Une poupée qui fait non

L’opposition. Une phase dont les parents se passeraient bien. Mais une période dont l’enfant ne pourrait lui se passer. Elle est essentielle pour l’enfant.
Essentielle, pas juste parce qu’il arrive à tester les limites de ses parents, non (je vous assure, c’est difficile à croire, pourtant ce n’est pas la seule raison).
Cette période d’opposition permet à l’enfant d’exister. Et je pèse mes mots.

Refus de manger, crise de larmes, des « non » à tout bout de champs, des siestes qui disparaissent… Pas de doute, votre enfant est en pleine opposition.
Et vous en pleine confusion. Au bord de la crise de nerf ? Soufflez un bon coup.

JE souffle un bon coup.
Parce que ma jolie poupée fait non à longueur de journée en ce moment. Du matin au soir, du soir au matin.
Depuis quelques jours elle fait même de la résistance pour manger. Cela n’a jamais été une gloutonne,  mieux à faire que de manger, mais là, il y a des jours elle ne mange pas grand chose par rapport à avant.
Alors pourquoi ce besoin d’opposition ? Dans « J’ai tout essayé » de Filliozat, elle explique que l’enfant a besoin de se différencier de ses parents, en particulier de sa maman. Il en a besoin pour exister.

Dans « Il n’y a pas de parents parfaits », elle fait une analyse plutôt surprenante au premier abord – finalement somme toute logique – mais très intéressante de notre réaction par rapport à cette phase d’opposition. Car le premier parent qui a réagit de manière très cool dès la première assiette à peine touchée rejetée par son enfant (pour ne pas dire passée par-dessus bord) me jette la première pierre : je veux bien me la prendre dans la tronche. Un peu fatigué, après une journée un peu longue, une nuit pas terrible et une heure passée en cuisine pour mitonner un bon plat, le non, il nous reste parfois en travers de la gorge.
Mais il y a aussi des éléments extérieurs à la situation qui viennent expliquer une vive réaction de notre part. Je vous laisse en compagnie de Filliozat :

« Quand le parent n’a pas un sentiment de soi bien solide à l’intérieur, quand il n’est pas certain de sa place, il peut mal réagir aux manifestations d’opposition de son enfant ? Au lieu d’entendre la contestation comme une manifestation du sentiment d’identité de l’enfant, il l’entend comme dirigé contre lui. L’expression du non, dans lequel l’enfant se positionne par rapport à lui-même, est détournée dans un sens relationnel. Le parent interprète le non comme un affront personnel.

Du coup, cela le devient. Plus le parent augmente son pouvoir sur l’enfant et se montre autoritaire, plus l’enfant doit se défendre pour maintenir son sentiment d’identité. L’enfant, piégé dans ce jeu de pouvoir, n’aura plus que cette option d’opposition pour ne pas se nier. Refus et contestation devenant des remparts contre les attaques parentales. Le  non perd alors sons sens et ses fonctions premières qui étaient de permettre à l’enfant d’élaborer des frontières de son identité, de répondre aux questions « qu’est-ce qui est moi et qu’est-ce qui est non-moi, qu’est-ce que je veux, qu’est-ce que je sens, qu’est-ce que je pense de quoi j’ai envie, moi, et en définitive : qui suis-je ? » »

Voilà voilà.

Et alors on fait quoi, concrètement ? On propose autre chose ? On la laisse partir au lit sans rien d’autre dans l’estomac si elle refuse de manger par exemple ?
Ce qui est sûr : ne pas s’énerver est important. D’après Filliozat et Brazelton, s’énerver ne pourrait que renforcer le rejet de la nourriture. Et favoriser les troubles alimentaires à l’âge adulte.

Pour ce qui est du manger, je force pas et j’essaie de ne plus m’énerver. Je passe au dessert et voilà. Mais je ne rajoute rien à ce qui était prévu.
Mais il y a des fois, je ne sais pas quoi faire. Le néant. Pas de solution.
Ma Zouzou, des fois, elle dit qu’elle en veut plus, et si j’enlève son plat elle en reveut et si je lui remets elle en veut plus et bis repetita jusqu’à ce que mort s’en suive. Si je lui explique, elle pleure. Si je coupe court, elle pleure… Aucun bouquin pour m’aider à résoudre ce genre de situation.

Et puis elle est où la limite de l’expression de l’identité de l’enfant ? Quand on sait que c’est important pour lui ou qu’il s’amuse de la situation ?

J’essaie juste de garder en tête que cet enfant que j’ai mis au monde a besoin d’exister, de décider par lui-même, de se différencier de moi… et d’avoir de l’amour, beaucoup d’amour et de câlins. Je peux bien me planter un peu, non, puisqu’il n’y a pas de parents parfaits ?

Chrystelle – Kiki the Mum

Publicités

13 réflexions sur “Une poupée qui fait non

  1. Je viens de m’offrir « j’ai tout essayé ». Je me demande si le livre dont tu parle ne fera as partie d’un futur achat. ^^ Elle a l’air vraiment bien comme auteure.

  2. ah la période d’opposition…c’est une période vraiment épuisante pour les parents que nous sommes mais elle est effectivement essentielle pour nos enfants!
    Pour le repas, il est possible aussi, selon l’âge, de proposer un plateau repas à l’enfant. Tu lui mets tout ce qu’il y a de prévu pour le repas et tu le laisses manger ce qu’il veut comme il veut et dans l’ordre qu’il veut!
    Pour prems, il y a eu des soirs où elle est allée au lit sans manger parce que trop crevée de toute une journée à dire non! Et aujourd’hui, elle mange très bien!! De toute façon, un enfant ne se laissera jamais mourir de faim (sauf cas particulier bien sûr!)
    Allé courage! ça ne reprend qu’à l’adolescence!!! xD

  3. Ah ça la nourriture c’est pas évident. La mienne mange super bien chez SuperNounou et refuse souvent les légumes à la maison. Maintenant, elle accepte de goûter, mais la plupart du temps, c’est tout. Elle mange bien tout le reste. Parfois, elle pousse son assiette. Nous on continue de manger et on se dit: tiens, Miss-nature ne veut pas manger. Sans plus de commentaires. Et on continue de manger comme si de rien n’était. La plupart du temps elle finit par reprendre son assiette et manger un peu… On essaie de ne surtout pas en faire un enjeu ou un moment pénible (qui aime manger dans les cris, les remontrances, etc?). Mais c’est pas toujours facile et non, c’est sûr on n’est pas des parents parfaits!

    • C’est clair, il faut le ver le pied pour pas que cela soit un enjeu. Filliozat l’explique très bien. Mais c’est vrai que c’est pénible… Enfin, je dédramatise au max.

  4. Je suis en plein dedans! Et je n’avais même pas mis sur le compte de l’opposition sa nette tendance depuis quelques jours à ne quasi rien manger (sauf si c’est du chocolat ou autre fantaisie, genre un jus de fruit pour le déjeuner c’est pas mal non) ou à manger de façon anarchique… Le non c’est déjà épuisant nerveusement mais là quand ça touche à la nourriture c’est juste très très angoissant et quand on angoisse, on s’énerve… Je tente de me convaincre que ce n’est qu’une phase :p

    • Je m’énerve facilement aussi. Mais cela ne sert à rien, strictement à rien. Ce n’est qu’une phase, plus ou moins longue apparemment… ça dépend des enfants et peut-être aussi de la manière dont on réagit, enfin c’est ce que je me dis.

  5. Merci beaucoup de cette contribution!!! On y lit bien ton implication!!! Désolée d’arriver si tard aussi…!
    Bon alors moi j’ai eu l’immense chance d’être une gamine ultra chiante, ce qui m’a valu de m’entendre dire par ma mère jusqu’à mes 17 ans (âge auquel j’ai quitté le nid) que mes enfants me ferait payer au centuple mes constantes oppositions…Du coup, quand je vois mes enfants s’opposer et argumenter, non seulement je me souviens très bien de ce que cela représentait pour moi mais j’y voir une part de ce que je leur ai transmis!!! :P
    Bon par contre, je ne mélange pas l’opposition au quotidien avec l’opposition concernant la nourriture… pour la nourriture, les 3 mois de grève de la faim de l’Anté-pré-ado à 18mois m’ont CONVAINCUE du fait que moins on s’y attache, mieux on se porte…!!

  6. Pingback: L’Enfance en Crise… [Mini-debriefing] « Les Vendredis Intellos

  7. Pingback: Il n’y a pas de parent parfait*… juste un équilibre à trouver [mini débrief] « Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.