Menace sur la gratuité de l’IVG

Hier c’était la journée internationale des droits de la femme. Cette semaine la candidate à la présidentielle Marine Le Pen a déclaré vouloir arrêter de rembourser l’IVG si la situation budgétaire l’exige. Vous avez certainement entendu parler de ce scandale. Je suis même étonnée que cela ne fasse pas plus de bruit.

C’est un sujet qui m’intéresse beaucoup et le fait de penser que des générations de femmes se sont battues pour enfin obtenir un droit dont sa gratuité est remise en cause aujourd’hui a une légère tendance à me hérisser le poil !

J’ai donc envie de reparler de l’histoire de la dépénalisation de l’IVG et de la gratuité de cet acte :

  • 5 Avril 1971 : Publication du « Manifeste des 343 » : Sous l’impulsion du Mouvement de libération des femmes, le journal du « Nouvel Observateur » publie une pétition portant 343 signatures de femmes. Toutes déclarent avoir recouru à l’avortement au cours de leur vie. L’IVG étant sévèrement puni par la loi, elles courent des risques afin de changer la législation. Elles réclament en effet le droit d’accéder librement à la contraception, ainsi que celui d’avorter en toute légalité. Parmi ces signatures figurent celles de personnalités très en vogue, telles que Simone de Beauvoir, Catherine Deneuve, Jeanne Moreau, Françoise Sagan… Le scandale est retentissant.
  • 11 Octobre 1972 : Le procès de Bobigny s’achève : Jugée pour avortement, Marie-Claire Chevalier est relaxée, au terme de plusieurs semaines de procès. Dès l’ouverture de l’affaire, les féministes du Mouvement de libération des femmes avaient réagi. Déjà l’année précédente, la pétition du « manifeste des 343 » avait été publiée pour lutter en faveur de l’interruption volontaire de grossesse et de la contraception gratuite. La libération de la jeune femme apparaît comme un grand pas en avant pour ce combat mené depuis des années pas les féministes.
  • 17 Janvier 1975 : Vote de la Loi Veil : Simone Veil, en tant que ministre de la Santé de Valéry Giscard d’Estaing fait voter son texte autorisant l’avortement en France avec l’appoint des voix de gauche, après un débat houleux. La loi est votée à titre provisoire pour une période de 5 ans. Elle sera reconduite le 31 décembre 1979. Ce combat lui vaut des attaques et des menaces de la part de l’extrême-droite et même d’une partie de la droite traditionnelle, comme l’a rappelé Jean d’Ormesson en l’accueillant à l’Académie française.

Comment cela se passe ailleurs dans le monde ?

En Suisse, Marie-Claude Martin a écrit un article hier à ce sujet dans « Les temps éditoriaux »:
« Un peu partout dans le monde, ce droit fondamental des femmes est remis en question. En Suisse aussi, ce droit obtenu en 2002 par 72,2% des votants est menacé. Une initiative a été déposée en août dernier demandant que l’interruption de grossesse soit radiée des prestations de l’assurance maladie de base, en raison de son caractère privé. Mais l’argument libéral ne tient pas: la naissance d’un enfant relève aussi de l’affaire privée; son financement n’est pourtant pas remis en cause. La question financière est donc un prétexte, surtout en Suisse où le taux d’IVG est un des plus bas du monde. Ce que veulent les initiants, c’est sortir de la Constitution ce droit fondamental des femmes.

Mais le pire se déroule en ce moment aux Etats-Unis, du moins dans certains Etats. Récemment, le gouverneur républicain de Virginie promulguait une loi imposant aux femmes voulant avorter de subir un ultrason transvaginal, une méthode que l’Inquisition n’aurait pas boudée. Elle consiste à introduire une sonde dans le vagin de la patiente, puis de la forcer à écouter le médecin qui lui explique dans le détail les organes du fœtus qu’elle voit à l’écran. A la suite de quoi, elle devra signer un document prouvant qu’elle a compris la leçon. Devant la foule de manifestantes, le gouverneur a dû modifier son projet. Mais, au Texas, la méthode est déjà appliquée.

Tous ces mouvements, certains par voie légale, d’autres par des actions violentes, partagent une même vision du monde: la vie à tout prix, mais seulement celle qu’on juge innocente (les Etats américains qui veulent éradiquer l’avortement sont souvent ceux qui appliquent la peine de mort), et la tentation de faire des femmes des mères, même porteuses, plutôt que des citoyennes. »
Ces informations font froid dans le dos, n’est ce pas !

Les chiffres me laissent penser que ce qui pose problème au FN ce n’est pas une question de coût mais plutôt d’éthique ou encore une fois de « taper » sur les classes les plus pauvres, car si on regarde les chiffres :

 

Aujourd’hui, en France pour 800 000 naissances, 222 000 avortements ont été pratiqués, soit 15 avortements pour 1000 femmes.

 

Le cout moyen annuel de remboursement de l’avortement est entre 36 et 40 million d’euros (soit à peut près 0,75 centimes d’euros par personnes en France) On est d’accord qu’il suffit d’une seule fois pour qu’une femme tombe enceinte.

 

On est aussi d’accord que pour attraper un cancer en fumant ou en buvant, il faut bien plus qu’une cigarette et bien plus qu’un verre. Pourtant des gens fument énormément et boivent énormément en toute connaissance des risques et ce, sur plus de dix ans (temps à peut près moyen pour se voir déclencher un cancer). Le cancer coute (juste pour le traitement, donc sans compter les allocations….) plus de 4 milliard d’euros par an. Et on sait qu’un quart des cancers sont provoqués à cause de l’alcool ou de la cigarette. Alors? On arrête de rembourser ceux qui ont un cancer parce qu’ils ont été irresponsables??? Ce serait tout aussi scandaleux, on est bien d’accord.

 

On regarde aussi d’autres chiffres : On sait que la contraception marche a peu près entre 99 et 98,5% selon les moyens utilisés et la façon de l’utiliser. Il y a 1,43 femme pour cent qui ont recourt à un avortement dans une année. Comment font celles pour qui la contraception n’a pas fonctionné, elles seront obligées de payer pour avoir recours à l’IVG ?

L’action doit se faire au niveau de la prévention et de l’aide à l’accès à la contraception ! Depuis quelques années de nouveaux moyens de contraception sont sur le marché (implant, patch, anneau…) mais ne sont pas encore assez connus ni proposés par les médecins.

 

Et puis comme à chaque fois si la gratuité de cet acte est supprimé, une telle loi ferait que les classes les plus pauvres devraient garder l’enfant (ce qui entrainerait une hausse de la précarité pour ces familles…) alors que les classes les plus riches pourront payer l’IVG. Encore une inégalité basée sur les différences de moyens financiers…

 

Donc ce choix doit rester libre et remboursé.

 

simone-veil.jpg

Photo empruntée au « Journal des femmes »

 

SIMONE JE TE LOVE, LOVE, LOVE, LOVE !

A la mère si

Publicités

11 réflexions sur “Menace sur la gratuité de l’IVG

  1. j’ai entendu la proposition de marine Le Pen d’une oreille la semaine dernière, ça m’a fait bondir !!!!
    Même si globalement elle a peu de chance d’être élue, et donc de mettre en oeuvre sa proposition, ça reflète qd même un certain état d’esprit de la société, où

    A coté de ça, même si l’IVG reste remboursée par la sécu, elle est menacée par les fermetures de plus en plus nombreuses de centres IVG. Ils disparaissent au fur et à mesure que les petites maternités sont fermées, sauf que dans les grands pôles mère-enfant, on augmente les lits de maternité mais pas les moyens consacrés aux IVG.
    Cela devient préoccupant aujourd »hui dans certaines grandes villes, dont Paris et Lyon, les femmes doivent s’y prendre très tôt sous peine de devoir se rendre dans une autre ville, voire un autre pays si elles finissent par être hors délai…

    • Merci pour cette info car j’avoue que je n’étais pas au courant de ce problème de délai dans les grandes villes. Ça fait très peur…

  2. Merci beaucoup de ta contribution!!! Je rejoins assez Prune quand elle dit qu’il y a malheureusement bien d’autres moyens, beaucoup plus pernicieux et sûrement plus efficaces de mettre en danger le droit à l’avortement…
    Pour moi, les coups d’éclats politiques tels que celui que tu décris sont avant tout destinés à faire parler d’eux tout en flattant une partie de leur électorat… Il est toujours effrayant néanmoins de voir à quel point ces idées rétrogrades sont tenaces (même si latentes) et à quel point nous nous devons d’être vigilant-e-s pour que les droits des femmes continuent d’être respectés… Il est toujours effrayant aussi de voir à quel point ceux qui disent vouloir limiter les avortements sont toujours les derniers à accepter de mettre en oeuvre les seules initiatives qui ont fait leurs preuves en matière de baisse des grossesses non désirées, à savoir par exemple le développement d’une éducation sexuelle digne de ce nom!!!

    • Tout à fait d’accord et en particulier avec le dernier point que tu soulèves

      « Il est toujours effrayant aussi de voir à quel point ceux qui disent vouloir limiter les avortements sont toujours les derniers à accepter de mettre en oeuvre les seules initiatives qui ont fait leurs preuves en matière de baisse des grossesses non désirées, à savoir par exemple le développement d’une éducation sexuelle digne de ce nom!!! »

      Quand est-ce que de véritables moyens seront mis en œuvre pour organiser une éducation sexuelle à l’école et ce de manière plus précoce qu’actuellement!

  3. c’est vraiment flippant ce retour en arrière, quand aux méthodes au Texas, c’est juste incroyable ! ils feront quoi dans 10 ans ? ils les avorteront sans anesthésie, pour bien leur faire comprendre le truc ??? je suis écoeurée… (et je partage !)

    • En réalité, tu ne crois pas si bien dire… L’ancienne assistante maternelle que j’employais pour la Princesse et PMH avait été aide soignante dans une vie antérieure… elle m’a souvent raconté de quelle façon certains personnels médicaux traitaient sans ménagement les femmes qui venaient pour avorter… et ce ne fut pas sans me rappeler les récits d’un ami externe en médecine qui me racontait identiquement comment on « faisait comprendre » aux personnes ayant fait une tentative de suicide qu’il avait fait une « connerie »… Ce sont des points sur lesquels je ne m’étendrai pas d’avantage parce que j’ose penser que ces pratiques déviantes sont marginales, mais elles existent sans conteste….

    • Et oui ça fait vraiment flipper et j’imagine qu’il y a encore d’autres pays qui utilisent également des méthodes très douteuses…Ca me donne envie d’aller chercher plus loin.

      Merci bcp pour le partage maman dragon et à bientôt!

  4. Pingback: Etre mère et femme aujourd’hui : plus facile que pour nos mères ? {mini-débrief} « Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.