Jouons !

Dans le dernier numéro de Clés (Février-mars 2012, n°75), magazine que j’affectionne, j’ai été particulièrement attirée par le dossier « Pourquoi nous sommes accros aux jeux ? » de Claire Steinlein. Sont évoqués à la fois la nécessité du jeu, son utilité et ses risques (on parle là des jeux vidéos plutôt que des hochets, entendons-nous bien) (hahaha). Il suffit de regarder les enfants pour le comprendre : le jeu a mille vertus. Mais pour les adultes ? Voici un extrait de l’interview de la psychologue Aude Robin-Pigasse :

 

Le jeu nous est absolument nécessaire. C’est en jouant que l’enfant construit sa « santé psychique », qu’il étaye la mise en place du langage et de la parole, parvient à accepter la séparation avec ses parents.

 

L’adulte qui joue se reconnecte avec l’enfant qu’il était. Il recherche du plaisir, mais c’est aussi un moyen de se décharger des tensions.

 

Le jeu est une activité innée et naturelle chez tous les jeunes mammifères. Quand un petit, humain ou animal, ne joue pas, c’est le signe que quelque chose ne va pas.

 

J’aime beaucoup cette comparaison entre les adultes et les enfants, ce décloisonnement : il n’y a pas d’un côté les petits rigolos et de l’autre les gens sérieux. Nous avons tous besoin de jouer ! (Pour les adultes, il faut être un peu raisonnable, certes mais ce n’est pas le sujet de mon billet).

 

Dans la relation parents-enfants, le jeu aussi est important. Pour ma part, j’ai du mal à jouer avec mes enfants mais j’essaie parce que je sens que c’est important pour eux et finalement, ça me fait du bien, si je le fais en ne pensant plus à rien d’autre, en étant aussi sérieux qu’eux dans le jeu. Comme dirait Marcel Rufo (j’ai assisté récemment à une petite conférence) :

 

Le jeu, c’est pour de rire mais pour de bon.

Clem la matriochka

6 réflexions sur “Jouons !

  1. Merci beaucoup de ce billet!!! J’ai redécouvert avec mes enfants le plaisir de jouer, de s’inventer des rôles, de se permettre tout plein de choses que la vie « sérieuse » nous interdit…
    Mais le jeu a bien d’autres vertus cachées…! Je l’utilise souvent avec l’APA quand je sens le conflit venir et que je ne maîtrise pas trop le pourquoi du comment, nous inversons alors nos rôles le temps de quelques échanges: qu’il perçoive ma demande, que je comprenne son point de vue… et souvent le conflit se résout bien plus vite ainsi!! A ce propos, j’ai en réserve des extraits de « Jouons… autrement » de C. Dumonteil Kremer à commenter si ça intéresse quelqu’un!!!

  2. Le jeu a plein d’effets secondaires positifs : passer de bons moments ensemble, créer du lien, développer l’imaginaire, apprendre , emmagasiner de bons souvenirs, …

  3. Pingback: Encaisser, pas taper, jouer [mini-débriefing] « Les Vendredis Intellos

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.