Du sommeil de bébé… et du nôtre !

Quand j’étais enceinte de ma Zouzou, j’ai acheté un livre qui s’appelle « Bébé calme »… que je n’ai jamais lu, comme tant d’autres.
Et pour les Vendredis Intellos, c’est l’occasion de les ressortir. Enfin de les sortir tout court, hein.
Déjà, t’as vu, j’ai eu le feeling d’acheter ce livre : je savais déjà qu’un bébé, c’était pas vraiment ce qu’il y avait de plus calme (sauf si t’es habituée aux concerts de death metal).
Et puis je voulais que mon bébé se sente bien, soit bien.
Dommage, j’aurais dû le lire, parce que franchement, il est pas complètement con-con ce livre.
Il parle des besoins du bébé mais aussi donne des trucs et astuces pour calmer les pleurs ou pour favoriser son endormissement.

Ah, je sens comme des oreilles qui se dressent en lisant le mot « endormissement ».
Ben oui, on est tous obsédés par une chose quand on est parent : le sommeil de notre bébé ! (Et donc que l’on soit clair, ses effets sur le nôtre, de sommeil).
La seule chose que l’on sait quand un enfant né : on ne comprend rien à son sommeil. Rien. Il dort 6 heures puis rien, puis 2 heures… toutes les deux heures.
Ce livre « Bébé calme », de Caroline Deacon, est pas mal du tout pour comprendre le sommeil de bébé.

D’abord, l’auteur propose de comprendre notre propre sommeil dans un premier temps. Et là, j’aurais dû lire plus attentivement, car elle dit juste la vérité dans le chapitre 17 consacré au sommeil des parents : « Pour des futurs parents, la privation de sommeil est sans conteste l’une des perspectives les plus effrayantes qui soient. Alors autant affronter la réalité : il est absolument inévitable que  votre bébé se réveille la nuit ». Et elle a oublié de dire que cela vaut pour au moins les 12 prochaines années (voir mon billet d’hier sur mon blog).
En gros, le sommeil de l’adulte :
– est composé de 5 cycles de 4 phases ;
– est d’environ 8 heures par nuit ;
– permet de traiter les informations de la journée.

Le sommeil du bébé, lui, est bien différent, voire incompatible au nôtre pour être tout à fait honnête :
– il compte deux phases : un sommeil agité, et un sommeil calme ;
– évolue au fil des semaines :
* à sa naissance : besoin de beaucoup d’heures de sommeil (12 à 16 heures) réparties en cycles de 60 minutes – contre 90 chez l’adulte -, donc parfois avec beaucoup de réveils ;
* aux alentours de 1 mois-6 semaines : le besoin de sommeil est moindre mais le bébé dort plus longtemps ;
* vers 4 mois : les cycles de sommeils sont davantage groupés et les périodes d’éveil dans la journée équivalent à 8 heures environ ;
* vers 6 mois : la durée du sommeil paradoxal diminue et le sommeil de bébé ressemble au nôtre… en théorie.
Bien sûr, tout ça, ce sont des repères. Il y a des bébés dormeurs, d’autres non… et on ne sait jamais sur quel numéro on va tomber.
Et entre les dents, les rhumes, l’alimentation, les événements, les nuits peuvent continuer à être hachées.

A la question « quand va-t-il faire ses nuits ? », l’auteur répond : « A toutes fins utiles, soulignons d’abord que la définition « officielle » d’un bébé qui fait ses nuits, établie par les chercheurs travaillant sur le sommeil, est un enfant qui dort de minuit à 5 h du matin, et non pendant douze ou quatorze heures d’affilée. Si les scientifiques ont constaté que 85 % des  bébés étaient en mesure de faire leurs nuits à 6 mois, cela signifie qu’ils dorment cinq heures durant, et pas plus ! Espérons qu’à l’âge de six mois  – ou de quatre mois si vous avez de la chance – votre enfant dormira un certain nombre d’heures la nuit, avec plusieurs siestes au cours de la journée. A un an, il aura besoin de deux siestes, plus une longue nuit de sommeil. A deux ans, il ne fera sans doute plus qu’une seule sieste, assez longue – entre une et trois heures. Mais, même à cet âge, nombreux sont encore les enfants qui se réveillent de temps à autre la nuit – jusqu’à l’âge de trois ans, un tiers des enfants ont des réveils nocturnes, ainsi que des difficultés pour s’endormir. »

Et elle précise aussi un élément essentiel à mon sens :« Les réveils nocturne [du nourrisson] sont moins liés à la sensation de faim qu’au besoin de réconfort et de présence des parents pour se rendormir ». En gros : plus il sera rassuré quand il en a besoin, plus il a des chances d’avoir un sommeil paisible. Et c’est logique : perso, si j’ai passé une journée de merde pleine de contrariétés, mon sommeil sera moins bon et j’aurais plus de mal à m’endormir. Non ?

Heureusement, l’auteur nous donne des solutions pour aider bébé à dormir, comme instaurer un rituel du coucher :
– faire un bain ;
– puis mettre le pyjama ;
– donner le repas ;
– puis lui dire des mots clés pour lui indiquer que c’est l’heure de dormir (« bonne nuit mon chéri »…)

Mais aussi avec des petites astuces dont :
– donner un bain chaud ;
– en chauffant le berceau avec une bouillotte avant de coucher bébé.

Sur ce, je pars faire une sieste, car si ma Zouzou fait ses nuits (en ce moment), moi, en revanche, je ne fais pas toujours les miennes…

Kiki the mum

Publicités

2 réflexions sur “Du sommeil de bébé… et du nôtre !

  1. Merci beaucoup de ta contribution!!! Tu as parfaitement raison de le souligner : nombre de parents (dont moi!!) auraient probablement vécu avec moins de difficultés les premiers mois de cohabitation avec leur nouveau né s’ils avaient pu bénéficier d’une information claire et réaliste sur le sommeil des tout petits.
    La simple préparation mentale aux nuits entrecoupées (à la normalité de celles-ci!), la sensibilisation à l’idéalisme des euphémismes courants tels que « bébé doit faire ses nuits (de 12 H00!) à 3 mois » pourraient probablement permettre à beaucoup d’anticiper suffisamment leur emploi du temps et leur logistique pour y faire faire en minimisant les risques d’épuisement…

  2. Pingback: Parents, cet article est pour vous, recettes miracles et autres… [mini-debrief] « Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.