De la supériorité des parents français

L’autre jour, on m’a envoyé le fabuleux article du Wall Street Journal avec pour titre « Why French Parents Are Superior » (« En quoi les parents français sont supérieurs« ), qui a fait mouche dans la communauté d’expats à Paris.

Je vous décortiquerais bien cet article mais je ne peux le faire sans me référer à la réponse du site AHA Parenting, intitulé « Are French Parents Better or Do They Just Spank More? » (« Les parents français sont ils mieux ou donnent-ils juste plus de fessées?« ).

Les deux articles feront bien sourire les parents français en question, c’est à dire: NOUS! Le premier article nous décrit l’évidence avec laquelle l’écrivain américain accepte la soi-disante supériorité des parents français. Vous noterez, dans le titre, l’absence de point d’interrogation et l’absence de comparaison; C’est un fait établi; les parents français sont supérieur et, même si on ne sait pas à qui ils sont supérieurs, on sait en quoi il le sont.

« Why was it, for example, that in the hundreds of hours I’d clocked at French playgrounds, I’d never seen a child (except my own) throw a temper tantrum? Why didn’t my French friends ever need to rush off the phone because their kids were demanding something? Why hadn’t their living rooms been taken over by teepees and toy kitchens, the way ours had? »

« Pourquoi, par exemple, pendant les centaines d’heures que j’ai passé sur les aires de jeux, je n’avais jamais vu un seul enfant (sauf le mien), se rouler par terre en hurlant? Pourquoi mes amis français ne quittaient-ils pas en urgence une conversation téléphonique pour répondre à une question de leurs enfants? Pourquoi leur salons n’étaient-ils pas envahis par tipis et cuisines miniatures, comme chez nous? »

L’article est truffé d’exemples comme ceux-ci, expliquant au pauvre parent américain qu’il existe une education différente de l’éducation américaine et que cette éducation crée… gasp… des enfants obéissants!! L’image type de la maman américaine parfaite… ou pas

Ouh La La, ze Frainch Purfecteu Family!

Personnellement, je me demandais si l’auteur de cet article, Pamela nous parlait des enfants français dans la vrai vie ou si elle nous parlait des pubs Nutella?! A chaque fois que je vais chez des amis qui ont des enfants, je suis rassurée de voir un salon qui ressemble à une zone sinistrée sortant d’une tornade. Rassurée de voir en tout cas que mon salon n’est pas le seul à être sujet à une contamination nucléaire. Ma fille qui se roule par terre en hurlant parce que le chouchou dans ses cheveux (qu’elle ne voit pas) est vert et non bleu est loin d’être une exception en France.

L’image type de la maman américaine parfaite… ou pas

Pamela Duckerman s’esclaffe aussi sur le concept du goûter, qui est “un grand moment d’apprentissage de la patience”.

“Delphine said that she never set out specifically to teach her kids patience. But her family’s daily rituals are an ongoing apprenticeship in how to delay gratification. Delphine said that she sometimes bought Pauline candy. (Bonbons are on display in most bakeries.) But Pauline wasn’t allowed to eat the candy until that day’s snack, even if it meant waiting many hours.”

“Delphine me dit qu’elle n’a jamais spécifiquement voulu apprendre la patience à ses enfants. Par contre, les rituels quotidiens de la famille forment un apprentissage perpétuel du délai de la gratification. Delphine dit que parfois, elle achète des bonbons pour Pauline (qui sont disponible dans chaque boulangerie) mais Pauline n’a pas le droit de manger son bonbon jusqu’au goûter, même si cela voulait dire qu’elle devait attendre pendant des heures”

J’ai demandé à mes amies mamans américaines à Paris et elles étaient pliées en deux de rire. Puis elles se sentaient un peu gênées des paroles de leur compatriote car ce n’est pas du tout ce qu’elles ont observé en vivant en France.

En bonne tradition française (anglophone), une réponse en sept étapes a été publié chez AHA parenting, se demendant si les parents français sont meilleurs ou si, en fait, les parents français usaient plus facilement de la punition corporelle. Je vous donne les sept points en anglais, en français avec la réponse en interprétation libre de l’article.

1. French babies sleep through the night at two or three months.
Les bébés français font leur nuits à deux ou trois mois.
Ceci pourrait en effet avoir à faire avec le fait que la France est encore très anti-allaitement. Un peu moins d’un bébé sur 5 est allaité pendant plus de six semaines en France et, comme le lait maternisé est tellement moins digeste, forcément, les bébés s’épuisent à essayer de le digérer et dorment plus rapidement pendant toute une nuit.

2. French toddlers eat three meals a day and one afternoon snack and as a result they don’t fool around in their high chairs. They chow down.
Les enfants français mangent trois fois par jour plus un goûter, le résultat étant qu’ils ne sont pas indiscipliné au moment des repas, ils mangent
En reprenant la réponse de AH parenting et en parlant avec mes amies mères américaines en France, il est vrai que les enfants français ont plus une culture des repas à horaires fixes et des bonnes manières à table. C’est une tradition française que de transmettre le “pas de coudes à table” et le “on ne parle pas la bouche pleine”. Mes amies m’ont indiqué ça comme une différence entre l’éducation française et l’éducation américaine. Mais tout le monde est d’accord quand on compare un enfant affamé français à un enfant affamé américain; ils se roulent tous les deux par terre de la même façon, ils sont tous les deux aussi chiants.

3. French children know how to occupy themselves.
Les enfants français savent s’occuper
Alors a priori, en France les enfants de moins de trois ans regardent moins la télé que leurs minicollègues américains. Du coup, ils jouent plus tout seul. Mais dans les deux pays, il semble vrai que les parents ont encore un peu trop tendance à vouloir diriger le jeu de leur enfant, plutôt que de les laisser jouer à leur aise. Je suis d’accord avec cette affirmation, surtout quand je vois qu’en Flandre, les parents laissent leurs enfants encore plus jouer et n’interviennent que très rarement dans leurs jeux. En France il y a encore beaucoup de “il faut” et pas assez de “laisser aller”.

4. French children know how to wait.
Les enfants français savent attendre
Ah ouais?! Et bien elle ne vient pas souvent dans les même coins que moi hein, la dame! L’auteur de la réponse a raison quand elle indique que les enfants qui savent s’occuper sans interférence de leurs parents sont aussi des enfants patients donc encore une fois: moins de télé, plus d’activité et plus de laisser aller ^^

5.French parents take better care of themselves.
Les parents français s’occupent mieux d’eux-même
L’auteur de la réponse laisse la question ouverte mais acquièsce le fait que quand on s’occupe plus de soi-même, on s’occupe mieux des autres. Moi j’attends toujours de pouvoir trouver le temps d’aller au hammam, perso ^^
Ce qu’une amie m’a dit, par contre, peut répondre un peu à cette observation; mon amie m’a décrit qu’une différence franco-américaine est que les français usent plus de leur réseau social que leurs collègues américains, nous aurions plus l’habitude de demander de l’aide à la famille. Cela m’a fait me sovuenir qu’au Japon il est inconcevable que de commander une babysitteuse; les enfants viennent partout, tout le temps. C’est vrai que ça décharge quand-même beaucoup les parents de pouvoir laisser les enfants chez une nounou, dans la famille ou chez des amis.

6. French children obey their parents because the parents mean what they say.
Les enfants français obéissent parce que leurs parents visent plus à se faire comprendre.
Dans l’article qui parle de la supériorité des parents, l’auteur décrit comment une maman française lui apprend à dire “non”, comme si les parents américains ne savent pas dire non. De mon expérience personnelle, je me rends en effet compte que les français usent plus de la fessée que, par exemple, les flamands. Je vois aussi plus souvent des parents hurler en pleine rue parisienne qu’en pleine rue flamande. La réponse de AHA Parenting est intéressante car une nouvelle question s’en suit: est-il vraiment nécessaire d’avoir de l’autorité et est-ce un but souhaitable que d’avoir des enfants obéissants à l’extrême? Les enfants trop obéissants tomberaient trop facilement victime de harcèlement, auraient des troubles de personnalités non affirmé,…

7. French parents aren’t as anxious about parenting.
Les parents français sont plus relax au sujet de la parentalité
A ce sujet, il est en effet intéressant de savoir que le parent américain travaille en moyenne 1824 d’heures par an contre 1441 heures pour ses collègues français. Ils ont donc 25% de temps en moins à partager avec leurs enfants! Il existe en France une logistique impensable aux US: crèches, PMI, CAF,… Ca rend la tâche de papa & maman aux Etats Unis nettement plus compliquée! Les parents américains ont moins d’aide pour leur famille et ont plus d’anxiété par rapport à leur tâche parentale.
La deuxième réponse nous ramène au titre de l’article; chaque parent reproduit ce qui a fonctionné pour lui. Et la France ayant une historique d’utilisation des châtiments corporels plus prononcé que les US, les parents français usent en effet de la fessée plus souvent que les américains.

Chez The Huffington Post, on se marre de l’article de Pamela et Paige Bradley explique bien comme il le faut qu’il s’agit de différences culturelles.

“Where the French value tradition and solidarity, Americans value innovation and individuality. Where they seek to cultivate qualities of patience and intellectual uniformity we strive for entrepreneurialism and originality.”

“Là où les français mettent l’accent sur la tradition et la solidarité, les américains préfèrent accentuer l’inovation et l’individualité. Là où ils [les français] cultivent des qualités comme la patience et l’uniformité intellectuelle, nous [les américains] recherchons l’esprit d’entreprise et l’originalité.”

“Our parenting styles serve different goals. So it should come as no surprise that we go about it in different ways.”

“Nos styles de parentalité ont de différents buts.
Cela ne devrait donc surprendre personne que nous agissons de façon différente.”

Paige, qui est également une américaine qui vit en France, est, par exemple très surprise de voir comment les parents français disent plus facilement “non” que les américains, qui trouvent que ce “non” anéantirait leur esprit d’individualisme!

Une autre différence culturelle qui interpelle Paige est dans les écoles, où on ne demande aucune implication de la part des parents; pas de sortie mensuelle, pas de groupes de lecture,… et où l’innovation d’un professeur rencontre la méfiance de ses collègues. “Fun isn’t really part of the deal [in education]” “Le plaisir ne fait pas partie de l’éducation”… Le quoi?! Le PLAISIR?! Dans l’éducation? Oh la la la laaaa….

Paige continue en reprenant le thème de l’éducation stricte qui étonne plus d’un américain:

“… the French deploy an authoritarian model based on respect for elders and upholding tradition. They use methods that many American middle-class parents today view as outmoded and even dangerous.”

“… les français déploient un modèle authoritaire qui trouve sa source dans le respect des ainés et dans la conservation des traditions. Ils utilisent des méthodes que plus d’un parent américain contemporain de la classe moyenne interprèterait comme étant désuet voire dangeureux.”

 

La très jolie conclusion dans l’article de Paige Bradley Frost est celle que tout parent devrait retenir:

“So, before we abandon American parenting practices in favor of the French, we must ask ourselves what end we hope to achieve and what supports we’re willing to put in place to help parents achieve it.”

“Donc, avant d’abandonner nos coutumes de parentalité américaine en faveur des françaises, nous ferions mieux de nous demander ce que l’on espère accomplir et ce que nous souhaitons mettre en place pour atteindre ce but.”

C’est tout à fait mon opinion: établissons d’abbord ce que nous espérons obtenir et manions ce but!

Au final je me demande surtout si Pamela, auteur du premier article, n’aurait pas un souci d’image de soi et de manque de confiance en son statut de mère, généralisant son propre ressenti sur la population américaine.

Ou alors…… si je mets ma naiveté de côté, je pourrais presque me dire que Paméla… et bien Paméla a bien compris que les américains sont de gros fanatiques des livres “self help” (aide à soi-même). Paméla a en effet su combiner le succes des deux livres à gros succès “French women don’t get fat” (“Les femmes françaises ne grossissent pas” 2007) et “Battle Hymn of the Tiger Mom” (“L’hymne de guerre de la maman tigre” 2011), suivi de l’article WSJ très similaire “Why Chinese Mothers Are Superior” (de la supériorité des mères chinoises). La France restera tendance aux US et Pamela a bien compris comment se faire du buzz pour le lancement de son “Bringing up Bebe: One American Mother Discovers the Wisdom of French Parenting” (“Eduquer bébé: comment une mère américaine découvre la sagesse de la parentalité française”).

Et bien, très chère Paméla… ton livre, faudrait le réécrire. Et essaie de comparer plus d’une maman à ta parentalité à toi, déjà. Déjà, trouve-toi une maman normale, une qui est parfaitement imparfaite, ça aidera!

Chaque nationalité a sa façon d’éduquer ses enfants. Tout comme aucun parent n’est parfait, aucune nationalité tient la palme d’or en éducation. Il est bon de se souvenir juste d’une chose: vous êtes et serez pour toujours le parent parfait pour votre enfant. Pas pour celui du voisin.

Ilse

Publicités

8 réflexions sur “De la supériorité des parents français

    • HAHAHA c’est marrant moi aussi je me suis dit ça :p
      En tout cas, sur le forum des expats à Paris, ça jase ça jase! Tout le monde critiquait l’article à fond jusqu’à ce qu’il s’avère que « Pamela » faisait partie du forum en question ^^ »
      Bref, mieux vaut le prendre avec beaucoup d’humour en effet.

  1. Merci beaucoup de ta contribution!!! Quelqu’en soit le degré de réalité (souvent faible d’ailleurs, l’apanage des clichés!!), il est toujours plaisant de savoir comment on nous voit de l’extérieur…!! Je file chez toi pour découvrir la suite!!

  2. Pingback: Parentalité, éducation : des leçons à tirer de l’expérience étrangère ? {mini-débrief} « Les Vendredis Intellos

  3. Pingback: Un peu de lecture {mini-débrief} « Les Vendredis Intellos

  4. Pingback: Retour vers le futur {mini-débrief} « Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.