Est-ce que je peux me promener tout nu dans ma maison comme Alain Chabat ?

Dessin de Mère Courage

Je veux dire quand les enfants sont là (c’est à dire tout le temps ou presque en fait …).

Si la notion est vaste, je l’entends ici de façon restrictive comme l’intimité du corps.

Ça fait quelques temps que je réfléchis à cette question et j’y pense d’autant plus que Numéro 1 a 10 ans.

Du pas vraiment haut ni vraiment lourd de son mètre 35 et ses 25 kgs d’os de muscles, il n’en montre pas moins les signes avant coureurs d’une pré-ado naissante et je me surprends à me trouver légèrement mal à l’aise quand il débarque au beau milieu de ma douche pour me demander de lui expliquer par le menu comment on attrape le sida et si ça empêche d’avoir des enfants …

Si son indifférence totale à ma tenue d’Eve (un brin défraichie la Eve quand même) me rassure, je me demande si je ne devrais pas préserver un peu plus mon intimité et la sienne du coup quand il est sous la douche à son tour.

Il se trouve que depuis la naissance de la famille Mais-pas-seulement, on n’a jamais fermé aucune porte, pas plus celle des toilettes (bon ok les mieuches, est-ce que je peux faire mon popot tranquille juste deux minutes sans que vous veniez me déposer vos cahiers à signer sur les genoux ?!) que celle de la salle de bains.

On ne s’est jamais caché en sortant de la douche, liberté suprême pour moi comme dirait Chabat de pouvoir se promener tout nu dans sa maison.

Mais voilà, les enfants grandissant (et mon centre de gravité s’affaissant), je me demande si je peux rester dans l’insouciance de ne tenir aucun compte de la nudité de chacun ou de l’intimité de certaines situations.

En faisant quelques recherches, il s’avère que la pudeur est indispensable à la construction de l’enfant et de l’adolechiantcent.

Elle représente un moyen de préserver l’intimité et une valeur fondamentale pour l’élaboration de la personnalité, une sorte d’enveloppe psychique nécessaire pour permettre à chaque enfant de se protéger contre les agressions extérieures.

Marcel nous rappelle (ben oui Rufo évidemment, l’est partout celui-là avec sa frange)  que

l’éducation doit instaurer des distances entre le corps des enfants et celui des parents, que l’enfant dés qu’il peut le faire doit se laver seul et aller seul aux toilettes.

Il doit comprendre qu’il n’est pas mal de se masturber mais que cela doit être réservé à l’intimité, son corps lui appartient et c’est dans la pudeur qu’il pourra créer cette intimité.

Si je suis complètement d’accord avec ces idées-là, je ne peux m’empêcher d’observer nos modes de fonctionnement avec Musclor qui sont assez différents dans le rapport à notre corps et je fais directement le lien avec la différence de nos éducations.

Alors que Musclor est issu de parents et grands-parents naturistes (du latin à oualpé sur la plage et au rayon fromage), je n’ai pour ma part aperçu la stouquette de mon paternel que tardivement, par accident, à 20 ans passés.

Bien que très cools par ailleurs, mes parents étaient assez fermés sur le rapport à la nudité et par extension à la sexualité.

Est-ce la raison pour laquelle la simple vue d’une stouquette (sans parler du toucher, un peu de pudeur merde !) m’a longtemps fait plus flipper que de matter un film d’horreur ?

Est-ce pour ça également que Musclor se sent bien dans son corps quel que soit le contexte, n’a aucune barrière alors même que je ne suis pas toujours à l’aise dans la nudité ?

Je n’ai pas la réponse à ces questions mais j’espère que mes enfants auront un rapport au corps et à la nudité plus simple que le mien.

Pour l’heure, même si mon instinct me pousse à laisser la pudeur à l’extérieur de la maison, j’essaie de préserver l’intimité de chacun des Numéros en évitant d’aller leur faire réciter leurs leçons pendant la douche et en rappelant à ma pisseuse qu’il n’est pas over approprié de regarder la télé jambes écartées sur la table basse sans culotte pass’que ça fouette la crevette !

 

Plus sérieusement, je recommande la courte lecture de cet article sur la Pudeur prise au sens large ainsi que l’ouvrage de José Morel Cinq-Mars tout entier dédié à cette question : Quand la pudeur prends corps.

Et sinon chez vous, c’est plutôt version Alain Chabat ou Jane Austen ?

Maman-mais-pas-seulement

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.