Parler « cigarette et prévention » à un petit enfant, est-ce trop tôt ?

Le débat part d’un article lu sur Doctissimo

dont voici un extrait :

Comment dégoûter vos enfants du tabac 

On peut schématiquement distinguer trois tranches d’âge lors desquelles l’enfant est plus ou moins sensible aux recommandations, aux interdits et aux justifications médicales.

Il n’y a pas d’âge idéal pour en parler, le plus tôt sera le mieux. Cependant, en fonction de l’âge de votre enfant, son écoute sera différente. Vous devez donc adapter vos arguments.

 

L’enfant

De 8 à 12 ans, la position des enfants sur le tabac est assez tranchée.

Ils estiment alors que le tabac est dangereux pour la santé, sent mauvais, pique les yeux. L’image des quelques membres fumeurs de sa famille témoigne à ses yeux de la difficulté d’arrêter.

A cet âge, l’enfant est avide de connaissances sur tous les thèmes ; ainsi, on doit pouvoir lui parler des effets nocifs du tabac sur l’appareil respiratoire – image des bronches d’un fumeur à l’appui – et sur la totalité du corps, des produits nocifs contenus dans la fumée de cigarette.

Durant cette première tranche d’âge, il convient de préparer au mieux l’enfant aux tentations de l’adolescence.

L’adolescence

A cet âge, le dialogue avec les parents (symbole d’une autorité dont l’adolescent veut s’affranchir) est parfois difficile. La personnalité, comme le corps, sont en pleine construction. ]

 

L’article « doctissimo »  fait part de 3 tranches d’âges mais ne parle que de l’enfant de 8 à 12 ans et de l’adolescent.

Quant est-il de la prévention avant 8 ans et même chez les tous petits ??

J’ai exposé la semaine dernière sur mon blog la façon dont j’avais réagi avec mon ptit lou (3 ans et 10 mois)

voir les images (personnes sensibles attention )  et mon topo ici 

http://mademoiselle-biotupp.over-blog.com/article-parler-cigarette-et-prevention-a-un-petit-enfant-est-ce-trop-tot-debat-89771841-comments.html#anchorComment

Les commentaires de cet article vont dans mon sens , mais sur hellocoton une lectrice m’a  écrit  que ma façon de faire était très violente , que ça pouvait créer des angoisses et que je projetait mes angoisses …

Un tel commentaire remet en question ….voir ici sur hellocoton  notre discussion animée http://www.hellocoton.fr/mapage/mellebiotupp

Dans un sens tant mieux car cela relance le débat et donne du travail aux neurones des vendredis intellos.

 

petites précisions sur mon article:

– J’ai abordé le thème de la mort avec mon loulou  cet été  de façon douce, grâce à un film le « frère des ours » dans lequel la maman ours rejoint les esprits animaux représentés dans le film par de magnifiques lumières et aurores boréales ….(son petit chat venait de mourir)

Les images des poumons ( voir mon article  http://0z.fr/PHo0j )  pour ma part ne sont violentes que pour les adultes chez qui les organes , viscères … peuvent créer des hauts le coeur , je ne pense pas pour des petits si l’adulte  à côté, n’a pas de réaction négative…

le mien n’a pas été dégoûté d’ailleurs en voyant les images , juste par la couleur noire ….

– je n’ai pas répondu à une question que posait mon loulou mais à un regard …parfois les loulous observent en silence et un regard peut en dire long ….là il était en fascination devant les ronds de fumée …

–  tout comme un petit garçon est en fascination avec son père

– depuis notre discussion  mon loulou n’a parlé ni de cigarette, ni de mort...moi non plus d’ailleurs 

 

Alors que pensez-vous de tout ce-ci ? prenez votre plume pour participer au débat :)

Publicités

3 réflexions sur “Parler « cigarette et prévention » à un petit enfant, est-ce trop tôt ?

  1. Merci et bravo pour cette première participation… pour ma part, je suis très prudente avec ce qu’on pourrait appeler l’éducation par les émotions… Je m’explique: je ne pense pas que montrer des photos d’animaux torturés soit la meilleure manière de mobiliser les gens contre les tests cosmétiques sur les animaux… Pourquoi? Parce que nous ne nous adressons pas à leur raison, mais seulement à leur émotion…Les réactions « viscérales » peuvent alors produire le meilleur comme le pire (autrefois, les premiers médecins pratiquant des dissections de cadavre ont fait l’objet de telles réactions viscérales… à tort, puisque ils ont permis de considérables progrès de la chirurgie…!!). J’estime donc que la prudence est de mise…Ceci étant, ton article me questionne? De quelle ressources disposons nous aujourd’hui pour mettre en place une telle prévention? (J’avais entendu parler de jeux de société assez efficaces mais n’en est jamais testé??) Quelles sont les méthodes utilisées par les professionnels de cette prévention (intervenant de l’éducation nationale, INPES)?? Voilà, tout ça pour dire que le sujet me semble à creuser… comme tu l’as dit, docti peut être une première base, mais leurs données datent souvent et les idées reçues nombreuses… AU BOULOT LES NEURONEUSES!!!!

  2. Pingback: Education : quand il faut interdire… « Les Vendredis Intellos

  3. Pingback: Le débriefing de Mme Déjantée Déc.2011: La société des individus Partie 2 « Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.