De la nocivité des magazines pour parents

De temps en temps, j’aime m’acheter un magazine. Mais les catégories qui me plaisent s’amenuisent :  je ne lis plus les magazines people et je suis souvent déçue par les féminins (mais je continue à en acheter, allez comprendre). Il m’arrive aussi de lire ceux qui s’adressent aux parents, j’ai même été abonnée un an à l’un d’entre eux mais aujourd’hui, c’est fini. Je les trouve non seulement inintéressants mais nocifs. Il me semble que leurs articles n’apportent que peu de réponses et culpabilisent. Il me semble que les parents n’ont pas besoin de ça… Qu’en pensez-vous ?

Prenons le dernier que j’ai acheté (famili, février-mars 2012), j’y ai retrouvé tout ce qui m’agace à chaque fois :

  • Les contradictions ne leur font pas peur

Dans un article sur l’impact des écrans (télévision, ordinateur,…) sur les enfants, on trouve la recommandation suivante :

 La place d’un petit de moins de 3 ans n’est pas devant un écran, même devant un programme pour enfants ou une émission à vocation éducative ! Pourquoi le seuil des 3 ans ? « En 1999, l’Association américaine de pédiatrie a formellement déconseillé les écrans pour les moins de 2 ans, explique Serge Tisseron. Depuis, un certain nombre de travaux ont montré que la relation au monde des enfants reste en pleine construction jusqu’à 3 ans. »

Mais que trouve-t-on à la page suivante ? Le prix jouet Famili 2011 a été attribué à un :

 ordinateur portable et personnalisable pour les enfants à partir de 2 ans.

 Quel conseil faut-il suivre ? Le théorique ou le publicitaire ? Certes, chacun peut faire la part des choses mais un minimum de conscience professionnelle ne serait pas de trop. C’est comme s’ils disaient : « Pas de sucre avant 3 ans » puis faisaient la pub pour des bonbons adaptés aux nourrissons !

  • Ils aiment asséner des faits sans contexte ni argumentation

Pour 81% des Français les parents d’aujourd’hui ont du mal à se faire obéir de leurs enfants. Source : Sofres, août 2011.

D’accord, très bien. Et ???

 Dans notre société, on adore les statistiques, sauf que, seules, elles ne veulent rien dire. Non seulement, ça n’a pas grand intérêt mais c’est un peu pervers, car on peut l’interpréter de plusieurs manières : trouvent-ils que les 81% ont raison, que tout fout le camp, ma pauvre dame ? Ou bien essaient-ils de montrer que, de nos jours, les parents sont trop montrés du doigt ? Cela ne fait pas avancer le débat, la réflexion.

  • Ils voudraient nous faire croire qu’ils ont la solution à tout

Dans ce numéro, on trouve un dossier sur le sommeil des enfants de 0 à 5 ans :

 Le sommeil des tout-petits ? Pas de tout repos ! Quand va-t-il enfin faire ses nuits ? Pourquoi nous rejoint-il dans notre lit ? Il ne veut plus faire la sieste… famili vous donne les clés pour qu’il dorme comme un bébé.

Rooh, bah ça c’est gentil, tiens ! Vous allez sauver la vie de TOUS les parents ! Si j’avais su, j’aurais acheté ce magazine plus tôt. Il faudrait qu’ils fassent une conférence à l’OMS ou à l’ONU même (parce que le sommeil est la clé pour la paix du monde, moi je vous le dis !).

 S’il y avait des recettes magiques, ça se saurait. Le problème du sommeil (comme bien d’autres) est bien plus complexe et ne peut être traité en quelques pages. Je ne nie pas qu’on peut y trouver une ou deux informations utiles mais globalement, je trouve qu’ils n’apportent pas grand-chose.

Attendez ! Si jamais vous n’avez pas trouvé la solution dans le magazine, voici le conseil ultime (ici, il s’agit du poids mais je pense que ça marche pour tout) :

 Votre pédiatre vous alertera si votre enfant n’est pas dans la norme.

A bon entendeur…

On me rétorquera peut-être que la vulgarisation des propos scientifiques permet à un plus grand nombre d’avoir accès à l’information. J’acquiescerai alors mais ajouterai qu’on peut vulgariser tout en argumentant, tout en donnant divers points de vue, tout en présentant quelques cas particuliers.

Ce type de magazines semble dire qu’il y a des recettes et qu’il suffit de les appliquer pour bien élever son enfant, pour qu’il ait un poids normal et un comportement qui correspond à son âge mais c’est illusoire. Les parents risquent de perdre leur confiance en eux et oublier la spécificité de leur enfant et de leur relation avec lui. Il me semble aussi que derrière tout cela plane l’idée que ceux qui ne font pas comme ça (comme tout le monde ou comme la norme du moment) sont de mauvais parents.

Moi je dis : à bas les magazines pour parents, vive les Vendredis Intellos !

Clem la matriochka

13 réflexions sur “De la nocivité des magazines pour parents

  1. Tout comme toi, je me suis abonnée à l’un d’entre eux pendant 6 ou 12 mois. Non seulement les sujets tournent en rond au fil des mois mais en plus, d’un numéro à l’autre ou dans le même numéro parfois, les articles se contredisent d’une fois sur l’autre, histoire d’avoir un truc à dire ? On peut aussi considérer qu’ils essaient ainsi d’aborder tous les points de vue mais c’est vrai que ça manque de consistance. C’est très vite lu et concrètement, je n’ai jamais trouvé aucune solution pratique là-dedans pour les périodes délicates avec mon bébé… tu me diras, c’est pas mon pédiatre qui m’a aidée non plus !
    Plutôt moi-même, les conseils des mamans de la blogo, les vendredis intellos comme tu dis !
    Enfin, je gage que les parents qui les lisent, tout comme nous, ne prennent pas ces articles pour caution scientifique.

  2. Les mag pour parents, j’ai abandonné depuis bien longtemps! Je n’y apprenais rien d’intéressant… je ne suis même pas certaine que ceux qui écrivent les billets soient parents.
    J’apprends beaucoup plus sur les blogs, notamment sur certains courant comme parents conscients ou Montessori.

  3. Par contre, on peut s’abonner à Grandir Autrement…! Là, on lit des articles qui proposent des réflexions, c’est bien différent.

  4. Je n’ai jamais acheté ces magasines car on m’en a donné, et ça ne m’a pas donné envie de m’en acheter!!! Ce que je n’aime pas, c’est déjà, les photos de la famille parfaite, le ton un peu moralisateur, et parfois (même souvent) culcul la praline, le fait de (comme tu dis) nous donner LA formule soit disant magique qui reglera tous nos problèmes, qu’en gros il faut faire comme ça sinon on est de mauvais parents (limite on culpabilise), qu’il n’y a qu’une règle à suivre : la leur, et le manque d’argumentation (ah du blabla il y en a, mais c’est creu creu au final…). Et puis, j’ai oublié les questionnaires qui te font savoir quel parent tu es… Et comme tu dis, (ainsi que Madame Sioux), sur les vendredis intellos, on ne trouve pas seulement des conseils lachés comme ça, à « nu », c’est argumenté! donc perso, j’y trouve plein d’infos!

  5. je crois que, si, plein de parents prennent ce qui y est dit pour argent comptant… demande donc des références à celle qui te sort que tu devrais faire ceci ou cela (LE sujet étant le sommeil ou l’allaitement^^)… elle te dira souvent  » bah tout le monde sait ça! », sous entendu, je l’ai lu dans Version femina, Famili, Crèche mag’, ou autre… Le journaliste a une position de pouvoir indéniable ! Ce qu’il dit, ça donne l’impression que c’est l’opinion générale.

    Pour moi il n’y a que Grandir Autrement et l’Enfant et la Vie qui sortent du lot , qui font souvent attention à proposer des pistes mais jamais dire ce qu’il FAUT absolument faire sous peine que bout’chou soit un tyran pour les 30 prochaines années, et qui ont compris que les parents étaient autonomes et responsables, les autres ne valent pas la peine…

  6. Merci beaucoup Clem pour ta contribution et ta réflexion…. C’est amusant, je me faisais à peu près la même hier, en parlant (voire en saoulant Mr D) avec les VI…!!!
    La conclusion à laquelle je suis arrivée c’est que tout d’abord, un journal diffuse de l’information en sens unique, il n’y a pas réellement possibilité de réponse, de débat, de dialogue… comme sur un blog… d’où je pense la centration sur des conseils assénés ou des idées tranchées…
    Ensuite, un journal vit de la pub et du nombre d’exemplaires vendus, ils ont une réalité commerciale à laquelle nous ne sommes pas ici confrontées… eux sont par ailleurs obligés d’aller chercher quels sont les sujets « tendance » ou « dans l’air du temps », alors que ceux-ci nous arrivent sur un plateau doré par l’intermédiaire des préoccupations des neuroneuses!!
    Bref, pour l’instant, nous vivons dans un petit monde préservé où il fait bon débattre et s’enrichir… pourvu que ça dure!!!

  7. Moi je n’ai jamais acheté ce type de magazine.
    Et je n’achète plus non plus de magazines féminin : à part les pubs pour cosmétiques , y a quasi rien à lire et j’ai tout fini en 2h

  8. Oui parce que « Tout se joue avant 6 ans », après c’est foutu, la preuve le remboursement des frais de garde finit aux 6 ans de l’enfant. A 6 ans t’es autonome, tu prends un appart et tu t’abonnes tout seul à Auto-moto. Non mais !

  9. Je rejoins Sandrine pour Grandir Autrement, le reste : poubelle ! Surtout depuis que j’y ai lu un article sur La mode du portage et de l’allaitement sans oublier l’article de Elle sur les laits pour bébé qui ne faisait ps mention du lait maternel…

  10. J’ajouterais que dans toutes les enquêtes, sondages et autres questionnaires, il manque un truc essentiel à la lecture des résultats… La question qui a été posée !
    Je prends un exemple exagéré mais c’est presque ça : A la question pensez-vous que la guerre c’est bien, 95% des français interrogés ont répondu non. Dans le journal, on lira « 95% des français sont contre la guerre en Irak ».

  11. Pingback: La construction de la parentalité (mini-débriefing) « Les Vendredis Intellos

  12. Pingback: PEPS, un magazine pour parents qui change(nt) « Les Vendredis Intellos

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.