Communication épanouie : critique de la punition

Cette semaine, j’interromps ma série sans l’interrompre, car je vais te parler d’un extrait d’un autre livre de Faber & Mazlish : « Parler pour que les enfants écoutent : Ecouter pour que les enfants parlent ».

J’ai lu cet extrait hier dans le train, qui m’a émue aux larmes (en public, c’est tellement mieux n’est-ce pas !?) parce qu’il me parle énormément.

Cet article fait suite à deux autres qui traitent de livres des mêmes auteures. Il n’est pas nécessaire de les avoir lus pour comprendre ce qui va se tramer ici (rien de sanguinolent je te rassure), mais les voici tout de même :

l’introduction

le pouvoir de la description

Je lis les livres en anglais, les citations ne sont donc que mes traductions. D’ailleurs, si quelqu’un possède le livre en français et a un peu de temps, je suis preneuse des passages officiels.

Le chapitre en question propose des alternatives à la punition. Le but est d’éviter les méfaits de la punition sans pour autant devenir permissif. Ça fait rêver hein ?!

Mais d’abord pourquoi éviter les punitions ? Parce que, bien souvent, elles ne mènent pas réellement au résultat souhaité.

Un exercice intéressant proposé dans le livre est de se replonger dans ses souvenirs d’enfance et de se demander ce qu’on ressentait lorsqu’on était punis.

Voici la réponse que certains parents ont donné :

– je détestais ma mère et l’insultais en moi-même, puis me sentais coupable d’avoir eu de telles pensées ;

– je me disais que mon père avait bien raison, que je ne valais pas grand chose et méritais bien ma punition ;

– je m’imaginais tomber très malade, et qu’ils regretteraient bien de m’avoir puni ;

– Ils sont méchants, je vais me venger. Je vais recommencer, mais cette fois, je ne me ferai pas prendre.

Est-ce que tu reconnais dans ces comportements ?

La méthode punitive engendrerait donc haine, vengeance, mépris, culpabilité, dévalorisation, apitoiement sur soi-même…

Alors, au lieu de cela, les auteures proposent une forme bien différente de communication avec l’enfant, basée si je ne me trompe pas dans le résumé, sur la responsabilisation de l’enfant face à son acte.

Je pense revenir sur les méthodes dans un article dédié, pour ne pas être trop assommante cette fois-ci.

Mais voici venir l’extrait qui m’a tourneboulée (situé après le détail des méthodes alternatives à la punition) :

Des phrases comme celles-ci disent à l’enfant : « je n’aime pas ce que tu as fait, j’attends de toi que tu répares. » . Nous espérons que plus tard dans sa vie, lorsqu’il sera adulte et qu’il fera quelque chose qu’il regrette, il se dira : « Que puis-je faire pour faire amende honorable, pour réparer les choses ? » plutôt que « Ce que j’ai fait prouve que je suis une personne indigne qui mérite d’être punie ».

Et c’est tellement moi ça… Lorsque je fais quelque chose dont je ne suis pas contente, je m’insulte, et je me punis.

Voilà donc un nouveau sujet de travail, sur moi-même pour moi-même, et sur moi-même pour mon enfant. Et comme toujours lorsque je tombe sur un extrait chez ces auteures qui me parle ainsi, après la première émotion un peu douloureuse, viennent et l’espoir et l’envie qu’il existe une autre façon de faire, plus douce, plus belle, plus respectueuse de l’autre.

Vaallos.

10 réflexions sur “Communication épanouie : critique de la punition

  1. C’est aussi ce que j’ai appris : avoir un enfant, c’est nous revoir enfant nous-même et accepter les maladresses de nos propres parents.
    Le Faber & Mazlish, tu le lis en anglais car tu ne l’as pas trouvé en français, c’est ça ?
    (Du reste, moi je l’ai cherché en français, sans succès !)

  2. Il va falloir décidemment que j’achète aussi ce bouquin. C’est vrai que Faber et Mazlich vont à l’encontre de l’éducation que nous avons nous même reçue, et à laquelle nous réagissons aujourd’hui. J’ai lu le livre de Gordon, éduquer sans punitions ni récompenses, qui dit à peu prés la même chose que F. et M.. J’essaye de ne pas punir mon fils (par exemple, il n’est jamais privé de quelque chose sans rapport avec son méfait), mais plutôt de lui faire assumer les conséquences de ses actes. Quand je dis à notre entourage que je punis trés, très rarement, on me regarde avec de gros yeux…Mais, même si je suis convaincue que c’est la bonne voie, c’est quand même rudement difficile au quotidien !

    • C’est dommage que ces types d’éducations soient si peu connus. On a l’impression qu’ils sont répandus quand on se promène sur la blogosphère, mais pas du tout.
      Un midi dans un restaurant, j’ai vu une mère s’emporter après sa fille qui avait renversé son verre. Haussement de la voix, attaques du caractère, exagération, et une petite fille en pleurs. Et en même temps que je voyais la scène, je l’imaginais avec la méthode douce : oh flûte il y a de l’eau partout, allons demander une éponge au serveur…

      En lisant les livres, tout me semble évidemment juste, et pourtant vraiment pas si simple à mettre en pratique. On a tellement d’années de mauvaises pratiques dans les pattes… Mais j’y crois, on va y arriver !

  3. Merci beaucoup de ta contribution!!! Moi aussi, je me souviens m’être sentie très remuée lorsque j’ai découvert ces ouvrages… et comme toi, j’ai regardé les gens et les comportements d’ordinaire si « admis » d’un autre oeil…!!
    Je pense que l’une des forces de ces ouvrages et de nous inviter à faire la paix avec notre enfant intérieur tout en mettant un terme à l’opposition générationnelle (dans F&M, comme dans Gordon d’ailleurs, ni parents, ni enfants ne « gagnent »!!)…et cela est souvent une expérience très forte émotionnellement!!
    Je te souhaite encore beaucoup de ces expériences!!!

  4. Pingback: Mettre de l’eau dans son vin {Mini-débrief} « Les Vendredis Intellos

  5. Pingback: Communication épanouie : quand le parent se respecte « Les Vendredis Intellos

  6. Pingback: Etre à la maison : le revers de la médaille | Vaallos est bavarde

  7. Pingback: Comment bien punir ses enfants (ou pas)? « Les Vendredis Intellos

  8. Pingback: Auto-punition « Vaallos bavarde

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.