Notre enfant intérieur

Quand j’ai vu ce livre, je me suis dit qu’il était pour moi : Guérir son enfant intérieur de Moussa Nabati. Tout m’a attirée : le titre, la couverture (tiens, pourquoi donc ?), le résumé. Je n’ai pas été déçue.

Pour l’auteur, nous avons deux êtres en nous : l’adulte et l’enfant. L’adulte n’est donc pas le seul maître à bord. Quand l’enfance a été douce, joyeuse et structurante, l’enfant intérieur est une sorte d’ange gardien. Quand, au contraire, l’enfance a été difficile, triste et morne (ou pire), il se transforme en obstacle au bonheur. Le meilleur moyen de grandir, c’est d’écouter son enfant intérieur et de faire la paix avec lui. Guérir du passé pour construire l’avenir. Simple non ?

Guérir son enfant intérieur signifie le rechercher, le reconnaître, l’écouter pour pacifier ses liens avec lui.

Ce que j’aime dans ce livre, c’est que de nombreux thèmes sont abordés tels que la dépression, la maltraitance, les addictions mais aussi la réconciliation (dernier chapitre d’ailleurs). L’auteur ne s’adresse pas seulement à ceux dont l’enfance a été traumatisante, mais aussi à ceux qui n’arrivent pas à vivre en paix, à avancer, qui ne comprennent pas certaines de leur réaction ou encore qui restent bloqués sur des épisodes de leur enfance.

Il m’arrive souvent d’avoir des réactions disproportionnées : de la colère pour un mot que j’ai trouvé blessant, des pleurs pour une contrariété, des envies de hurler pour qu’on me regarde enfin, des gâteaux avalés rapidement pour oublier la séparation, etc. J’arrive mieux à contrôler, en tout cas à me comprendre, depuis que je connais leur origine, depuis que j’ai laissé s’exprimer la petite fille en moi.

Le Moi adulte, séquestré par l’enfant en lui, peut paraître immature, infantile, souffrant de sous-développement psychique. Privé d’autonomie et empêché de s’épanouir, il gaspille son énergie vitale à lutter, d’une certaine façon, contre lui-même, en combattant les poussées d’angoisse, d’ambivalence et de culpabilité émises par son enfant intérieur. Mais, paradoxalement, plus il s’acharne contre ces manifestations, plus il les rend agressives, tout en épuisant ses propres réserves d’énergie.

De toute évidence, complètement à l’inverse, l’enfant intérieur, cet autre soi-même, peut se comporter à l’égard du Moi adulte, son colocataire dans la « maison-soi », d’une manière aidante et constructive, en devenant son ange-gardien, son mentor, son bon génie protecteur, son inspirateur, son collaborateur privilégié.

Quand je l’ai lu la première fois, je n’étais pas mère. J’avais besoin d’aide pour me libérer du passé (de ma façon de le voir aussi) et avancer. Aujourd’hui, j’y vois aussi un intérêt pour aider mes enfants, pour leur donner une sécurité affective indispensable à leur équilibre. Je ne souhaite pas que mon enfant intérieur vienne polluer ma relation avec eux et m’empêcher d’être une bonne mère pour eux. Je peux vous le dire : ce n’est pas gagné. Mais j’y travaille.

La peur de l’enfant en soi rejoint et reproduit cette crainte ancestrale, archétypique, de l’enfant dans l’inconscient collectif. C’est la raison pour laquelle il est si important de s’ouvrir à son intériorité en effectuant un pélerinage dans son passé, en partant sans panique à la découverte et à la rencontre de l’enfant intérieur pour l’accueillir, l’écouter, le prendre enfin par la main et se réconcilier avec lui, au lieu de l’ignorer, de le chasser, le précipitant ainsi dans les bras du fantôme. Seule cette pacification permet de le guérir et de devenir adulte, pour vivre dans la paix son présent.

Clem la matriochka

Publicités

2 réflexions sur “Notre enfant intérieur

  1. Merci pour cet article :-) Cette notion d’enfant intérieur m’a personnellement beaucoup aidée à guérir de certaines choses de mon passé pour mieux appréhender ma relation avec mes enfants. Effectivement, souvent, quand on sur-réagit à certaines actions/paroles de nos enfants, c’est que notre enfant intérieur a été blessé dans le passé et a besoin d’être guéri, réconforté, écouté. Je n’ai pas lu le livre que tu cites, me je vais le faire prochainement! Pour ma part, c’est le livre d’Isabelle Filiozat, Au coeur des émotions de l’enfant, qui parle également de l’enfant intérieur, qui avait éveillé pas mal de choses en moi et m’avait beaucoup aidé dans mon cheminement personnel.

  2. Pingback: La construction de l’image de soi : modèles et autres héros (mini-débrief) « Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.