Non, les Allemandes ne sont pas forcément anti-féministes…

82250_R_K_B_by_S.-Hofschlaeger_pixelio.de.jpgBon, d’accord, ce n’est pas facile de mener de front carrière et vie de famille en Allemagne (en France non plus d’ailleurs). Bon d’accord, il y a peu de places en crèches outre Rhin. Bon d’accord les femmes ne font souvent qu’un enfant parce qu’elles ne peuvent pas se permettre de sacrifier leur vie professionnelle. Bon d’accord, l’école primaire se termine tôt en début d’après-midi. Bon d’accord, les femmes sont souvent obligées de travailler à temps partiel. Bon d’accord vous détestiez votre prof d’allemand au collège. Bon tout ça c’est vrai…mais de là à caricaturer en faisant de l’Allemagne une terre hostile au sexe féminin et en érigeant la mère allemande en martyre de la maternité…il y a vraiment un monde.

Et là, j’ai un peu envie de les défendre, mes copines allemandes. Parce que j’aime bien me faire l’avocat du diable quand lors d’une discussion entre Français on égratigne ma chère Allemagne…et à l’inverse quand dans une discussion entre Allemands on casse du sucre sur le dos de ma mère patrie la France. Parce que je suis comme ça, entre les deux pays, pas tout à fait Allemande, plus complètement Française et parce que j’aime bien nuancer, comparer, creuser la question et ne pas m’arrêter aux priori.

Saviez-vous qu’en Allemagne, les mères peuvent prendre un congé parental d’un an (14 mois), rémunéré environ 70 % de leur salaire (les pères aussi d’ailleurs)…ça facilite quand même le retour à la vie professionnelle, de limiter ce congé parental à un an et non à trois ans comme en France. Et puis on vit un peu plus décemment avec environ 70% de son salaire qu’avec les 580 € de la CAF… Saviez-vous également que les pères peuvent prendre, en même temps que leur femme, pendant ces 14 mois, deux mois complets où ils touchent également 70% de leur salaire? Ce qui veut dire que pendant 2 mois, placés n’importe où dans la première année de l’enfant, la famille peut prendre ses marques et les pères s’investir pleinemnt dans leur rôle? Ils sont même nombreux à profiter ce ces 2 mois pour voyager en famille, pas mal non plus…Bon, il est toujours possible de raccourcir cette année pour les femmes qui souhaitent reprendre le travail plus tôt, mais là c’est assez difficile, d’une part pour faire garder son enfant car il n’existe quasiment pas de mode de garde pour les moins d’un an et d’autre part parce que la societé a du mal à comprendre pourquoi une mère souhaite si tôt confier son enfant pour retravailler. On met en avant des études scientifiques prouvant qu’il faut 12 à 18 mois pour qu’un lien se crée entre la mère et l’enfant et qu’avant cet âge, la place d’un enfant est auprès de ses parents. « La doxa psychologique a terriblement survalorisé le rôle de la mère: elle est l’indispensable pôle de la vie de l’enfant et la moindre de ses éclipses est soupçonnée de causer des dommages psychiques irréparables. Dans les faits, les pères allemands ne sont pas plus absents que les pères français. Mais c’est la place de la mère dans les représentations qui est surinvestie. »*

En France, on met en avant la femme et son droit à s’épanouir dans sa vie professionnelle en toute indépendance. En Allemagne, on met en avant le bien-être de l’enfant. Ce sont des points de vue différents qui ont chacun leur légitimité.

Saviez-vous qu’en Allemagne, il est très courant qu’un enfant porte le nom de sa mère et non de son père, même si ses parents sont mariés? Cela ne choque personne. « En France, l’enfant porte le nom de celui qui va le déclarer à la mairie (donc en général, le père).* »  De même, dans tous les formulaires que l’on remplit au sujet de l’enfant, c’est systématiquement les coordonnées de la mère qui sont à renseigner en premier. Et en second lieu seulement, du père. En France, tout formulaire d’inscription en crèche ou à l’école vous demandera en premier lieu le nom du père. Ben oui, LE grand CHEF de famille. Et ça, ça ne vous choque jamais? « En Allemagne, le matriocentrisme de la littérature parentale coïncide avec une législation qui se méfie des pères. »*

Saviez-vous qu’en Allemagne, les hommes sont assez bien représentés dans les métiers de la petite enfance. Connaissez-vous beaucoup d’assistants maternels ou d’EJE hommes en crèche? Ne seriez-vous pas surpris, voire gênés d’en croiser? Ici, c’est monnaie courante. Dans le jardin d’enfant de ma fille, 1/3 du personnel est masculin, y compris dans le groupe des tout-petits. Et ça ne choque personne. Après-tout, c’est vrai, pourquoi le monde de l’enfance serait un domaine uniquement dévolu aux femmes?

Saviez-vous qu’en Allemagne il existe dans chaque commune, dans chaque université, dans bon nombre de structures publiques une personne « chargée des femmes », c’est à dire dont la mission est de veiller à respecter l’égalité des droits entre hommes et femmes et à gérer les cas de discrimination?

Saviez-vous que nous, Françaises, sommes bien moins progressistes et féministes que nos conseurs allemandes quand nous nous attelons tous les soirs de la semaine, à la préparation d’un bon petit repas chaud pour notre chère petite famille et pour notre cher petit mari. Même si on le prépare rapidement et qu’une soupe, une quiche ou un gratin de courgettes ne sont pas des mets 4 étoiles, il n’en n’est pas moins vrai que tout mis bout à bout: préparation, vaisselle, courses etc., ce sacro-saint repas du soir nous prend un précieux temps que nous ne passons pas avec nos enfants ou à faire autre chose. Certes, vous pourrez arguer du fait que chez vous, c’est Monsieur qui cuisine. C’est le cas chez moi aussi. Mais les statistiques de la répartition des tâches ménagères en France montrent pourtant le contraire. Ici, les Allemand(e)s ne s’embêtent pas avec ça: un repas chaud le midi (et sans entrée / dessert et tout le tralala) et le soir, des tartines de pain complet avec du fromage, quelques crudités, un yaourt et basta. Quel temps précieux ainsi « économisé » !

Voilà, tout n’est pas rose ici, certes. Mais tout n’est pas noir non plus. L’Allemagne n’est pas si rétrograde que ça en matière de respect du droit des femmes. Et la France n’est d’ailleurs pas forcément hyper progressiste en la matière non plus…

* Extraits de Béatrice DURAND, Cousins par alliance. Les Allemands en notre miroir. Ed. Autrement, 2002.

C-Cilou

Photo: S. Hofschlager, pixelio.de

9 réflexions sur “Non, les Allemandes ne sont pas forcément anti-féministes…

  1. Tiens, j’avoue que je ne m’y connaissais pas du tout en politique nataliste et féministe allemande, merci pour ces éclaircissement :)

    Cela dit, l’impression que ça me donne, c’est que là où l’Allemagne est plus féministe dans les esprits, la France l’est plus dans les lois. Par exemple pour le congé parental, en France les droits sont les mêmes pour les hommes et pour les femmes. Mais en pratique, il est pris en écrasante majorité par des femmes (94% en 2007).

    Du coup, ça m’intéresserait de connaître les raisons de ces différences de mentalité. Ça ressemble à la traditionnelle opposition latins-catholiques contre anglo-saxons-protestants. Est-ce que le livre que tu cites se penche un peu de ce côté de la réflexion ?

  2. Non, l’Allemagne n’est pas plus féministe dans les esprits, je n’irai pas jusque là… En fait, les mères ont très peu la liberté de choix pour ce qui concerne: le congé parental (elles prennent quasiment toutes une année complète, même si elles adorent leur job et ne se voient pas rester à la maison), l’allaitement (90%), voire même la péridurale (accusée de tous les maux). Donc en fait, les dispositifs et les lois existent, mais les mentalités sont parfois très difficiles à changer. En Allemagne aussi, dans la quasi totalité des cas, c’est la femme qui prend le congé d’un an (14 mois). Par contre ce qui est beaucoup mieux qu’en France, l’homme a également droit à deux mois minimum en même temps que sa femme et lui aussi payé à 70% (ou plus longtemps…ils peuvent se partager le congé: 7 mois / 7 mois par exemple). Le congé parental peut être également pris par les grands-parents, les oncles et tantes…voire les époux/ses de ceux-ci !

    Je ne sais pas si on peut résumer ça comme la traditionnelle opposition latins / saxons, mais pourquoi pas, c’est une piste. Mais il ne me semble pas que ce soit l’approche du livre de . Durand.

    • « Par contre ce qui est beaucoup mieux qu’en France, l’homme a également droit à deux mois minimum en même temps que sa femme et lui aussi payé à 70% (ou plus longtemps…ils peuvent se partager le congé: 7 mois / 7 mois par exemple). »

      Je ne comprend pas l’avantage par rapport à la France à vrai dire (si ce n’est le 70% du revenu, ce qui doit souvent représenter bien plus que le complément de libre choix d’activité de chez nous).

      En fait je ne comprend pas trop le sens du « deux mois minimum » pour le père allemand : du coup, il ne peut pas en prendre moins ? ou est-ce le minimum que doit lui accorder
      son employeur (mais du coup il n’est pas obligé de lui en accorder plus ?)

      En France, les conditions du congé parental d’éducation sont les mêmes pour les deux parents (qui peuvent d’ailleurs les prendre en même temps, sans en réduire la durée).

  3. « En France, l’enfant porte le nom de celui qui va le déclarer à la mairie (donc en général, le père). »

    En même temps, on a 3 jours pour déclarer l’enfant à la mairie, si je me souviens bien. Mais la maternité ne nous laisse sortir qu’au bout de 4 jours, pour des raisons évidentes. C’est donc le père, qui lui n’est pas recousu, ou sous surveillance de s’atteler à cette tâche. Ne pourrait-on pas rallonger ces délais de déclaration pour permettre aux maman de déclarer leur enfant ? parce que là, c’est quand même un sacré bug.

    Quand mon enfant est né, la sage femme ne s’est pas adressée à moi pour savoir quel nom porterait l’enfant, mais directement à son père. Et je vous garantis qu’elle n’a pas attendu la délivrance, et que j’ai rien vu venir ! J’ai du faire rectifier plus tard pour qu’il porte les deux noms… Alors qu’est-ce qu’il faut faire ? se coller un post-it rose fluo sur le front avec nos desiderata ? (ça serait si comique !)

    Vous en pensez quoi ? Est-ce que c’est moi qui débloque ?

  4. J’ajouterai que féminisme et choix de rester avec son enfant ne sont absolument pas incompatibles. Pour moi, le féminisme, c’est être capable de défendre sa féminité et la liberté passe aussi par la possibilité d’être mère au foyer ou de travailler à temps partiel. ; )

    • Flûte, je croyais être un peu féministe, mais je dois avouer que je ne me sens pas tout à fait capable de défendre ma féminité :P

      Mais je suis tout à fait d’accord que ça passe par la liberté de choix, aussi bien dans les textes que dans les esprits.

  5. Pingback: Entre béatitude et déboires, la vie de parent… « Les Vendredis Intellos

  6. Pingback: Entre béatitude et déboires, la vie de parent… | Les pensées d'une matriochka

  7. Pingback: Maternité-féminisme | Pearltrees

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.