Etre mère, point à la ligne

Depuis quelques années se dessine la tendance des « mères indignes », « mères imparfaites », etc. Par opposition à la fameuse « mère parfaite », elles revendiquent leurs droits au repos, à la tranquillité, au fait de ne penser un peu qu’à soi.

Alors je me demande, ne seraient-elles pas des « mères normales » plutôt ? En effet, chacun sait que personne n’est parfait, surtout pas une maman. Alors pourquoi s’entêter à vouloir parvenir à cette sacralisation ?

En cherchant un peu des exemples de « mères indignes and co », voici ce que j’ai trouvé (je voulais un extrait du livre mais celui-ci est extrait du blog Mauvaises mères) :

Il fait ses nuits (3) d’accord, mais les matins?

 » 6h. Premiers mouvements dans la chambre du bébé.
6h05. Premier gémissement dans la chambre du bébé.
6h09. Il râle vraiment. Vous prenez une voix convaincue : « Dodo. C’est encore la nuit ». Il se met à pleurer. Tels des guerriers endurcis par la multitude des combats, vous restez fermes. Le papa enfouit sa tête sous l’oreiller, vous commencez à faire des listes (des choses à faire, des courses, des grands événements du mois, de ce que vous n’avez pas eu le temps de faire la veille…)
6h20. On dirait que le bébé s’est rendormi. Pas vous.
6h35. Le volume sonore des plaintes de votre enfant ne laisse aucun doute sur le fait qu’il ne se rendormira plus. Il est debout dans son lit accroché aux barreaux. Ces dernières semaines, des amis vous racontaient qu’ils avaient dû réveiller leur enfant à 8 h pour ne pas être en retard au travail.

6h40. Devant la lumière du micro-ondes dans lequel chauffe le biberon, vous vous surprenez à leur jeter un sort. »

Alors je demande, lectrices (lecteurs ?) : Qui ?? Qui n’a jamais pensé cela ???? Qui n’a jamais fait « semblant » de ne pas entendre les petits gémissements du baby car il est 03h45, qu’on est rentrés de soirée il y a deux heures et qu’avec un peu de chance, il va se rendormir …

Tout cela pour dire : pour moi, ces mauvaises mères sont simplement des Femmes, des individus pourvus de sentiments, d’envies, de besoin. Alors je ne vois pas où est le problème quand on ouvre un petit pot carottes-potiron le soir car on a « la flemme de faire tourner le baby cook ».
Au contraire, je suis persuadée que lâcher prise et s’écouter nous permet d’être équilibrées. Et vous serez certainement d’accord, c’est ce qu’il y a de mieux pour nos enfants.

Je conclurai par :

Tu es une mère parfaite, et je précise: une mère parfaite est celle qui, comme toi, donne son amour sans compter, sans attendre qu’on lui rende la monnaie, et surtout elle ne vit pas que pour ses enfants, elle vit ailleurs aussi, elle vit d’autres amours, elle est pleinement là dans chaque geste ou chaque mot, allô mon doudou, et elle est immédiatement ailleurs, ou si l’on veut, les meilleures mères sont ce que le monde appelle les mauvaises mères, celles qui ne pensent pas qu’à leurs enfants, ou si l’on veut encore, les meilleures mères sont celles qui n’oublient pas d’être aussi, avec autant d’intensité, femmes, amantes, enfants, je ne sais comment expliquer l’évidence, ce que sont les meilleures mères, une seule phrase peut le dire et elle convient pour le tout de ta vie comme pour le bloc de ta mort: elles se donnent et s’en vont.

« La plus que vive », de Christian Bobin

Alors, si « mère parfaite » n’existe pas, j’aime bien le concept : « mère stable ». Stable car équilibrée dans sa vie de femme avec son mec (qu’il soit le père de son enfant ou pas d’ailleurs), dans sa relation avec ses parents pour qui elle sera toujours leur enfant et investie dans sa vie avec ses amis. Parce que faire un enfant, pour moi, c’est également laisser vivre ce petit. Donc à moi de garder ma part de liberté, car un jour, ma fille prendra son envol et je veux avoir de quoi m’occuper l’esprit à ce moment là.

Glam Maman

3 réflexions sur “Etre mère, point à la ligne

  1. J’ai parfois des scrupules le matin, car c’est le papa qui gère Surprise quasi entièrement. Mais comme en même temps, je ne suis pas du matin, ce sont les minutes qui me reposent le plus. Du coup, merci pour ton article qui me déculpabilise un peu. ^^

  2. mais de rien !! nous devons éviter cette pression constante, d’après moi. Sinon, on ne pourra pas s’épanouir en tant que NOUS (ou soi) et l’enfant le ressentira forcément …

  3. Pingback: Etre parent, c’est faire de son mieux [mini-debrief] « Les Vendredis Intellos

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.