Les enfants uniques

« Tous les enfants sont uniques, même s’ils ont des frères et soeurs. Sauf que ceux qui n’en ont pas posent question et remettent en cause des images, un idéal, un stéréotype. La famille se conçoit rarement à moins de deux enfants. Aujourd’hui pourtant, en France, 21% des familles ont un enfant, et pas deux. 10% des petits Français sont des enfants uniques.  »

Souvent caractérisé d' »enfant- roi », pourri gâté, et j’en passe, l’enfant unique est-il vraiment différent des autres enfants issus eux d’une fratrie ?

Nous pouvons donc nous demander quelles sont les motivations et les raisons des couples qui ne font qu’un seul enfant ? D’autant plus que le schéma d’une famille « type » (de celles que l’on s’imagine ou qu’on voit représentées dans les livres, les films ou les tableaux de maîtres par exemple) est souvent composé de plusieurs enfants. Au 18ème siècle, les familles faisaient plein d’enfants. Même dans les contes de fées, nous sommes habitués à « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ».

Alors pourquoi aujourd’hui n’en faire qu’un seul ?

Je me suis donc plongée dans le livre passionnant de Danièle Laufer : « Enfants uniques – Des petites familles sous le regard des autres ».

Je pense que c’est aussi le regard que les « autres » portent bien souvent sur ces enfants uniques. Ce sont bien évidemment des idées reçues, TOUS ne sont pas comme ça, et il est peut être bon de se pencher sur la question du « pourquoi ? »

C’est ce que l’auteur a voulu expliquer dans son livre, en s’appuyant sur les témoignages bien différents d’enfants uniques et de parents d’enfants uniques, afin de casser ces préjugés.

Certains parents font le choix de n’avoir qu’un enfant, et ce pour différentes raisons, par exemple :

  • pour le coût qu’un enfant représente : le logement qu’il faut parfois changer si on décide d’avoir plusieurs enfants ; puis il faut pouvoir lui apporter une bonne vie, matériellement parlant.
  • ça peut aussi être une question de temps et d’organisation : la femme d’aujourd’hui voudrait davantage de temps pour s’occuper d’elle, travailler, … ce qui les pousserait à se contenter d’un seul enfant. Alors que selon moi, avoir plusieurs enfants est loin d’être incompatible avec le fait de travailler et de se trouver du temps pour soi !!
  • quelquefois, c’est l’homme qui est à l’origine de ce choix : déjà au départ, il ne voulait pas d’enfant, alors un seul, ça lui suffit.

Dans d’autres cas, ce n’est pas par choix que ces familles se retrouvent à n’avoir qu’un seul enfant :

  • ce peut être lié à des problèmes de santé
  • il peut aussi être question d’horloge biologique, quand la ménopause vient mettre un terme à toute grossesse éventuelle

Après, l’éducation qu’ils reçoivent n’est pas forcément différente de celle pratiquée dans les familles à plusieurs enfants, l’Amour reçu est le même, et même si parfois ils sont plus gâtés, ça ne les empêche pas d’avoir de vraies valeurs, comme les autres….

« Quand les enfants uniques font à leur tour des enfants, ils obéissent, comme toutes les femmes et tous les hommes qui éprouvent le désir de donner la vie, à un instinct qui échappe à la raison et à la logique, à la nécessité intérieure de transmettre la vie et de justifier ainsi de leur existence. Ils éprouvent le besoin de matérialiser leur amour, de l’inscrire dans la durée, et acceptent de passer au second plan pour laisser la place à une nouvelle génération. Si l apolitique et la religion s’appuient l’une et l’autre autant sur la famille, c’est parce que ces enjeux dépassent le simple désir et le simple instinct. C’est parce que l’être humain est aussi chargé d’une mission : transmettre la vie pour les générations à venir.Dans cette perspective, il est évident qu’un seul enfant ne suffit pas. Si tous les couples du monde se mettaient à n’avoir qu’un seul enfant, cela remettrait en cause l’équilibre du monde. Les contes de fées se terminent toujours par la même phrase : « Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants. » Beaucoup…Pourtant, la réalité montre que 21 familles sur cent ont un seul enfant aujourd’hui en France. Un enfant sur dix est un enfant unique. C’est peut être peu statistiquement, mais c’est important symboliquement. »

Je peux le dire haut et fort et je suis bien placée pour le faire, les enfants uniques ne sont pas des êtres différents de ceux issus de famille à plusieurs enfants, laissons tomber ces idées reçues ! Continuons à faire comme bon nous semble : un seul enfant si c’est notre souhait (ou pas) et pourquoi pas 10 ou même 15 enfants, si c’est ce que nous désirons ! Mais ne nous soucions pas du regard des autres, encore une fois bien pesant et empli de préjugés…

Maman Poussinou

Publicités

4 réflexions sur “Les enfants uniques

  1. Pingback: Nous transmettons (aussi) ce que nous avons reçu [mini-debrief] « Les Vendredis Intellos

  2. Pingback: Que ressent l’aîné à l’arrivée d’un deuxième enfant ? « Les Vendredis Intellos

  3. Pingback: Lepeutrec_groupe2_psy | Pearltrees

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.