Une musique d’avant la musique

Som Som

véni véni véni véni

som som

véni véni Donne »

Ce sont les paroles orales d’une berceuse en occitan que chantait ma grand-mère paternelle, pourtant née dans un petit village en Algérie.

Cette berceuse est un souvenir de mon enfance, de ma grand-mère. La dernière fois qu’elle me l’a chanté, c’était à ma demande. Je venais de participer à un spectacle en plein-air à Montaillou (dans l’Aude) sur les Cathares. Une comédienne, représentant une villageoise du XIIème siècle, chantait cette berceuse à son enfant. Hors d’âge ce chant doux et enveloppant, m’avait été transmis, vivant, par ma famille, malgré les vicissitudes des exodes, des migrations humaines.

Elle m’a touché, moi, miss patrimoine, me révélant que l’histoire de ma famille avait des racines médiévales, occitanes bien identifiées.

J’ai au cœur de chanter cette berceuse à mon fils, même si je n’en connais que le refrain et la mélodie. J’ai essayé de la retrouver sur le net, mais les versions disponibles sont très différentes (La version la plus proche est celle-ci).

J’ai voulu vous faire partager cette histoire à la suite de la lecture d’un encart du magazine Causette « Berceuses sans frontières »  :

« Toutes les mères du monde chantent pour calmer leur enfant. Là aussi, (référence à l’article « la Mélodie des bébés »  sur le langage  » mamanais » c’est à dire la façon dont on s’adresse aux bébés) il y a des constantes. C’est ce qu’a démontré l’ethnomusicologue québécois Francis Corpataux. Il passe son temps à enregistrer et à étudier les berceuses du monde entier. De la Chine à l’Afrique ou la Mongolie, les pratiques musicales sont d’une extrême diversité. Et, pourtant, les berceuses ont toutes un air de famille. C’est la musique d’avant la musique, qui s’enracine dans un patrimoine commun à toute l’humanité. On peut découvrir une partie des enregistrements de Francis Corpataux au musée du Quai Branly. »

Ceci expliquerait que les disques de berceuses du monde aient un tel succès?

Et vous avez-vous des berceuses familiales, des chansons qui enracinent votre famille dans son/ses héritage(s) culturel(s) inestimable(s)?

Pochette du disque de berceuses de Francis Corpataux

Muuuum

.

Publicités

7 réflexions sur “Une musique d’avant la musique

  1. cette berceuse, dont tu parles, je ne la connait que par la chanson de Juliette « Berceuse pour Carlito » Elle est très joli
    Je connais la version en français pour l’avoir entendu sur un cd sinon.
    Ici, la berceuse familiale, celle que me chantais ma mère et que je chante à Surprise tous les soirs, c’est « une chanson douce ». Un classique ^^

  2. Merci beaucoup pour cette belle contribution!! Les berceuses m’ont toujours beaucoup intriguées… j’avais essayé de faire un billet là dessus il y a quelques temps sur mon blog parce que j’avais trouvé plusieurs ressemblances frappantes entre des berceuses d’origine pourtant très variées…(http://lafamilledejantee.blogspot.com/2011/05/de-beaux-reves-pour-les-mamans-futures.html) bien sûr, ce n’était qu’une ébauche de réflexion mais je pense qu’on pourrait creuser un peu plus pour les VI!! Sinon, chez moi, ma mère a gardé une seule berceuse sicilo-tunisienne qui lui venait de sa mère… tu n’imagines pas comme j’ai été émue de la retrouver un blog d’anciens émigrés siciliens en Tunisie revenus ensuite en France (il n’y en a pas tant que ça!!!).
    Je trouve que les berceuses sont le lien parfait entre langue et culture: parce que je transmets ma langue à mon enfant, je transmets aussi de ma culture…

  3. Chez nous la chanson du soir est une chanson que nous avons inventé à la naissance de notre première, depuis tous les soirs en les couchant nous leur chantons.

  4. merci les filles! Je trouve émouvant de parler de ces chansons si universelles, et si intimes!
    Je réponds aussi à la question que je pose (j’ai écrit ce billet mardi…) : chez nous co-existent bon nombres de variantes de berceuses pour Joachim : les anciennes, les classiques (Dodoninette), les inventées par son papa, les modernes (Papa reste là de Pitt Ocha/Ogres de Barback)…

  5. Classique chez nous, la grand-mère le chantait A la claire fontaine et ça m’émeut encore quand je la chante à mon fils. Avec son papa, on a quelques bateau sur l’eau qu’il chante avec nous et puis des contines anglaises et allemandes pour varier. Et on invente aussi façon Jacques Demy, ça bots fait hurler de rire tous les trois. Nous chantons beaucoup (faux) depuis le début, ha, ces moments du tout début durant lesquels on veut parler beaucoup à son bébé mais où la fatigue rend le monologue difficile… Beau sujet !!

  6. Merci! J’aimerais approfondir ce thème, mais comme j’ai déjà Freinet et Stern à reprendre, voir les sages-femmes, ben, si quelqu’un(e) veut bien le reprendre!

  7. Pingback: Nos rapports ambigus à l’héritage parental [mini debrief] « Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.