Noël ou l’art de l’émerveillement

Que l’on considère Noël comme une fête avant tout religieuse, que l’on privilégie le côté familial ou que l’on songe d’abord aux cadeaux (les trois ne s’excluent pas d’ailleurs), on passe en tout cas beaucoup de temps à s’émerveiller en regardant les décorations qui illuminent les maisons, les vitrines, les rues, en admirant le sapin tout orné, en ouvrant ses paquets, en s’extasiant devant les cadeaux des autres et en voyant le bonheur briller dans les yeux de chacun. Oui, c’est (souvent) un beau jour que Noël.

J’aime l’ambiance qui règne dans les rues, les « bonnes fêtes » que l’on se dit à chaque rencontre, les moments passés à chercher LE cadeau qui fera sourire son enfant, son mari, sa soeur, sa mère, etc. J’aime « l’esprit de Noël », comme on dit… Tout  n’est pas brillant, c’est vrai, il y a cette folie de la consommation, l’isolement de tant de gens, l’argent qui manque, les familles déchirées mais aujourd’hui, j’ai envie de m’émerveiller. Je veux croire que la lumière prime. A vrai dire, quand je regarde mes enfants, quand je les vois sourire et se réjouir pour un « rien », je suis émerveillée moi aussi. Noël me semble le moment idéal pour laisser les enfants nous apprendre la vie.

Je cherchais de quoi alimenter ma réflexion sur Noël pour les Vendredis Intellos et je suis tombée sur ce très beau texte de Marie de Hennezel sur le site de Psychologies Magazine. Vous pouvez lire le texte entier ici mais je vous en mets un extrait car elle exprime ma pensée en beaucoup mieux :

L’hiver arrive, les jours raccourcissent. Nous voilà dans la grisaille et le froid. Pourtant, regardez tous ces petits rituels qui consistent à combattre l’obscurité des jours et des coeurs, en mettant partout de la féérie et de la lumière ! (…)

Je viens d’entendre le philosophe Bertrand Vergely parler, sur les ondes, de son dernier livre, Retour à l’émerveillement. Commentant la tristesse et le désenchantement du monde, enracinés dans la perte du paradis perdu que chacun expérimente en affrontant les déceptions de la vie, il nous invite à revenir, en adulte, à cette capacité que nous avions, enfant, de nous émerveiller, de nous étonner, d’apprécier et de goûter la saveur de la vie. En l’écoutant, je pense à Céleste et à Léonard, mes petits-enfants, qui ont, comme on le dit, « Noël dans les yeux » quand ils jubilent de vivre. (…)

Revenir, adulte, à l’émerveillement, (…) c’est possible, dès lors que (…) nous choisissons de voir en toutes choses, aussi sombres soient-elles, l’étincelle de lumière qui attend que nous l’entretenions. C’est bien l’un des sens de la fête de Noël que de mettre de la lumière au coeur de la nuit.

Joyeux Noël ! 

Clem la matriochka

Publicités

2 réflexions sur “Noël ou l’art de l’émerveillement

  1. Merci beaucoup de ta contribution!!! Je crois honnêtement que ça n’est pas pour rien que l’on retrouve depuis des milliers d’années des traces de fêtes illuminées aux alentours du solstice d’hiver… !!! Gageons qu’il est humain de chercher à illuminer l’hiver de nos rêves et de nos espoirs!!! Alors laissons nous émerveiller!!!

  2. Pingback: LA MAGIE DE NOEL « Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.