Vaincre l’isolement des jeunes enfants et de leurs parents

L’isolement. Vaincre cet isolement. C’est peut être un peu pour ça que j’aime écrire ici. Que j’aime lire aussi très régulièrement les blogs amis. Mais ça c’est l’isolement des « grands ». Qu’en est-t-il pour les tout petits?

L’isolement. C’est un mal dont peuvent souffrir les parents. Parce que leur vie se recentre sur l’enfant ou les enfants. Les sorties entre potes, les soirées, le ciné, les concerts, les « on va boire un verre », sont un peu mis de côté. C’est faisable mais… il y a pas mal de MAIS. Et j’ai l’impression que plus on a d’enfants plus c’est difficile. Qu’en est-t-il pour les touts petits? Les tout petits qui passent du cocon familial à l’hyper socialisation via la crèche ou l’école.

Françoise Dolto s’est largement penchée sur le problème et nous a offert les Maisons Vertes.

J’ai ENFIN poussé la porte, sauté le pas, franchi ma barrière. J’ai emmené mes trois loulous dans une Maison Verte, Pause Goûter.

« Un lieu de rencontre et de loisirs pour les tout-petits avec leurs parents.
Pour une vie sociale dès la naissance, pour les parents, parfois très isolés devant les difficultés quotidiennes qu’ils rencontrent avec leurs enfants. Ni une crèche ni une halte-garderie, ni un centre de soins, mais une maison où mères et pères, grands-parents, nourrices, promeneuses sont accueillis… et leurs petits y rencontrent des amis. » Françoise Dolto

On y parle, on y joue, on rencontre. Les échanges sont multiples, parents-enfants / parents-parents / enfants-enfants /enfants-accueillants / parents-accueillants.

C’est l’intermédiaire entre l’intimité du cocon familial, entre Notre Bulle, et l’inscription dans le groupe social. Parents et enfants s’initient à la conquête de l’autonomie et de l’éveil social. Les plus petits sont accueillis en tant que personnes, petites personnes certes, mais sujets à part entière. Ils ne sont pas des « bébés ». Mon Gustave était Gustave. Du haut de ses 3 mois. Il a trouvé des copains de babillage. Mon Louis aussi. Valentin a survolé le tout, déjà à l’école il est un peu grand par rapport aux autres. C’est un lieu d’accueil pour les 0-3 ans. Moi aussi j’ai pu bavarder. J’ai pu sortir quelques maux, quelques difficultés, quelques bonheurs. A des personnes présentes pour entendre ça, mamans et accueillants.

Parmi les accueillants au moins une doit être formée à la psychanalyse. Parmi leurs différentes fonctions:

– aider les parents à accepter l’autonomie de leur enfant

– soutenir l’enfant dans ses difficultés inhérentes à la séparation et à l’autonomie

– aider les parents à lier, interpréter et répondre aux manifestations de leur nouveau né ou de leur jeune enfant.

Ces échanges commencent à me sembler indispensables. Tu me diras j’ai mis du temps à m’ouvrir. Il m’aura fallu attendre un troisième bébé pour comprendre l’importance de cette socialisation.

Notre bulle à nous

5 pensées sur «Vaincre l’isolement des jeunes enfants et de leurs parents»

  1. Merci beaucoup de ta contribution sur un sujet encore jamais évoqué sur les Vendredis Intellos!!! En te lisant, je repense à la contribution Guest de C. Didierjean Jouveau qui nous incitait elle aussi à sortir de l’isolement pour lutter contre l’épuisement et prévenir le risque de burn out… Quelqu’en soit la forme, ces initiatives sont plus que jamais à valoriser!!!
    Puisse ce site devenir aussi un lieu de partage, de rencontre, d’échange virtuel certes mais propre aussi à rompre ce néfaste repli sur soi!!

  2. ha l’isolement…….. dans ma tout petite commune où il n’y a rien, je me bats pour ne pas être isoler et créér un réseau de voisines/copines…. pas toujours simple, mais tellement agréable!

  3. Merci pour cette présentation, je n’en avais en effet jamais entendu parler… L’isolement est difficile car on ne le voit pas vraiment venir tant l’impression de conserver une vie sociale et d’être incomprise sur le niveau de fatigue est grande. C’est une belle initiative. Je pensais justement ce matin à la contribution de Claude Didierjean-Jouveau, quand mon mari est parti pour une semaine à nouveau et que je me suis sentie un peu seule avec mon petit garçon…

  4. Je n’avais jamais entendu parler de ses maisons vertes. Je vais voir si il n’y en a pas une près de la future maison, car c’est vrai que c’est difficile, quand le conjoint est le seul adulte à qui on parle de la journée….

  5. Pingback : Soucis d’enfant, soucis de parent « Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire