Protéger nos enfants : les gestes et les paroles {mini-débriefing}

Parmi les responsabilités parentales, nul doute que la protection de son enfant soit au premier rang, pour chacun d’entre nous.

Protéger son enfant, sa descendance, la chair de sa chaire est peut-être instinctif chez les êtres humains. Tels des animaux nous les protégeons des proies, des vautours, des accidents de la vie en sommeParmi les responsabilités parentales, nul doute que la protection de son enfant soit au premier rang, pour chacun d’entre nous.

Protéger son enfant, sa descendance, la chair de sa chair est peut-être instinctif chez les êtres humains. Tels des animaux nous les protégeons des proies, des vautours, des accidents de la vie en somme.

L’idée qu’il arrive quelque chose à notre enfant est tout bonnement insupportable.

Être parent c’est même expérimenter le paroxysme du sentiment de compassion : on souffre à la place de son enfant

Protéger son enfant, cela passe par des gestes, des gestes qui sauvent même. L’accident domestique est juste la première cause de mortalité des enfants… Et elle est dans le top 3 des pires craintes de parent. On le sait, tu le sais, nous le sachons, ils le sachassent : il suffit de tourner la tête pour que l’irréparable arrive. Si l’on pense à sécuriser la maison – plus ou moins, perso, moins que plus – on ne pense pas toujours, pour ne pas dire jamais, à apprendre les gestes qui sauvent. Et qui nous sécurisent en tant que parent finalement. La mère piquouse nous livre justement dans son billet les gestes qui peuvent sauver bébé. Je me suis dis : mais extra ! Et puis après, je me suis dit que je ne voulais juste pas savoir pour ne pas imaginer le pire. Voilà aussi pourquoi on ne pense pas à apprendre ces gestes-là, parce qu’on se dit que cela n’arrive qu’aux autres, pas à nous. Pourtant… Je me rappelle d’amis qui ont dû aller aux obsèques d’une petite fille de 4 ans qui était morte d’étouffement à cause d’un Knacki-ball (autant te dire que déjà, les saucisses à base de gélatine de porc n’ont jamais eu droit de cité chez moi, mais les Knacki-ball peuvent vraiment se brosser profond avant que je daigne poser mes yeux sur eux :S). Alors oui, ça peut arriver et pas qu’enfant d’ailleurs : oui, je sais, je te fais bien flipper mais pourtant c’est la vérité. La mère piquouse nous apprend les bons gestes à effectuer à un bébé puis à un plus grand en cas d’ingestion de corps étranger : eh oui ! on a parfois des réflexes dans ce genre de situation qui peuvent aller en dépit du bon sens. Si moi je pratique naturellement la technique du « petit doigt en crochet » pour retirer un truc de la bouche de ma Zouzou… le reste j’y aurais pas du tout pensé… A faire donc : la manœuvre de Mofenson et celle, un peu plus connue, de Heimlich. Passionnant ! Et surtout appeler le 15 ! Courez lire ça ! Ces manœuvres, c’est un peu comme le massage cardiaque : on devrait tous y être formés, car cela sauverait un bon nombre de vies !

La Farfa, quant à elle, nous parle de protéger notre enfant de la vie… mais surtout de ses a priori, à travers la question de l’égalité homme-femme dès la crèche. Car oui, c’est dès le premier lieu de socialisation de l’enfant que les choses doivent être mises à plat : les hommes et les femmes sont égaux ! Non, le cerveau de la femme n’est pas plus prédestiné à se servir d’appareils ménagers que celui des hommes. Non, une femme peut aussi être maçon et un homme maïeuticien. Si l’on veut que l’homme soit l’égal de la femme, il en tient à nous, parent, de montrer l’exemple. Et pour moi, cela est primordial : ma Zouzou, je veux qu’elle ait le choix d’être ce qu’elle veut être. Point. Pas en fonction de son sexe. Elle aime les camions : on lui offre un camion de pompier (elle découvrira plus tard peut-être que les pompiers sont plus intéressants que les camions ^_^). Elle aime les robes de princesse : très bien. Enfin, même si j’aurais du mal à me résoudre à lui acheter un kit de petite fille type nettoyage avec la serpillère, l’aspi… Hum. Du coup, je l’encourage quelle que soit l’activité qu’elle entreprend. Et je lui dis qu’elle est forte comme papa quand elle arrive à porter des choses qui font la moitié de son poids (je vous rassure, je l’en empêche… mais elle est têtue !). Mais si les structures d’accueil puis plus tard l’école formatent dans l’autre sens ? Que se passe-t-il ? L’inégalité est-elle vraiment présente dès le plus jeune âge dans ces lieux de socialisation ? Du plus loin que je m’en rappelle, enfant, je n’ai jamais trop souffert de cette différence. Jusqu’en CM2, filles et garçons jouaient ensemble indifféremment. Je jouais aux billes, mais aussi à l’élastique. En sport, on faisait également du rugby (on était dans la même équipe La Farfa ??). J’ai la fâcheuse impression que les choses se corsent plus tard, non ? Quoi qu’il en soit, dans la crèche où est ma Zouzou, les garçons jouent à mettre des chaussures à talon, à faire de la cuisine mais aussi à porter bébé sur le dos. Les filles jouent au train, travaillent leur motricité. Ils font tous les mêmes activités de manière indifférente en fonction de leur sexe, très naturellement. Et il me semble qu’aucune personne encadrant les enfants n’y trouve quelque chose à dire. Pourtant, je suis dans une toute petite ville, bien loin des grandes villes (finalement, c’est peut-être un atout… faut dire que la structure est géniale, ils font mêmes des activités montessoriennes avec des graines… j’arrête là, je vais m’attirer vos foudres ^_^). Et puis je me dis : et si finalement le changement de mentalité devait venir des enfants ? Si eux changent, les mentalités changeront. Je crois infiniment que ce changement est bien en cours. J’ai d’ailleurs croisé un stagiaire psychomotricien à la crèche : la directrice était ravie de l’accueillir. Enfin un homme dans l’équipe : et les enfants ont adoré ! D’ailleurs, je croise de plus en plus de papas qui amènent et viennent chercher leurs petits bouts. Je vous le dis : la révolution est en marche !! (Mais siiii, allez !)

Kiki the mum

3 réflexions sur “Protéger nos enfants : les gestes et les paroles {mini-débriefing}

  1. Merci beaucoup pour ce débrief!!!! Tu as réussi la prouesse de nous faire un maxi-super-intéressant débrief avec deux uniques contributions (passionnantes certes! mais tout de même!!)!!! BRAVO!!!
    Je n’ai rien à ajouter!! Tout est dit!!! :-)

  2. Je suis ravie que tu te sois occupée de ce débrief’ : avec mes 2 neurones restant, je n’aurai jamais pu t’égaler. Bravo ( et merci !), ce fut un plaisir de te lire !

  3. Vous allez réussir à me faire pleurer les filles. Merci surtout à vous, à ces belles participations, à cette belle énergie que chacune met en œuvre, et à Mme D. pour cette belle idée. Je prends tellement de plaisir à participer à tout ça, à lire tout ça semaine après semaine :) Sandy, je ne doute pas que tu aurais pu t’en sortir aussi bien que moi ;)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.