Peignons nos nichons en rose!

Ce billet pour les Vendredis Intellos sera consacré entièrement à nos nichons.

A leur ange : l’allaitement, et à leur démon : le cancer.

D’où le titre, car on est en octobre. Et qui dit octobre ne dit pas seulement automne, temps de caca, pluie, feuille qui tombe et marron sur la tronche. Non, octobre c’est aussi le mois de la lutte contre le cancer du Sein, et du 1er au 7, c’est la semaine de l’Allaitement Maternel.

Aussi, étant donné que ces deux sujets m’interpellent, en effet ma grand-mère a eu 2 cancers du sein ( il parait que ça saute une génération), secundo, j’allaite la sauterelle depuis 4 mois et demi maintenant, et une aminaute ( Acro/ ) m’a soufflé à l’oreille qu’il serait pas mal qu’une Lacto Mom parle du cancer du sein, voilà qui sera fait.

Comme tu le sais maintenant, je suis une maman du web, je glane mes infos sur la toile, et cette fois j’ai cherché après des articles concernant l’allaitement après un cancer du sein, ce sera donc le sujet principal de ce billet. Il est claire que malheureusement on en parle peu.

Pourquoi?

Parce que ça touche à l’intégrité de la femme. Il est facile pour une femme qui a encore ses deux seins de dire que ce ne sont pas eux qui font de nous des femmes, qu’on peut être féminine même sans eux. Vrai, pour remonter le moral de ces femmes qui ont subis une grosse chirurgie mammaire. Mais quand on y pense (et désolée si j’en choque certaines) mais ce sont des foutaises tout ça.

Nos nichons font de nous des femmes. C’est ce qui nous différencie des mecs au premier regard. Ils peuvent être gros, petits, pendouillards, ou fiers comme des paons, nos nichons, on les kiffe (ou on apprend à les kiffer…)

Alors imagines 2 secondes que tu n’en ais plus qu’un. Ou que tu aies les deux, mais qu’un ai été atrophié. Imagines, que tu as 18 ans quand le démon est venu envahir un de tes nichons. Imagines que la terre s’est arrêtée de tourner pour toi le jour où on t’a dit qu’on devrait le sacrifier pour te permettre de vivre. Imagines à cet âge, pour la plupart des femmes, on n’est pas encore mère.

Heureusement, aujourd’hui, la médecine fait des miracles dans ce domaine. Et les toubibs arrivent à terrasser le démon, et à reconstruire le nichon sans toucher aux glandes mammaires. Petite larmichette oblige !

Toutes les mères qui allaitent, et sûrement les femmes qui ne l’ont pas fait, savent que l’allaitement est un ange pour les nichons. La Leche League France l’explique avec des chiffres et tout dans un de ces articles, mais je ne te mettrais ici que la conclusion :

Plus la durée totale d’allaitement dans la vie d’une femme est longue, et plus le risque de cancer du sein baisse. Le non-allaitement ou la durée courte d’allaitement qui sont devenues la norme dans de nombreux pays occidentaux contribuent de façon significative à l’incidence élevée du cancer du sein dans ces pays. De ce point de vue, la promotion de l’allaitement long pour la prévention du cancer du sein présentent un grand intérêt tant sur le plan économique que sur le plan social.

Si tu veux lire l’article complet avec les chiffres c’est ici : http://www.lllfrance.org/Etudes-sur-l-allaitement/Cancer-du-sein-et-allaitement-une-meta-analyse.html

Mais qu’en est-il de l’allaitement après un cancer du sein…?

Qu’en est-il quand tu donnes naissance à ton enfant, et que tu aimerais l’allaiter malgré tout…

Et bien, c’est possible! Déjà, chapeau bas, vaincre la maladie, et faire un fuck au cancer en devenant maman, c’est-à-dire en croyant en la vie, et plus encore en voulant nourrir cette nouvelle vie avec tes nichons. C’est ré-apprendre à les aimer, autrement.

Le Dr Hatem Azim l’affirme, allaiter après un cancer du sein est possible, il donne de ce fait de nouveau un espoir pour les jeunes mamans qui ont dû braver ce démon.

Je cite le journal France Soir, qui cite lui-même le Dr Hatem :

Oui, il est possible d’allaiter après un cancer du sein, sans danger pour le bébé, et sans que cela n’accentue le risque de rechute de la maladie ! « Il y a encore trop de médecins qui conseillent à leurs patientes d’éviter l’allaitement après un cancer du sein, mais ces conseils ne reposent sur aucune étude concrète. Il s’agit de peur fantaisiste, de croyances populaires, et il est regrettable d’empêcher ces femmes de vivre sereinement leur grossesse et de bénéficier des bienfaits de l’allaitement », s’insurge le professeur.

Comme ça, c’est dit.

Selon lui, les seules contre-indications à l’allaitement sont la faible production de lait du sein traité après certaines radiothérapies ou les difficultés que peut rencontrer l’enfant à téter un mamelon qui aurait été modifié par l’acte chirurgical.

Vous pouvez lire l’article ici : http://www.francesoir.fr/pratique/sante/allaiter-apres-un-cancer-du-sein-est-sans-danger-57991.html

En conclusion, l’allaitement agit contre le cancer, c’est le cas lorsqu’on a la chance de ne pas avoir contracté le cancer, car cela l’éloigne de nos nichons, et c’est aujourd’hui le cas quand on a subis le cancer.

Le cancer du sein, il faut en parler, pour le dépister assez tôt que pour être soignée, mais aussi pour promouvoir l’allaitement.

C’est un peu un second miracle de la vie. La nature est bien faite. Le corps est une fabuleuse machine, et celui de la femme est encore plus fabuleux.

Maman Sauterelle

10 pensées sur «Peignons nos nichons en rose!»

  1. Pingback : Peignons nos nichons en rose ! « Sauterelle Box

  2. Merci beaucoup de ta contribution!!! Et aussi de l’avoir partagée sur le blog collectif!!! et surtout surtout je te remercie vraiment d’avoir posté là dessus parce que moi je suis une grosse hypocondriaque de la mort qui tue et j’aurais pas eu les couilles… Voilà, c’est dit…
    Je précise que vous n’êtes pas o-bli-gées de répondre à mon accès de franchise ;) !!

  3. J’ai toujours entendu dire que l’allaitement protégeait du cancer du sein, pourtant un jour j’ai vu une jeune maman de 26 ans témoigner qu’elle avait découvert son cancer du sein juste après avoir allaiter son bébé…
    En tout cas, j’espère que l’allaitement protège, au fond de moi.

    • ça protège mais c’est pas magique, disons qu’il y a un pourcentage assez élevé qui montre que l’allaitement diminuerait les risques de cancer. Mais diminuer ne veut pas dire faire disparaitre, bien malheureusement.

  4. Du coup je suis bien contente d’allaiter. Dans la famille nous avons malheureusement beaucoup de cancer du sein. Heureusement toutes celles que j’ai connu ont vaincu la maladie.
    Pourtant je me rend compte que je n’y connais rien à cette maladie. Je ne savais même pas que l’allaitement pouvait réduire les risques.
    Merci d’avoir partager ces informations

  5. Pingback : Le corps des femmes (mini débriefing) « Les Vendredis Intellos

  6. Génial cet article! Dommage que je n’ai pas pensé à cet argument quand les gens me demandait « mais tu va l’allaiter jusque quand? » ^^

Laisser un commentaire