Retour sur… sevrage naturel, de quoi parle-t-on ? [GUEST]

Cette semaine, Pascale, ingénieure et docteure en chimie, membre de Café des Sciences, mais aussi maman multi-récidiviste passionnée par l’allaitement, revient pour répondre aux nombreuses questions qui se sont posées sur les Vendredis Intellos à propos du sevrage dit « naturel »… Une synthèse pertinente et fouillée des travaux sur le sujet que je vous invite à découvrir !!!

Revenons une fois encore, sur la question de l’allaitement maternel, en nous interrogeant cette fois-ci sur la dernière étape du processus, à savoir le sevrage. Pour faire suite, à mon précédent post sur le sujet  ici, dans lequel nous avions montré que la composante culturelle était primordiale dans le choix d’allaiter ou non, mais aussi dans la durée de l’allaitement, je vous propose d’essayer d’établir les grandes tendances sur le sevrage naturel :
– quand se produit-t-il ? ou quand devrait-il se faire si les mamans ne subissaient aucune pression (les « bons conseils » reçus de part et d’autre, qui mine de rien orientent votre décision)?
– et comment se fait-il ?
– quelles corrélations peut-on trouver avec d’autres paramètres du développement de l’enfant?
– peut-on faire un parallèle avec les autres mammifères ?
– enfin, quelles sont les conséquences pour les mamans ?
La réponse à ces questions passe par une revue de quelques articles publiés sur le sujet.

Le contexte du sevrage
Partout dans le monde, les femmes adaptent leur pratique de l’allaitement à leur mode de vie personnel et l’environnement dans lequel elles vivent. Et le moment du sevrage n’échappe pas à la règle [1] : l’analyse de données multiculturelles montre que les sociétés ont des croyances et des points de vue très différents sur l’âge auquel l’enfant doit être sevré. Il reste encore beaucoup de sociétés dans le monde dans lesquelles les enfants sont maternés pendant très longtemps (4 ou 5 ans), car chez elles, on pense qu’il est normal et naturel qu’un bébé soit dépendant de sa mère pendant les premières années. Pour le sevrage, c’est l’enfant qui décide et cela se produit entre 3 ou 4 ans. Et c’est d’ailleurs dans ces cultures, que les femmes pratiquent le plus l’allaitement à la demande, le maternage, le portage et co-dodo.

Dans nos cultures modernes,  le sevrage précoce est encouragé car il est perçu comme un signe de développement de l’enfant. Les femmes qui allaitent longtemps (au-delà de 6 mois) sont considérées comme des « anomalies ». Ceci est assez lié aux mythes et croyances qui persistent comme par exemple : un bébé allaité longtemps, trop longtemps sera moins indépendant de sa mère, et capricieux. De nombreuses études ont en fait montré le contraire : le fait de satisfaire les besoins émotionnels encourage chez l’enfant, le sentiment de « confiance en soi » [2]. Le Dr G. Wootan [3] nous explique que l’enfant qui décide de se sevrer est plus indépendant, car le choix de s’éloigner de sa mère vient de lui.

Petit bémol à apporter ici, pour les femmes qui décident d’allaiter longtemps, qui se trouvent à un moment ou un autre confrontées à une difficulté et qui sans soutien ni écoute (voir impact du soutien ici), se tournent vers le sevrage un peu malgré elles.

Définition du sevrage et sevrage naturel
Avant tout chose, qu’est ce que le sevrage ? Qu’implique-t-il pour l’enfant?
D’un point de vue étymologie, « Sevrer » vient du latin populaire seperare, qui signifie « séparer ».
En anglais le terme est « Weaning », l’étymologie (voir ici) est intéressante car elle introduit la notion de nouveauté : l’origine est le mot « Wenian » qui signifie  » s’habituer à quelque chose de différent ».

Bref, deux possibilités d’interprétation :
Le sevrage signifiant « séparer » consiste donc à l’arrêt complet de l’allaitement au sein. La seconde interprétation correspond à l’introduction progressive de nourriture extérieure dans les habitudes alimentaires du bébé sans pour autant provoquer l’arrêt complet de l’allaitement maternel.

 Le sevrage naturel est celui qui se développe à la demande de l’enfant et de lui seul. Qu’en est il dans la vie actuelle ? tout dépend évidemment de l’impact culturel. Une étude menée sur 179 femmes américaines ayant opté pour l’allaitement long [4], nous éclaire sur ce point :  parmi les raisons évoquées pour l’arrêt complet de l’allaitement, c’est l’arrêt décidé par l’enfant qui conduit au % le plus élevé : pour le petit dernier de la famille, 63% des cas de sevrage est demandé par l’enfant. Un plus faible pourcentage (15 %) correspond au désir de la mère (qui considère que l’enfant est prêt). Les autres causes évoquées sont liées à une nouvelle grossesse (13%) ou à des circonstances familiales (5%).

on_a _vole

Rappel des bénéfices du sevrage tardif
Les bénéfices de l’allaitement prolongé a déjà abordé un peu partout (synthèse ici), mais rappelons tout de même certains résultats importants.
Comme le recommandent certaines organisations de santé (OMS-Société canadienne de pédiatrie-Académie Américaine de Pédiatrie-UNICEF) [5], l’introduction de nourriture solide (fin de l’allaitement exclusif) est importante à partir de 6 mois, âge pour lequel il est primordial de stimuler différemment les fonctionnalités complexes de la mâchoire, de la langue et de la déglutition afin que l’enfant apprenne à gérer la nourriture solide.
Les autres justifications de l’introduction de nourriture solide sont liés aux besoins en fer, zinc non couverts entièrement par le lait maternel [6]
Néanmoins, au-delà de 6 mois, le lait maternel est recommandé en complément de nourriture solide (dont la proportion est progressivement augmentée) car il continue à couvrir une part importante des besoins nutritionnels, micronutriments et des apports énergétiques (grande quantité de graisses et acides gras essentiels) [5].
D’un point de vue développement cognitif et social, le rôle de l’allaitement maternel prolongé a nettement été démontré dans plusieurs études corroborées dans des méta-analyses afin d’en distinguer les biais [7]. Chez d’autres mammifères (où n’interviennent donc pas les variables telles que le niveau socio-économique et l’éducation parentale), le sevrage plus tardif montre une augmentation des interactions sociales [8].

allaiter_claude_didier

Quand se produit-il?

Dans toute l’histoire de l’homme connue, le lait maternel était la première et seule nourriture connue jusqu’à l’âge de deux ans. Un retour historique sur la question nous est fourni dans un papier synthétique très intéressant [9]. Ainsi, quelques anthropologues se sont intéressés au mode de nourrissage des enfants dans toute l’histoire de l’homme, même très reculée… et oui, osons-le archéologique. Une étude réalisée sur des squelettes et dentitions d’enfants retrouvés au Guatemala, des paléoanthropologues [10] ont confirmé que la nourriture solide était introduite avant l’âge de deux ans alors que l’allaitement maternel était encore en place.

Revenons à nos moutons actuels… Pourquoi l’enfant choisit-il de se sevrer et quand cela se produit-il naturellement ? Pourquoi ne le ferait-il pas à l’image des autres mammifères (qui eux, ne subissent aucune pression sociale).
Comme nous l’explique A. Smith (consultante diplomée en lactation) [11], l’enfant s’éloigne du sein maternel quand il se sent prêt (même s’il n’en a pas conscience) aussi bien physiquement, psychologiquement, qu’émotionnellement. Ainsi, nos bébés sont prêts physiquement signifient qu’ils sont capables de manger une grande variété de nourriture solide car ils possèdent une dentition et un développement de la mâchoire adéquat :  en particulier des prémolaires leur permettent de broyer et mâcher avec un mouvement rotatif.
D’un point de vue développement cérébral, le langage ou la faculté à se faire comprendre a atteint le stade suffisant pour que l’enfant exprime les notions de « encore! » ou « c’est bon, j’en ai assez ! ». Enfin, sa capacité à s’alimenter seul en utilisant une fourchette et une cuiller lui permet également de se sentir prêt.
Bref naturellement, tous les ingrédients sont là pour que d’instinct, l’enfant se penche sur une assiette, goûte, teste, expérimente : alors il mâche, broie et s’il aime, alors c’est parti !

L’étude [4] déjà évoquée plus haut, nous indique que les bébés qui choisissent eux-mêmes le moment du sevrage le font entre 2 ans 1/2 et 3 ans.

L’étude [12] soulève aussi la question du manque de retour d’informations sur la durée actuelle de l’allaitement et la date du sevrage dans la mesure où, sous la pression culturelle, beaucoup de mamans continuent à allaiter « en secret » sans en parler à leur praticien.

Enfin, je souhaiterais évoquer les travaux de recherche de Ph. D Katherine Dettwyler [13] sur le sujet du sevrage qui reposent sur l’analyse du comportement d’autres mammifères à travers l’histoire. Elle s’est particulièrement attachée à trouver des corrélations entre le sevrage et d’autres variables. L’auteur utilise alors ces données pour en faire une projection pour le comportement humain. Ainsi, la plupart des mammifères pour lesquels cet aspect a été étudié, le sevrage se produit à l’apparition des premières molaires permanentes ; dans le cas de nos proches cousins primates (gorilles et chimpanzés), il intervient quand leur poids est quadruplé par rapport au poids de naissance ou encore pour un poids atteint correspondant au tiers du poids adulte. Le premier facteur (poids naissance multiplié par 4) correspond pour l’homme à l’âge entre 2 ans et demi et 3 ans. Les deux derniers facteurs projetés chez l’homme conduisent à un âge de sevrage entre 5 ou 7 ans.
La palette est assez large et s’étend selon l’approche réalisée entre 2 1/2 et 7 ans. Mais comme le précise C. Didierjean (LLL) [15], chaque enfant est unique. Et tout comme, il apprend à marcher, parler, être propre à son rythme, il décide de son sevrage quand bon lui semble.

singePhoto du blog beautiful-breastfeeding

Sevrage oui, mais progressif
Généralement, les mamans qui choisissent un long avec sevrage naturel, réalisent le sevrage de façon progressive [4]. Et elles ont bien raison, finalement pour tout un tas de raison. Cela laisse tout d’abord, le temps aux deux protagonistes de se séparer en douceur : d’une part, moins de risque de dépression (juste un peu de nostalgie) ou de seins douloureux pour maman et d’autre part un allaitement profitable à l’enfant jusqu’à la dernière goutte dans la mesure où les tétées diminuant en fréquence et en intensité, les anti corps sont plus concentrés dans le lait produit.

Conclusion et mot de la fin pour la maman
Difficile donc de donner un âge bien précis, chaque enfant, chaque contexte étant différent. Nous retiendrons le seuil bas des 2 ans et demi, pour lequel déjà nos cultures occidentales évoquent toutes sortes de risques (non démontrés, voire même contrés) et les seuils hauts évoqués deci delà vers les 5 ans voire 7 ans.
Notre article s’arrête là pour ce beau sujet, qui me tient particulièrement à coeur en ce moment puisque je vis personnellement mes tous derniers instants d’allaitement (d’une durée de 23 mois) avec sevrage naturel. La nostalgie est bien sûr au rendez-vous…c’est normal à priori : la modification hormonale, le passage d’une relation au contact très proche et intime vers une autre relation mère-enfant peuvent engendrer un peu de blues ! [14]

Références utilisées

1-Breastfeeding, culture and attachement : http://www.attachmentacrosscultures.org/beliefs/bfeed_culture.pdf

2-Newman and Kernerman, « Breastfeeding a Toddler – Why on earth ? »; 2009;http://www.nbci.ca/index.php?option=com_content&view=article&id=78:breastfeed-a-toddlerwhy-on-earth&catid=5:information&Itemid=17

3- http://www.naturalchild.org/guest/george_wootan.html

4- Sugarman, M ; Kendall-Tackett K.,  » Weaning Ages in a Sample of American Women Who Practice Extended Breastfeeding », Clinical Pediatrics 1995; 34(12), pp642-647

5-Guide OMS « Guiding Principles for Complementary Feeding of The Breasfed Child » : http://www.who.int/nutrition/publications/guiding_principles_compfeeding_breastfed.pdf

6- Dewey K., « Nutrition, growth and complementary feeding of the breastfed infant », Pediatric Clin North America, 2001; 48, pp 87-104

7- Anderson, J. W. et al., « Breast-feeding and cognitive development: a meta-analysis », American Journal of Clinical Nutrition, 1999;70(4), pp 525-535

8- Curley J. P. et al, « The Meaning of Weaning: Influence of the Weaning Period on Behavioral Development in Mice », Development Neuroscience 2009;31, pp 318–331

9- Penny. Esterik, « Contemporary Trends In Infants Feeding Research » , Annu. Review of Anthropology 2002; 31, pp257–78

10- Wright AL, Bauer M, et al.K. « Cultural interpretations and intracultural variability in Navajo beliefs about breastfeeding. »1993 Am. Ethnol. , 20(4), pp 781–96

11- Smith, A., « Weaning », http://www.breastfeedingbasics.com/articles/weaning-your-baby

12- Dr C. Mutch et al, « Weaning from the breast », Paediatrics & Child Health 2004; 9(4), pp 249-253. Revision2009

13- Dettwyler K, « When to wean » , Natural History,1997; October(1)

14- K. Jackson, « Breastfeeading: Weaning sometimes brings feelings of sadness » 2011http://ic.steadyhealth.com/breastfeeading_weaning_sometimes_brings_feelings_of_sadness.html

15- Claude Didierjean, « Et le sevrage, comment ça se passe ? », Allaiter Aujourd’hui, 2002, http://www.lllfrance.org/Allaiter-Aujourd-hui/AA-50-Et-le-sevrage-comment-ca-se-passe.html

Autres ressources
http://www.llli.org/llleaderweb/lv/lvdec00jan01p112.html
http://www.kellymom.com/bf/weaning/how_weaning_happens.html

 

Publicités

8 réflexions sur “Retour sur… sevrage naturel, de quoi parle-t-on ? [GUEST]

  1. Merci pour cet article intéressant, mais en te lisant il me semble donc toujours impossible que mes deux enfants est eu des sevrages naturels, vu qu’ils avaient 14 mois… Mais peu importe, j’ai pris du recul, ils sont épanouis et moi aussi, c’est le principale ! :)

    Juste une petite question !

    Tu écris : « L’analyse de données multiculturelles montre que les sociétés ont des croyances et des points de vue très différents sur l’âge auquel l’enfant doit être sevré. Il reste encore beaucoup de sociétés dans le monde dans lesquelles les enfants sont maternés pendant très longtemps (4 ou 5 ans), car chez elles, on pense qu’il est normal et naturel qu’un bébé soit dépendant de sa mère pendant les premières années. » J’ai regardé la source que tu sites (est-ce bien la référence 1 ?) car je n’ai pas trouvé de précision sur les sociétés concernées. Je m’étais aussi intéressée aux sociétés traditionnelle en espérant trouver une réponse sur l’allaitement long et le sevrage naturel.
    Dans le livre de Lisa Bartoli, comme je l’indique dans cet article : http://www.vert-citrouille.com/vertc-intello-du-vendredi/lallaitement-dans-le-monde/, « L’enfant est généralement sevré alors qu’il mange déjà. Le sevrage intervient en moyenne vers l’âge de 10 mois en Amérique Latine, 20 mois en Afrique et 30 mois en Asie et en Océanie. »
    Aurais-tu des références de livres / ouvrages peut-être plus détaillée, sur des sociétés traditionnels pratiquant le sevrage naturel (vers 3ans) comme tu l’indiques ?

  2. je me pose des questions parce que dans le livre de Ann Sinott (allaités… des années) elle indique que le sevrage naturel n’intervient souvent pas avant 4 ou 5 ans, et qu’avant souvent c’est en fait initié par la mère. Biensûr, il y a des enfants qui l’initient avant mais en moyenne elle indique cela. D’ailleurs elle dit aussi que entre 2 et 3 ans souvent l’enfant est très accro au sein (ce que j’observe avec mon enfant), ce qui laisse à penser à certains qu’il vaut mieux sevrer avant sinon il ne voudra plus s’en défaire (ce qui est faux biensûr).

    Par ailleurs dans l’étude de K Dettwyler, le poids de naissance est utilisé mais considérant que les enfants humains naissent en fait bien avant leur « terme » à cause de la posture debout et de l’étroitesse du bassin maternel (sinon ils passeraient sans doute environ 9 mois de plus dans le ventre maternel), cette donnée n’est surement pas fiable.

    Voilà alors j’allais faire lire ton article à mon compagnon qui me tanne pour sevrer parce que mon fils a presque 3 ans (et adoooooooooooooooore téter!) mais là vu la conclusion c’est exclu car il va en conclure : ben oui donc 3 ans c’est déjà bien suffisant, vu que le sevrage naturel selon la fin de l’article ce serait vers 2,5 ans – 3 ans, et c’est que notre fils n’est pas normal (oui je sais tu as avancé d’autres chiffres mais comme c’est en conclusion et qu’il est de mauvaise foi, hum!). Zut !

    • Ben oui, mais n’oubliez pas mesdames, que les chiffres que j’ai avancés (parce que je les ai trouvés dans la littérature) sont des moyennes…bref, si la moyenne est grosso modo souvent constatée (souvent ne veut pas dire « toujours » dans la mesure en plus que mon pauvre cerveau n’a pas lu toute la littérature existante sur le sujet ) entre 2.5 et 3 ans, cela ne signifie pas que 100% des enfants s’arrêtent à cet âge là, pile poil ! et que s’ils le font avant ou bien après, ce n’est pas qu’ils sont anormaux ou autres bizarreries du genre (argument pour le papa !)
      Personnellement, je n’ai pas initié le sevrage de mon petit, il a 23 mois et ne veut plus du tout téter (j’en suis bien triste !). Mon précédent BB s’est sevrée naturellement à 18 mois…sans que je ne force les choses… On trouvera toujours des tas de cas qui sortent des moyennes, c’est sûr…sinon, ce ne serait pas drôle.
      POur les accrocs du sein au delà de 3 ans, je pense juste que l’enfant n’est pas prêt pyschologiquement ce qui ne remet nullement en cause ses capacités futures à gérer l’indépendance.

      • Euh, oui, je viens d’aller relire ma conclusion du coup ! Je cite « Nous retiendrons le seuil bas des 2 ans et demi, pour lequel déjà nos cultures occidentales évoquent toutes sortes de risques (non démontrés, voire même contrés). »

        J’ai bien dit « seuil bas »… alors OK si cela peut conforter ton mari…je vais aussi parler du seuil haut…présentés autour des 5 ans voire 7 ans.

      • oui c’est ça le seuil haut n’est pas mentionné :-)
        mais ça n’enlève rien à la qualité de l’article hein, c’est juste mon compagnon qui est de mauvaise foi ;-)

  3. Au sujet des 2 étymologies du mot « sevrage » que tu cites, ça rejoint des remarques que j’ai pu entendre de professionnels de santé ou des choses que j’ai pu lire dans des ouvrages sur l’allaitement : introduire d’autres aliments, en plus de l’allaitement maternel, constitue le début du sevrage. Cette interprétation me dérangeait terriblement !!! Le mot « sevrage » employé pour désigner la diversification me faisait peur (j’avais même inventé le terme de « réduction du temps de tétée » pour en parler sur mon blog !!). Car pour moi, aussi longtemps que je répondais à la demande de tétées de mon fils, il était toujours question d’allaitement, du vrai, pas du simili allaitement ou du « début de sevrage » !
    Bref, je comprends mieux les 2 visions… et je vais maintenant lire la suite de ton article !

  4. Pingback: Durée, sevrage et autonomie de l'enfant | Pearltrees

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.