Accoucher à Domicile : chapitre 2 Quelle préparation pour la naissance ? – Témoignages de 2 mamans

Vert Citrouille et Maybeegreen témoignent sur l’AAD…

La semaine dernière nous avions évoqué ce qui nous avait mené vers l’accouchement à domicile, deux parcours différents. Aujourd’hui nous allons vous parler de nos préparations à l’accouchement.

Maybegreen, comment t’es tu préparée pour tes accouchements à la maison? Était-ce différent de tes premiers accouchements en maternité ?

Pour ma première grossesse, devant les préparations à la naissance que proposaient les sages-femmes de la maternité, mon chéri et moi avons eu envie d’essayer l’haptonomie, au début plus par curiosité et un enclin naturel vers un renforcement des liens incluant le papa. Je n’avais pas envie, non plus, de me retrouver seule avec une meute de femmes enceintes inconnues, mon compagnon et moi avions et avons encore une relation assez « fusionnelle ».

Ces rencontres avec la sage-femme sont devenues de véritables rencontres avec notre bébé. Il répondait à nos « appels ». Des rencontres étourdissantes, époustouflantes, mais si simples, si naturelles : la réunion de la pensée et du coeur, du toucher et de la voix !

C’est aussi peut-être cette sage-femme qui a semé sans le savoir la graine de mes futurs accouchements à la maison. Lors d’une rencontre de fin de grossesse, elle m’a dit « Mais vous êtes faite pour accoucher, vous ! », mots tout simples, qui s’appliquent à toutes les femmes à de rares exceptions près (ces femmes qui sont malheureusement prédisposées à avoir des accouchements pathologiques), mais qui sur le moment et durant longtemps m’ont rassurés sur ma « capacité » à mettre au monde mes enfants.

L’haptonomie a aussi, entre autres, pour principe d’autonomiser la femme lors de l’accouchement, et montrer au papa des techniques et des postures en duo pouvant aider sa compagne en soulageant la douleur.

Cette préparation qui ne ressemblait pas aux autres a été une véritable découverte, et de dubitatifs que nous étions avant de commencer, elle a été si pleine de sens pour nous, que je n’ai jamais ressenti le besoin lors des grossesses ultérieures d’en faire d’autres. N’a demeuré que le besoin de comprendre et de savoir… non pas comment faire, mais quoi ne pas faire… pour rendre l’expérience de la naissance encore plus « juste », unique et sans regret … sans fausse note. Comme tout parent nous voulions et voulons le mieux pour nos enfants !

Ayant failli accoucher dans notre voiture ou dans les couloirs de deux maternités, ayant eu la très désagréable obligation de monter sur la table d’accouchement en pleine contraction de poussée (personne ne me croyait, sauf mon mari, et/ou cela ne leur convenait pas que j’accouche ailleurs que l’endroit prévu pour), je ne voulais pas revivre ces sensations d’impuissance et de danger pour mon bébé ! Pour moi le danger était plus grand à naître dans une voiture, un couloir à la vue de tous et en courant d’airs ou sur un escabeau en métal ou un carrelage où je n’étais pas certaine d’avoir la force et le temps de rattraper mon enfant ! Plus grand que de naître tranquillement à la maison avec une sage-femme entièrement disponible rien que pour nous du début à la fin dès lors que nous l’aurions appelée, une sage-femme qui avait accompagné de nombreux AAD auparavant !

Lire la suite du témoignage de Maybeegreen ici (incluant mes livres, mes liens, mes documents utiles).

Et toi, et ton compagnon, Vert Citrouille , comment vous-êtes vous préparés à l’AAD ?

Je ne sais si on peut dire que je me suis « préparée » à l’AAD. Je n’ai jamais vraiment fait de cours de préparation à l’accouchement non plus d’ailleurs.

Tout comme vous, nous avons commencé des cours d’haptonomie, que nous avons arrêté après trois séances : ces cours avaient lieu avec cette sage-femme avec qui nous n’avions pas réussi à nous sentir à l’aise. Ces séances (au contraire de toi je ne peux pas les appeler rencontres) nous laissaient très dubitatifs. Nous avions l’impression d’embêter notre bébé, de le déranger. Peut-être ce sentiment est-il du au fait que cette sage-femme ne nous convenait pas et que nous vivions ces séances comme intrusives. Nous préférions rester dans notre bulle, dans la découverte de cet enfant à naître, à notre rythme, le soir allongé sur le canapé ou sur le lit. Mon mari appelait notre bébé, lui parlait, caressait mon ventre et il répondait s’il en avait envie.

Le jour de mon premier accouchement je suis donc arrivée à la maternité sans avoir suivi de réelle préparation. Je crois que ce jour là j’étais juste dans mon monde, concentrée sur ce bébé qui arrivait, que j’allais découvrir. J’ai réagi à l’instinct. J’ai beaucoup marché, c’était comme une nécessité, et quand les contractions se faisaient sentir je me suspendais aux épaules de mon mari. J’avais ce besoin de m’étirer.

Pour la naissance de mon deuxième enfant j’ai fait de l’aquagym pour femme enceinte. Cela ne préparait pas à l’accouchement, c’était seulement par plaisir, plaisir de faire de l’exercice, de se sentir si léger dans l’eau, de sentir mon corps autrement, mais aussi de rencontrer d’autres futurs mères.

Lire la suite du témoignage de Vert Citrouille ici (incluant mes livres, mes liens utiles)

La semaine prochaine après les vacances de Noël, donc le vendredi 6 janvier , vous pourrez enfin lire le chapitre 3 : nos récits de naissances à la maison ! Nous envisageons un 4e et dernier chapitre ;)

Publicités

9 réflexions sur “Accoucher à Domicile : chapitre 2 Quelle préparation pour la naissance ? – Témoignages de 2 mamans

  1. Même si chacun ne choisira pas nécessairement d’accoucher chez soi en ayant en main toutes les « clés », notre témoignage est aussi là pour montrer que la naissance de nos bébés peut être empreinte de douceur et de respect, dès lors que la naissance est physiologique, donc pour presque tous les accouchements. Et même si c’est bien plus facile en AAD qu’en maternité, il existe des sages-femmes et des obstétriciens qui oeuvrent pour que la physiologie soit respectée en structure!
    En permettant à toutes les femmes (dont la grossesse est non-pathologique) d’avoir le choix, soutenues par leur compagnon, et de savoir ce qu’elles peuvent vivre ou non, de faire un projet de naissance qui leur corresponde vraiment, et en connaissance de cause (sachant pourquoi elles demandent telle ou telle chose), en donnant leur vrai rôle aux sages-femmes dans les maternités et en dehors, en redonnant aussi leur rôle de spécialistes aux obstétriciens qui ne devraient être là que pour les accouchements pathologiques, et les grossesses pathologiques, comme est initialement leur rôle… en donnant aux associations d’usagers de la naissance (c’est-à-dire qui représentent toutes les mères, les bébés, et leur famille) la voix et aussi en mettant véritablement en oeuvre ce qui est reconnu comme étant à privilégier(voir les liens sur les recommandations de l’OMS dans notre article ;)) , en valorisant et en faisant parler des Initiatives des Hôpitaux Amis des Bébés (IHAB : http://coordination-allaitement.org/index.php?option=com_content&view=article&id=25&Itemid=8 ) … tout ça et plus encore, permettra de faire avancer les choses pour que le plus de naissances possibles deviennent des souvenirs non seulement inoubliables, mais aussi le meilleur premier « pas » possible de nos enfants dans la vie !
    Notre petite pierre à l’édifice… il reste encore non pas un mais deux chapitre pour vous exprimer tout ce monde possible qui ne devrait pas être un luxe ou un idéal difficile à atteindre et presque seulement accessible par l’AAD et quelques « poignées » d’heureuses familles en maternités, mais juste naturel et courant… du domaine du possible, de l’envisageable, à choisir – sans avoir à lutter ou à tomber sur la bonne équipe, le bon jour, la bonne heure…
    Voilà, encore un message qui se voulait bref mais emportée par mon élan et l’amour que je porte à toutes les femmes enceintes, à leurs bébés et leur famille, ben je me suis encore vue vous écrire un beau pavé … tant pis ou tant mieux ? ;)

  2. Merci pour tes commentaires et questions mmedejantee ! J’ai répondu sur mon blog ;)
    Et, ben oui, nous nous sommes restreintes de notre mieux, dire l’essentiel en quelques lignes n’est pas toujours évident… Contente que nos ressources vous donnent envie d’aller plus loin !

    Plus je lis d’articles sur les VI, plus ça me donne envie ;) et parfois je mets mon grain de sel ;) C’est toujours très enrichissant !

  3. Pingback: Sage-femme, ce pilier de la grossesse [ mini debrief ] « Les Vendredis Intellos

  4. Pingback: MA grossesse, MA sage-femme « Mum addict-Trip de vie

  5. Pingback: Accoucher à la maison – Chapitre 3 – Témoignage récits de 2 naissances AAD par maybeegreen « Les Vendredis Intellos

  6. Pingback: MA grossesse, MA sage-femme « Okaasan, créations & maternage

  7. Pingback: Accoucher à domicile. Chapitre 3 : Récits de naissances, témoignage de Vert Citrouille | Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.