L’enfant, un être humain à part… entière {mini-débrief}

N’avez-vous jamais remarqué que ce que l’on demandait à un enfant était souvent sans queue ni tête ?
– « Ne touche pas ça » alors que l’enfant est curiosité… Imaginez-vous, vous vous dirigez vers un livre qui vous plaît, chez un ami, et on vous rétorque de ne pas le prendre : vous seriez vexé non, un tantinet frustré et pas bien ?
– « Ne t’énerve pas » alors que l’enfant a besoin de faire par lui même et que lorsqu’il n’y parvient pas, il est frustré… comme nous quoi.
– « Ce n’est rien » alors que oui, si l’enfant pleure, crie, c’est qu’il y a quelque chose.
– « Arrête de faire des bêtises », alors même que l’enfant ne casse pas les objets sciemment mais explore sa maison, se l’approprie.

Je me suis souvent dit que si l’on se comportait avec les adultes comme avec les enfants, on nous traiterait de… tyran.
On n’oublie trop que l’enfant est en apprentissage constant, qu’il a besoin de découverte.
Bien sûr, nous, nous avons conscience des limites et des règles de vie en société (quoique… ce n’est pas le cas de tout le monde!;.. hum). Et nous ne pouvons pas être dans l’autorisation de tout tout le temps pour nos enfants. Il y a quelques règles et limites à mettre.
Il faut juste trouver quelles règles sont importantes et quelles limites sont nécessaires pour protéger nos enfants des dangers.

Miniglobetrotteur
effleure ce thème du doigt, ou devrais-je dire du clavier. Les accidents domestiques sont la cause de nombreux accidents et en tant que parents nous devons limiter les expositions de nos enfants à des dangers. Mais ce qu’elle dit, c’est que l’enfant peut se faire à sa maison, et non l’inverse. Supprimer tout ce qui est fragile de sa portée n’est peut-être pas la seule solution pour éviter les débordements d’énergie de nos petits bouts. Elle nous invite à réfléchir sur comment est considéré l’enfant chez lui : comme un perturbateur ou un réel occupant ? Et si on adaptait sa chambre à sa petite taille, qu’on lui donnait la possibilité de faire seul ? Mieux : et si on lui apprenait à vivre dans cet environnement en lui expliquant les dangers plutôt qu’en les lui cachant ou en l’en écartant ? Personnellement, j’aime assez cette idée… et je la teste à l’insu de mon plein gré depuis toujours. Trop de choses à cacher pour que ma Zouzou n’y touche (livres, CD…), on a décidé de capituler (faut aussi dire qu’on n’est pas des accrocs au rangement, on a mieux à faire). Du coup, on lui explique que ça, ça peut blesser, que tel chose peut lui faire mal. Et croyez-le ou non, ça marche : même avec des escaliers dans mon ancien logement, je n’ai jamais eu à utiliser une barrière de protection. Le parc ne m’a servi que quand elle ne faisait même pas du quatre pattes, plutôt comme une aire de jeux (même pas 6 mois). Quant aux coins de table, elle s’est amusé à les décoller consciencieusement un par un, au fur et à mesure qu’on recollait ceux décollés. Bilan : pas trop de bobo côté Zouzou, pas trop de casse côté matériel. Et puis comme le dit Miniglobetrotteur : nous aussi on en casse de la vaisselle et des choses, personne n’est infaillible, alors pourquoi exiger cela d’un petit bout, assoiffé d’aventures ?

Il est vrai que souvent, éluder le problème, l’éviter nous semble, nous, parents, plus facile que d’affronter les vents et marées. Ainsi, on écarte l’enfant du danger. Quand il s’agit des émotions de l’enfant, on n’est pas loin du même réflexe… sans doute pour nous protéger de nos propres émotions, enfouies au plus profond de nous, bien refoulées pendant notre enfance ou parce que tout simplement avoir l’impression que notre enfant souffre est tout simplement insoutenable. Vaallos nous parle justement de l’accompagnement des émotions de l’enfant, un de mes thèmes préférés des Vendredis Intellos (si c’est votre cas aussi, retrouvez toutes les contributions sur le thème des émotions grâce à notre arbre de liens, un outil extra !). Accompagner les émotions de l’enfant plutôt que de les rejeter d’un revers de la main en disant « ce n’est rien » permet une chose primordiale : reconnaître l’émotion de l’enfant et la nommer. Il se familiarise avec ses émotions pour les apprivoiser, petit à petit, et apprendre à les reconnaître et les laisser passer. Accompagner cela passe par des mots, mais aussi par des gestes, des câlins, quand les mots manquent ou que le chagrin est bien grand.

Accompagner l’enfant, voilà notre rôle de parent. Le guider. Comme je le disais, si cela passe par les mots, cela passe aussi par le toucher. L’enfant a besoin du contact rassurant de ses parents et ce n’est pas Maman Sauterelle qui va nous contredire avec sa belle déclaration d’amour à sa fille. Elle ouvre les bras à son enfant, autant qu’il en a besoin. Qui voudrait limiter l’amour porté à son enfant, qui voudrait lui dire « là, tu as eu ta dose d’amour pour aujourd’hui » ? C’est ce qu’on leur dit parfois en leur refusant les bras, sous prétexte que l’entourage fasse pression. Un humain peut-il entendre ça, surtout quand il a besoin d’être cajolé, câliné, consolé ? Écoutons notre cœur de parent, nos élans amoureux pour nos enfants. Si je sais que les enfants souffrent de ne pas avoir eu assez d’amour, je n’en ai jamais connu qui m’ait dit « j’ai été trop aimé », jamais. Mais attention : aimer sans limites n’est pas étouffer ou accaparer. Aimer sans limite c’est aussi laisser à l’enfant son existence propre, et lui faire confiance.

C’est sur cette note d’amour que sont clos les mini-débriefs des Vendredis Intellos 2011 pour moi. Je vous envoie des tonnes de bisous et de câlins, plein d’amour pour vos fêtes de fin d’année en famille ! <3

Kiki the Mum

Publicités

14 réflexions sur “L’enfant, un être humain à part… entière {mini-débrief}

  1. Tout est dit!!! J’aime beaucoup le parallèle que tu as su montrer entre la façon dont les parents se montrent parfois irascibles vis à vis du comportement de leur enfant d’une part et vis à vis de ses émotions d’une autre… Tu as parfaitement raison: ces deux mouvements, exprimés souvent avec agressivité, sont probablement la marque de la crainte d’une atteinte personnelle, d’un désir de se protéger…!
    Tu as raison de rappeler également à quel point nous nous sommes attelés dans les VI à discuter et faire connaître les bases de la communication non-violente, celle là même qui n’en oublie pas pour autant la notion de limites éducatives!!! Ce sujet te va décidément comme un gant!!!
    Bravo, tu as fait du bon boulot!!!!

  2. Très chouette article en effet, un petit bouquin pour donner quelques coups de pouces pour aménager (pas tout en effet, on n’en finirait jamais) un peu l’espace à la mesure de nos bébés et bambins : le livre de Jeanette Toulemonde Le quotidien avec son enfant … ;)
    Et, oui, il y a un peu de casse, mais si nous ne les laissons pas faire par eux-même quand ils en montrent le besoin/l’envie , l’envie passera et sera beaucoup plus longue à revenir !!

  3. Bonjour,

    Excellent article, il est vrai que la meilleure des préventions des accidents domestiques est d’apprendre et d’expliquer les différents dangers que votre enfants peut trouver dans la maison mais il est également important de neutraliser certains dangers comme l’électricité avec des caches-prises ou comme les point chaud (vitres du four, du poêle, radiateur,…) avec un torchon ou un pare-feu, ou encore comme les escaliers avec les barrières de sécurité, tous ces éléments permettent d’éviter le pire car même si votre enfant sait qu’il ne doit pas toucher le four il peut toute fois, en jouant à coté, le toucher sans faire exprès.

    Arnaud de Maison Attention Danger.

  4. Eh ! merci de linker l’arbre de lien – mon bébé – mon amour – !
    (signé l’enfileuse de perles qui a des mois entiers de retard dans son classement et qui ne te lit que maintenant …)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.