que les contes ne dénoncent pas eux aussi la nocivité de ces préjugés d’apparence: je pense notamment au prince charmant transformé en crapaud qui doit néanmoins se faire aimé, ou à la tripotée de gentilles fées qui ont pour habitude de paraître en vieilles effrayantes et édentées pour éprouver le héros au coeur pur…
    Ensuite, il y a la question, que nous avons souvent évoqué sur les VI sans qu’une réponse très claire ne puisse se dégager (celle-ci dépendant avant tout du ressenti de chacun!), à savoir: les contes de fées traditionnels, souvent très violents sont-ils bénéfiques ou néfastes aux enfants? Ma réponse personnelle est un peu toujours la même: les contes sont faits pour être racontés, à ce titre, les contes sont faits pour être transformés, selon leur conteur et leur auditoire… à nous donc de faire en sorte de les conter à notre image dans le respect des émotions de nos enfants!!!

  3. Pingback: Etre différent, c’est normal [mini-debrief] « Les Vendredis Intellos

  4. C’est faux, dans la vraie vie, souvent, c’est le contraire.
    Les moches sont gentil, et les beaux sont méchant.
    Je vais vous expliquer pourquoi en un bref résumé.

    Un moche, désavantagé par la nature, est souvent rejeté et aura souvent besoin de faire des effort pour améliorer son aspect esthétique global pour se fondre dans la masse. Si il ne le fait pas, il sera toujours repoussé par la masse, quitte à jusqu’à le pousser au suicide.

    Et qui poussent ces moches à l’erreur, au suicide et les rendent victime de rejets ? Les beaux/belles !
    Pourquoi ?

    Tout simplement car, avantagés par la nature, les beau et les belles, plaisent très facilement. De ce fait, ils sont menés depuis très jeunes à se poser moins de question sur eux-même, sur l’image qu’ils rejettent aux autres, et par conséquents, lorsqu’ils se mettent à comprendre qu’ils sont beau, ne cherchent pas pour autant à savoir si les moches, méritent d’être maltraités. De ce fait, pour tenter de se facilité la vie encore plus, n’étant pas habitué à en chier depuis tout jeune tellement ils plaisent, se permettront à leur tour, d’écraser les moches (et les faibles aussi, physiquement comme psychologiquement/émotionnellement), afin d’éviter tout problèmes avec la vie. Certains d’entre eux, par ailleurs, du à leur excès de chance, deviendront des pervers narcissiques et des manipulateurs/manipulatrices. Les beaux refusent les moches, car ils sont fascistes. Ils s’imaginent que l’humain doit avant tout évoluer physiquement, avant d’évoluer mentalement. Et ce système est fabriqué comme-ça, depuis que les modes et les soucis liés à l’esthétique, sont nés chez l’humain. C’est aussi pour cette raison, que certes, il y a de plus en plus de beau dans le monde, mais que mentalement, l’homme (et la femme) n’a pas évolué depuis la préhistoire. Il a juste changé ses habitudes avec le temps et les efforts et œuvres des anciens..

    D’ailleurs ont dit souvent que dans les contes, les sorcières sont laides et méchante, mais j’aimerais faire une parenthèse là-dessus. Alors oui, dans les contes, les sorcières sont montrées comme-ça. Tout comme dans les dessin animés, d’aujourd’hui ou d’avant, d’ailleurs…
    Mais vous savez que dans la réalité, et plus particulièrement au moyen-âge et dans les temps modernes, les sorcières, n’étaient pas réellement toujours comme-ça ?
    Au contraire, d’où vient l’histoire de « lancer un charme sur quelqu’un », d’après vous ?
    Charme=Sortilège.
    Lorsqu’au moyen-âge une femme charmait un homme, on la considérait comme une sorcière. Le fait de charmer, lui était considéré comme un sortilège.lancé sur l’homme, pour obtenir des faveurs de sa part (matériels ou en nature). Et qui d’autre qu’une jolie fille pouvait charmer un homme ? Ce qui expliquerait, qu’une sorcière, peut surtout être une fille belle et manipulatrice.. Et non rarement une vieille moche avec une verue sur le nez.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.