La littérature infertile

Y a des bouquins que j’assume pas complètement d’acheter. Genre celui-là. Genre qu’à la fnac je faisais trop pas ma fière, et je l’ai pas promené des heures dans le magasin, et même qu’à la caisse je l’ai un peu caché. Ouais et sinon j’assume pas de pas assumer aussi, je suis bien comme fille. Mais sérieux, j’ai l’impression que tout le monde a les yeux braqués sur moi et pense « oh, la pauvre, elle est stérile, elle fait des fiv ». Du coup voilà, c’est pour leur bien aussi, je veux pas éveiller leur tristesse.

Mais quand même, j’ai acheté Un Enfant… enfin, je vais enfin pouvoir faire un VRAI vendredi intello avec un vrai livre.

Ce bouquin, il a été écrit par Le Pr René Frydman. Oauis tu peux l’appeler Dieu si tu veux. C’est lui qui a permis la naissance du premier bébé éprouvette à l’hôpital Béclère, à Clamart, où il travaille toujours.

Bon, je sais pas s’il a vraiment écrit beaucoup de mots là-dedans, parce qu’ils s’y sont foutu à trois pour le faire leur foutu bouquin, il y a aussi le Pr Nelly Frydman, et le Dr Muriel Flis-Trêves qui est psychiatre et psychanalyste.  Alors déjà, ce que j’ai bien aimé, c’est que le bouquin fonctionne par fiches qui sont réparties en trois parties:

– Du désir d’enfant à l’AMP

– L’Assistance Médiale à la procréation

– Questions autour de l’Assistance Médicale à la Procréation

Du coup, comme c’est des fiches, t’es pas obligé de te cogner la lecture de tout ce en quoi consiste les examens pour déterminer l’origine de ta stérilité si tu les as déjà fait par exemple. Et puis tu peux aller direct à ce qui t »intéresse. Par exemple, moi j’ai décidé d’aller direct à la fiche « la congélation des embryons ». Bon, évidemment, je me suis dit que j’allais le regretter, et je l’ai regretté quand j’ai lu que les chances d’implantations d’un embryon congelé sont d’environ 8% (mais je m’en fous, à Sèvres ils vont bientôt passer à la vitrification des embryons, ouais j’ai demandé hier). Le livre m’a aussi permis de répondre à la question qu’on se posait avec Mme Déjantée: Mais comment qu’on décongèle les bébés congelés??? Alors voilà la réponse:

La décongélation suit un procédé simple: les embryons sont placés à température ambiante durant quelques secondes, puis à 37° dans un bain-marie. La survie embryonnaire est appréciée par le nombre de cellules restées intactes dans l’embryon divisé par le nombre de cellule comptabilisé avant la congélation [oui, je n’ai rien compris à ces derniers mots, le mot « division », c’est un peu ma cryptonite, mettez-le moi dans un phrase et j’arrête de comprendre]. Lorsque 50% des cellules sont intactes, on considère que la décongélation s’est produite avec succès.

Perso, je me dis toujours que je connais tout sur tout en AMP, et que j’ai plus rien à apprendre. Ouais je suis prétentieuse, c’est ça en fait. Mais ce livre détaille tellement chaque étape de chaque technique, que franchement, c’est difficile de ne pas apprendre de nouvelles choses.

Il met aussi un point d’honneur à apporter un éclairage psychologique dont vous allez pouvoir apprécier toute la valeur:

De nombreuses femmes se considèrent « enceintes » dès le transfert d’embryons. Elles envisagent ce moment comme celui où, enfin, elles se sentent « mères ». Cette impression rend la période d’attente très inconfortable psychiquement. Doit-elle pour encourager la survenue d’une grossesse rester dans la perspective qu’elle sera bientôt « mère » ou au contraire repousser l’idée que cela puisse arriver afin de ne pas être déçue en cas d’échec?

J’ai envie de dire merci. Merci d’utiliser des guillemets à tort et à travers sans qu’on sache pourquoi. Merci de reposer des questions que je me pose déjà. J’envisage d’écrire un livre de psychologie pour dire: « Avoir le nez bouché ça empêche de dormir » ou « Avoir mal à la tête, c’est quand même gênant ».

Bon, ceci mis à part, c’est la première fois que je suis emballée par un livre sur l’AMP. La dernière partie qui pose des questions aborde vraiment des sujets très variés, de la reflexion sur le don (de gamètes, de sperme, d’ovocyte, d’embryons…) à la maternité qu’elle se réalise ou pas à l’issu des tentatives, en passant par l’accord entre ces techniques et la foi (pour ceux qui l’ont, moi j’ai pas lu cette page bien entendu, ahahaha).

Le petit plus du geek:

Dans le livre, vous avez aussi des petits codes à flasher avec votre téléphone qui vous renvoie vers des video ou je en sais quoi. Bon, moi j’ai plus de téléphone, je suis pas morte de pas avoir vu ces trucs, mais ça peut-être sympa.

Pour résumer, je dirais que si vous voulez un livre qui vous détaille bien toutes les étapes, qui vous refasse un rapide historique des techniques, et qui réponde aux questions qu’on se pose comme « sur quels critères les embryons sont-ils sélectionnés » ou « qu’est-ce que la culture intra-vaginale » (ouais, j’ai découvert ce truc, ça m’a un peu fait rêver je dois avouer, mais ça se pratique pas à mon hôpital je crois)

Faithfullyyours

2 réflexions sur “La littérature infertile

  1. Pingback: L’homme et la grossesse, mini débrieffing. « Les Vendredis Intellos

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.