Cet optimiste espoir de la vie selon Freinet

Freinet, sa technique, sa pédagogie, j’en connais des bribes parce que mon papa (encore lui, décidément) l’a appliqué lors de ces deux années en tant qu’instituteur à Oran. C’était dans sa jeunesse, avant de rentrer définitivement en France, avant même de rencontrer ma mère et d’avoir des enfants. Je sais que mes parents ont mis mon frère dans une école publique où les instituteurs appliquaient ces techniques pédagogiques…
Je savais que l’imprimerie était au cœur de l’apprentissage ainsi que la « coopération » en petit groupes de travail. (Je ne vous promets aucune interview de mon papa, tant qu’il ne m’a pas rendu celle que j’attends sur Arno Stern).
Il y a quelques années, j’ai vu un téléfilm sur Célestin Freinet… et j’ai beaucoup aimé!

Comme les Vendredis Intellos offrent, grâce à Mme Déjantée, des tribunes au commentaires de ce genre de pédagogie, je ne vais pas me priver.
Je n’ai lu (pour le moment) que les notices Wikipédia, et loin de vous faire un exposer sur Célestin Freinet, sa vie, son oeuvre, que tout le monde peut retrouver sur le net, je vais vous commenter les INVARIANTS pédagogiques.

Ils sont au nombre de 30.
Les deux premiers donnent le ton «  L’enfant est de la même nature que nous » « Etre plus grand ne signifie pas forcement être au-dessus des autres« .
C’est dit. Cette notion égalitaire, respectueuse de tous les acteurs de l’Ecole se retrouve tout au long de cette litanie.

Mais cette liste étonne par sa critique non dissimulée du système éducatif : l’autorité, la notation, les sanctions, mais aussi les méthodes éducatives sur l’apprentissage, la scolastique, la mémoire ainsi que le système institutionnel, tous sont remis en cause clairement, directement pour construire une autre école.
Quelle école nouvelle construire?
Une école basée sur le respect et la dignité de tous, enfants et adultes, sur une communauté coopérative et démocratique, sur des choix individuels pour les travaux et tâches à effectuer en classe : « chacun aime choisir son travail, même si ce choix n’est pas avantageux. »
Une école où l’expérimentation par tâtonnement permet un apprentissage « naturel et universel ». Freinet insiste aussi sur la vie, élément moteur de la motivation, puisqu’il conclue ses Invariants par «  il y a un invariant aussi qui justifie tous nos tâtonnements et authentifie notre action : c’est l’optimiste espoir de la vie« .
Ces invariants donnent aussi clés de la gestion d’une classe « Il nous faut motiver le travail », « l’ordre et la discipline sont nécessaires en classe », « parlez le moins possible »…

Mais l’invariant qui m’a le plus surprise et interroger est le 10 ter : « Ce n’est pas le jeu qui est naturel à l’enfant, mais le travail. »
J’avoue qu’il va à contre sens de tout ce que j’ai entendu jusqu’ici… pourtant, il y a peu, Joachim étendait des lingettes en tissu éponge sur son matelas à langer, ou sur le sol en me répétant « Je fais MON travail ». Et il y mettait de la patience, du cœur, pour étaler ces carrés de tissu… Il n’était pas peu fier de son travail, qui réalisait absolument tout seul!

Malgré cet invariant plutôt étonnant, j’aime les idées développées par Freinet. Certes, je pense qu’elles sont pour des classes élémentaires. Il n’en reste pas moins, qu’elles me font penser à Montessori, où l’enfant est acteur de son apprentissage. Elles sont toutefois plus inscrites dans une réalité scolaire.
J’essairais d’approfondir mes connaissances sur ces techniques pédagogiques, et vous en ferais part lors de prochains Vendredis Intellos!
Bonne lecture à tous!

Muuuum

Publicités

9 réflexions sur “Cet optimiste espoir de la vie selon Freinet

  1. Ces 30 invariants me paraissent encore très « modernes », et malheureusement pas trop pris en compte dans notre systèmes scolaire.

  2. Oui, c’est un point que je n’ai pas trop osé développé car je ne connais le monde de l’Education Nationale que par l’intermédiaire de mes souvenirs et de ce que j’entends à la TV. J’avais peur de dire des bêtises, mais les invariants sur les classes surchargées, sur le système scolaire critiquent une situation de 1964, qui m’a l’air de n’avoir pas changé. Pourtant, il me semble avoir lu que les techniques pédagogiques de Freinet avaient été intégrées dans l’Education Nationale… merci de m’apporter des éclaircissements sur ce point!

  3. Merci de ta contribution!!!! Et désolée comme souvent de n’arriver que maintenant…Tu as résumé de très nombreux aspects les plus importants de la pédagogie Freinet… Si tu veux, je pourrais aussi te scanner un extrait de mon bouquin-référence en psychologie de l’éducation qui explique notamment l’importance de la dimension politique dans l’oeuvre de Freinet. Ceci explique grandement l’importance de la valeur-travail ainsi que celle de la coopération dans le groupe puisque la pensée communiste l’a largement inspirée…
    Pour ce qui est des similitudes avec Montessori, sa vision profondément vitaliste d’abord (l’enfant serait poussé dans ses apprentissages par un élan vital, un potentiel de vie), mais aussi son attachement à l’éducation naturelle (dans la droite ligne de Rousseau)…
    Enfin, on pourrait disserter longuement de la diffusion ou non dans les classes de la pédagogie Freinet… certains éléments (ou plutôt outils dirais-je) se retrouve incontestablement… mais comme je le dis souvent, je crois que l’école d’aujourd’hui est souvent (et bien malheureusement) d’avantage l’oeuvre des politiques que des pédagogues…

    • je veux bien le scanne pour ma culture perso, mais j’ai lu la notice wikipédia qui résume bien la vie de freinet et ses inspirations, ainsi que son engagement politique. Je ne sais pas si la référence communiste à quelque chose à faire avec les VI. J’aimerais développer les deux « concepts » qui ressortent : la communauté coopérative et le tâtonnement expérimental. il me semble qui la coopération fait parti aussi du champs lexical de l’éducation non-violente.

      • Cette référence n’est pas à discuter en tant qu’élément politique mais elle éclaire sur le sens des valeurs qui l’animaient (travail et communauté notamment) étant entendu aussi qu’il ne faut pas entendre cette idéologie dans le sens moderne du terme mais bien dans le contexte des année 30. Cet ancrage idéologique n’étant qu’un élément de contexte, il n’en fait pas aujourd’hui un point de jugement de la pédagogie Freinet… (Pour la référence ,que je te propose, je doute qu’elle t’apprenne plus de choses que l’article wiki qui a l’air bien fait mais il te faut excuser mes vieux réflexes de méfiance à l’égard de cette source ô combien riche mais pas toujours exacte malheureusement…J’essaie de te le faire passer tout de même rapidement). Je serais ravie que tu approfondisses cet article sur Freinet… je pense qu’il faudra aussi insister sur l’importance du texte libre (qui s’inclut dans le tâtonnement expérimental) car je trouve sa vision holistique (de la rédaction à l’impression) tout à fait intéressante…

  4. Petit apport perso : malheureusement, les « techniques Freinet » ne sont rien sans l' »esprit de Freinet », et un cahier de vie ne suffit pas toujours à faire rentrer la vie de l’enfant dans la classe… Il y a des enseignants Freinet dans l’Éducation Nationale qui font du mieux possible pour respecter l’esprit de ce pédagogue dans le cadre de plus en plus serré qu’il leur est donné.
    Ah oui, Freinet c’est possible aussi en maternelle ;-) !

  5. @ MarieLou : je suis néophite en la matière, et c’est avec toute ma naïveté (toute relative) que j’aborde ces techniques. J’aimerais en savoir plus, pour pleurer peut-être après que mon fils ne soit pas tombé sur une maîtresse Freinet! Comment Freinet s’adapte en maternelle? Il me semblait, mais je dois me tromper et c’est pour ça que les précisions sont les bienvenues, que sa méthode était beaucouo axé sur l’écrit. Merci aux enseignants qui font tout ce qu’ils peuvent, c’est bcp de travail et de courage
    @Mme Déjantée : ok, je comprends bien le point de vue « politique » lié au contexte. Encore oui pour l’extrait, et le texte libre (je vois déjà des ponts à faire avec A. Stern, peut-être)

  6. Pingback: Qui a eu cette idée folle, un jour d’inventer l’école… [Mini-Debriefing] « Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.