« Le rose, ça pue »

Ce matin sur France Info, j’ai entendu parler du mouvement britannique PinkStings (« le rose ça pue »), et je ne résiste pas au plaisir d’en faire le sujet de ce vendredi intello.

L’actualité est en effet la sortie de nouveaux legos exclusivement destinés aux filles. Des Legos roses bien sûr, dans un monde « féminin » dont les personnages « aiment les animaux et faire du sport avec leurs amies » ou « organiser des fêtes et faire des gâteaux ».

Voici ce qu’en dit Francine Duquet, Ph.D. et professeure au Département de sexologie de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) :

« les enfants n’ont pas la maturité émotive pour endosser ce rôle »: «La “ culture filles ” alimente l’idée qu’il faut se préoccuper de son apparence, de son look, et parfois même être sexy. Et qu’on doit se préoccuper des garçons. Cela les catapulte dans un univers qui va très souvent au-devant de leur âge. On prend parfois les enfants pour des ados et les ados pour des adultes, ce qui crée tout un décalage.»

«L’important, c’est de ne pas empêcher un garçon, sous prétexte que c’est un garçon, de jouer à la poupée ou de câliner son ourson. Même chose avec une fille: il ne faut pas l’empêcher de jouer avec des camions ou lui interdire de jouer dans le carré de sable sous prétexte qu’elle va salir sa robe. Il faut développer à la fois la motricité et l’imagination, susciter la curiosité, par la lecture par exemple, de tous les enfants, garçons ou filles»

Protéger le monde de l’enfance est aussi important. «Jouer, rire, courir, explorer, faire des “ niaiseries ” aident les enfants à se construire et à être en relation avec les autres»

C’est même un droit pour les enfants selon la convention internationale des droit de l’enfant. (voir Article 29 qui comprend « Les États parties conviennent que l’éducation de l’enfant doit viser à favoriser l’épanouissement de la personnalité de l’enfant et le développement de ses dons et des ses aptitudes mentales et physiques, dans toute la mesure de leurs potentialités« )

Le conditionnement commence par des tapis de jeux pour bébé roses (si, si j’en ai vu dans les catalogues de Noel cette année !!) et ça se poursuit par des maquillages et des tenues supersexy proposés aux pré-ado.

On trouvera ici le compte-rendu d’un colloque sur le thème de l’hypersexualisation des jeunes filles (les tranches d’âge concerné commencent à environ 8 ans)  qui indique à quel point cette tendance de la mode, des médias est néfaste pour la construction de l’identité de nos enfants, et plus particulièrement des filles.

Extrait :
 » Que regardent les jeunes à la télé et dans les médias en général? Des images qui parlent d’elles-mêmes et véhiculent à chaque instant des idéaux restreints de beauté et des rapports hommes/femmes stéréotypés: homme dominateur, femme sexy mais soumise. C’est ce modèle relationnel que relaient lesmédias. Ces derniers constituent de  véritables reflets de la société de consommation. L’industrie de la musique et celle de la publicité diffusent abondamment des images de femmes-objets adultes, dénudées et sensuelles, ainsi que de jeunes femmes sous les traits de petites filles aguichantes. Le message ici est  sans équivoque : « Viens me chercher ». On n’a qu’à penser aux clips de chanteuses pop comme Christina Aguilera ou Chakira : quelle image d’empowerment offrent-ils aux jeunes filles qui s’identifient à ces vedettes du girl power? Et les vidéos des rappeurs : quel rôle y trouve-t-on pour les femmes? Certaines publicités vont plus loin encore et utilisent l’image de corps de jeunes filles sans montrer leur tête, évoquant ainsi la  Méduse décapitée.

Cet endoctrinement des préados par des messages sexualisés constamment répétés soulève des enjeux identitaires. Séduites par ces artifices omniprésents de la commercialisation, nos fillettes peuvent manquer de sens critique et d’emprise sur la situation. Leur formation identitaire se fonde ainsi sur l’apparence : ce que l’on a l’air importe beaucoup plus que ce que l’on est ou ce que l’on fait. Avec le retour aux vieux stéréotypes masculin et féminin, on assiste à un déplacement des intérêts intellectuels vers les projets reliés au corps. Le souci de l’image corporelle, la tenue vestimentaire et la volonté d’imiter le monde de la femme-objet adulte vendu par les médias, déclassent en importance, par exemple, la préoccupation pour les résultats scolaires.  »

Je trouve particulièrement juste cette phrase de Francine Descarries, (Professeure, département de sociologie, UQAM) :
«  L’hypersexualisation valorise le paraître aux dépens de l’être; l’avoir plutôt que le savoir « 

C’est dès la petite enfance que les stérétoypes creusent les inégalités hommes -femmes et qu’on en arrive

Quelles solutions ?
Pas facile de s’opposer à la norme sociale, surtout avec nos enfants qui veulent à tout prix être normaux.

On a récemment parlé dans divers média de la crèche Bourdarias qui s’inspire d’un modèle suédois .

Pour les enfants des CP et CE1, la ligue de l’enseignement propose un livret sur le thème « cassons les stéréotypes »

On peut trouver sur le site de l’association Adequation des ressources  pour une éducation non sexiste qui est très riche en références et documents à télécharger.

Mais les enfants étant quotidiennement confrontés aux modèles de consommation posés par les pairs, difficile de convaincre mon fils qu’il a le droit d’aimer le rose, et ma fille d’aimer le rugby :-)), et les deux que Chakira c’est pas le top du top …

Phypa

23 réflexions sur “« Le rose, ça pue »

  1. bel article !!!
    Sur qu’il y a pas mal de travail, et ça commence tôt !!!
    Un jour P’tit Lutin ne voulais pas danser parce que « les garçons, ils dansent pas », et donc je lui est monter des vidéo de garçon qui dansent. Mes enfants sont très marqué dans la différenciation sexuelle : mon fil parle de spiderman, de bagarre etc, et ma fille adore tout ce qui est rose et les princesses; mais vu qu’ils aiment jouer ensemble mon fils joue aussi à la poupée et à la cuisine et ma fille aux pirates et aux voitures.
    Et quand l’un me dit que tel chose c’est pour les filles et telles choses pour les garçons, je leur explique que non.
    Mais attention à trop vouloir que fille et garçon sont égalitaire, il ne faudrait pas n’ont plus oublier qu’ils sont différents de manière physique et physiologique, et qu’il y aura donc toujours des dominantes de caractères plus féminine et d’autres plus masculines influencé par la biologie.
    Et dans la recherche d’égalité nous devons prendre en compte ces différences.
    Sinon, avec mon expérience dans la petite enfance, je peut dire que la plupart des garçons aiment jouer à la poupée ou à la cuisine, et que généralement les mamans l’acceptent bien mais que les papas ont plus de mal !!!!
    Bonne journée !!!

    • Oui je suis d’accord . Il y a un équilibre que nous devons préserver justement en relativisant le matraquage marketing que nos enfants subissent.
      Perso j’ai tout de même une indigestion de rose quand je me balade dans les magazines de jouets et de vêtements « pour filles »
      Cette « standardisation » permet surtout de limiter les coûts de production !!

  2. Bravo pour ce billet intéressant qui résume bien toute ma pensée.
    Ma fille de 6 ans aime autant les jouets dit de filles que les jouets de son frère. Elle adorerait avoir des playmobils agents secret par exemple.
    Elle aime aussi jouer aux voitures et jouait aux legos sans qu’il y en ait pour « filles »

  3. Sujet de réflexion fréquent pour moi… C’est plus simple pour moi en tant que mère car j’ai deux garçons: il est plus simple de leur permettre de pleurer et d’exprimer leurs sentiments que de lutter contre l’image hypersexualisante destinée aux filles. Enfin, plus simple pour l’instant : plus tard j’aimerai que mes fils n’aient pas une vision déformée des rapports hommes-femmes. Ceux qui nous sont proposés sont décidément trop axés sur des jeux de pouvoir, sur la sexualité, sur le paraitre plutôt que l’être.
    Chez nous, il n’y a pas la télé, ça limite un peu les dégâts. Mais le sexisme est partout: dans les barbapapas par exemple, les filles restent avec leur mère pour faire « un bon gâteau » aux garçons qui vont eux, batifoler avec leur père dans la montagne…. Je vomis.
    A l’inverse, Pingu a tout compris: le papa couve l’oeuf autant que la maman, et si la maman fait la cuisine, quand Pingu abime son écharpe, c’est son papa qui prend les aiguilles pour lui en tricoter une nouvelle…

  4. Merci beaucoup Phypa pour ce très riche article!! Le chemin est encore long tu l’as montré et les réponses à apporter au cas par cas pas si facile à trouver…
    Je crois personnellement que le fait d’être mère d’une fratrie composée de fille et de garçon est une chose facilitante: chacun pioche dans les jouets des uns et des autres sans restriction aucune…
    La question de l’apparence vestimentaire l’est plus, d’autant que comme tu sais, la Princesse a eu une période « rose » assez marquée…et je n’ai encore aucune idée de la façon dont je me comporterai lors de sa préadolescence face aux dérives d’hypersexualisation… Je ne m’inquiète pas outre mesure non plus: j’ai pleuré pendant 1 mois le jour où ma mère m’a annoncé que j’avais besoin d’un soutien gorge, je refuse toujours de porter des strings car je trouve ça inconfortable et suis loin d’être toujours exempte de poils… voilà pour le mythe de la femme objet… sinon, je n’ai rien dans l’absolu contre tel ou tel vêtement du moment que l’on s’y sent bien, que l’on peut bouger comme on veut et faire ce qu’on veut… cela me semble la priorité absolue, bien au delà de l’apparence finalement…

    • Oh oui, avoir des garçons et des filles dans la fratrie, je trouve que c’est l’idéal et que ça simplifie le casse-tête des jouets, ça évite que Mr ou d’autres membres de la famille te regardent de travers si tu offres un jouet rose ou une poupée à ton fils… Heureusement, en attendant que l’on ait une fille, la crèche c’est bien pour ça !!

  5. vous auriez vu la tête de ma fille ainée (6ans) quand elle a découvert une patinette bleue à Noël. et puis, quelques arguments, et depuis elle s’éclate avec. Maintenant, on entre dans la phase « et les garçons, ça peut porter du rose ? ». ben oui, …
    sinon, j’ai reçu « le sexisme dans les jouets », et j’ai hâte de le lire, j’essaierai de vous en parler
    merci pour cet article

    • Qu’il vaut mieux avoir des petits seins naturels bien à soi que des poches en plastique qui fuient !! (voir l’actualité des prothèses mammaires !!!)

      Que les artifices sont inconfortables : plus de bains de mer ou de piscine ?

      Qu’il est plus important de se sentir bien dans son corps tel qu’il est ?

  6. C’est ce passage de ton article qui m’a le plus interpellée « “les enfants n’ont pas la maturité émotive pour endosser ce rôle”: «La “ culture filles ” alimente l’idée qu’il faut se préoccuper de son apparence, de son look, et parfois même être sexy. Et qu’on doit se préoccuper des garçons. Cela les catapulte dans un univers qui va très souvent au-devant de leur âge. On prend parfois les enfants pour des ados et les ados pour des adultes, ce qui crée tout un décalage.» »
    Je n’avais jamais mis le doigt là-dessus mais c’est évident. Et je me dis que le jour où j’aurais une fille, y’aura du boulot ma pauv’ Lucette !!!
    (sinon, moi j’aime bien Shakira ;-) Mais c’est vrai qu’elle joue un peu trop la carte du sexy/sensuel à tout va depuis qu’elle est mondialement connue)

  7. J’adore ton post. Franchement, tous ces trucs pour filles qu’on leur colle dès la naissance sont ridicules… C’est de notre rôle de parents de ne pas entrer dans le jeu du marketting et d’informer les enfants. Je pense que même si les fillettes ont leur « période rose », elles en sortiront dès lors que leur entourage leur montre d’autres voies. Je me fais en revanche plus de souci quand je vois certains parents surenchérir dans cette voie, en ne proposant que des jouets sexués et ne leur achetant que des vétements roses et pas forcément trés adaptés à des enfants (bon, je ne suis pas la mieux placée pour juger, je n’ai que des gars). Tu rappeles justement le rôle que jouent les médias dans ces phènomènes, ici encore, je me réjouis d’en tenir mes Doux éloignés de la télévision… Allez, je vais faire un tour sur le site Pinkstinks.

  8. Ahhh, y a moyen de se procurer un badge Pinkstinks quelque part avant d’aller faire les soldes ? lol
    Ici on n’est pas encore confronté à cette question de l’hypersexualisation car nos filles sont encore un peu petites (2 et 4 ans), par contre la ségrégation rose / bleu, elle existe depuis la naissance et ça m’éneeeeerve.
    J’ai par exemple constaté que les vêtements pour fille sont souvent moins confortables, moins pratiques, et protègent moins des intempéries. Du coup je regarde souvent dans le rayon garçon pour trouver des pantalons confortables (et pas des jeans slims en taille 18 mois…) et qui ne craignent rien (parce que le rose, c’est salissant qd même hein…)

    Mais bon, comme on avait dit en commentaires d’un autre article, c’est aussi une question de société, et ce qu’on propose comme idéal aux petites filles ne fait que refléter ce que l’on propose aux femmes.

  9. Après un petit tour sur le site de Pinkstinks, non seulement ils proposent des badges, mais aussi des tabliers de cuisine, comme c’est formidable lol
    (bon, il y a aussi des t-shirts pour mecs…)

    Sinon j’aime bien le bavoir « I’m no princess », à glisser dans le sac à langer pour partir en visite chez belle-maman (qui appelle mes filles « mes poupées », je supporte difficilement…)

  10. Pingback: La place de l’enfant, entre hier et aujourd’hui.#minidébrieffing. « Les Vendredis Intellos

  11. Pingback: Cassons les clichés « Les Vendredis Intellos

  12. Pingback: “Pinkstinks” ou la rebellion de deux mères contre le rose « Les Vendredis Intellos

  13. Pingback: Stop à l’hypersexualisation – Protégeons nos filles | Les Vendredis Intellos

  14. Pingback: Qu’est-ce que l’adolescence ? Ouvrage de la bibli des VI | Les Vendredis Intellos

  15. Pingback: Une éducation anti-sexiste, pourquoi ? Comment ? [dossier thématique] | Les Vendredis Intellos

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.