De la Formulation

Image tirée du site http://www.arnostern.com

Aujourd’hui, point de maternage, portage, allaitement… pour ma nouvelle participation aux Vendredis Intellos. Je vais plutôt vous parler de peinture et d’universalité, cette chose « physiologique » présente en chacun et que tout le monde ou presque ignore : la Formulation.

Découverte fine et attentive d’Arno Stern faite au sein de son atelier de peinture, le Closlieu à Paris. Closlieu = lieu clos mais expression libre!

Je ne suis pas experte en arts plastiques. Ce que je sais de la Formulation je l’ai appris grâce à mon père qui avait monté un atelier de peinture mobile pour les enfants à St Fons, dans l’agglomération lyonnaise. J’allais parfois l’aider le mercredi alors que j’étais lycéenne ou étudiante. J’ai grandi dans cette expression libre, et j’ai aimé aussi le principe que cette liberté ne se réalise que dans le respect des autres et de consignes simples dans un univers haut en couleurs. Je mettrai bientôt en ligne l’expérience de Ti Peintrambuls, le camion de peinture.Ce que j’ai surtout retenu de cette expérience : des enfants heureux de peindre, comme le titre du livre d’Arno Stern et Peter Lindberg Heureux comme un enfant qui peint.

Au Closlieu, le Praticien (l’animateur) n’intervient pas sur la qualité de la peinture, ne donne aucune notion d’orientation picturale, de référence esthétique et n’émet aucun jugement; il est là dans sa qualité de SERVANT, humble et attentif aux besoins des « peintres » enfants et adultes, déplaçant les punaises des feuilles, apportant un tabouret, veillant à agrémenter la table-palette en matière colorée. Un seul rôle technique : apprendre à tenir son pinceau pour libérer le geste. Dans cet univers coupé du reste de la vie quotidienne, pour une heure ou deux, chacun libère son tracé, et repart les mains libres (les peintures restent à l’atelier achevées). Et la Formulation s’accomplit (ou pas), au rythme des séances.

« Au-delà de l’intention, des profondeurs de l’être , où la raison n’accède pas, s’impose le TRACÉ, et il entraîne l’image vers un imprévu qui n’est pas cependant le domaine du hasard ou de la fantaisie. »
« Mais quand est libéré le TRACÉ, dont la nécessité est profondément ancrée dans l’organisme, c’est une indicible jouissance qui s’ajoute au plaisir de jouer. Seuls les enfants du Closlieu -petits et grands- la connaissent. Et c’est aussi leur secret, une aventure qu’ils vivent sans la trahir par les mots. »
 » Tu vois, ce n’est pas l’image des choses qui est essentielle mais le rôle que la nécessité d’expression leur fait jouer
« .
«  La TRACE n’est vivante qu’au moment où elle s’accomplit. Ensuite, elle n’est qu’un dépôt, le résidu d’un processus, une cendre éteinte.
Et l’enfant désire une nouvelle feuille, désire le retour de l’émerveillement. La TRACE reparaît, se développe dans cet espace fait pour la recevoir, s’y fige.
Une nouvelle feuille, une nouvelle rencontre, une satisfaction tout aussi parfaite. »
« La Formulation est un immense ensemble structuré et vivant, qui fonctionne comme un programme
. »

Voilà comme nait la Formulation, processus physiologique et universel. Je ne décrirai pas le fonctionnement de la Formulation, ses manifestations au travers de la peinture et de l’évolution de l’enfant.
Ce qui me tient à coeur dans ces ateliers, c’est l’expression libre de l’essence de l’humain, loin des cours d’art plastique, loin des jugements esthétiques,loin de la compétition scolaire et des ses normes. Un enfant HEUREUX et SEREIN évolue grâce à cette expression.
Le travail d’Arno Stern devrait se développer partout : à la maison, à l’école, dans les centres d’animations etc. Comme beaucoup l’ont fait, tel mon père, et dont les initiatives sont peu connues.

Aux côtés des théories et pratiques éducatives non-violentes, souvent évoquées dans les VI, je pense que la Formulation à sa place.
Pas de modèles imposés, mais une universalité de formes et un processus quasi invariables surgissent de chaque être, naturellement. Comme tous les processus de développement de l’enfant : marcher, parler, peindre…
Le TRACÉ est en chacun de nous et ne demande qu’a faire savoir son impérieuse nécessité.

Muuuum

Publicités

11 réflexions sur “De la Formulation

  1. Merci de ta contribution!! Et merci aussi de nous la faire partager sur le blog collectif!! Je suis ravie de découvrir ce pédagogue dont, effectivement, je n’avais jamais entendu parler…. Ton article ouvre aussi la voie à de nouvelles contributions sur le rôle de l’adulte notamment mais aussi sur tout ce qui touche à la communication non-verbale…J’espère que tu reviendras bientôt sur l’approche de Stern pour nous en dire encore un peu plus!!
    A bientôt pour les débriefs!!!

  2. Merci de me faire faire la découverte de cette démarche super intéressante. Le fait que l’expression soit totalement libre et l’absence de compétition interpellent la modeste instit’ que je suis, qui a appris à feu l’IUFM que la multiplication des contraintes en arts visuels boostait la créativité des élèves. Peux-tu nous en dire plus sur la façon dont se déroule un atelier ?

    • merci merci de l’intérêt que vous portez à cette approche de la peinture. Je vais bientôt mettre en ligne sur mon blog une interview de mon papa, qui donnera d’autres aspects d’un travail similaire.
      Une séance : une pièce aveugle avec de grands panneaux sur les murs sur lesquels sont punaisées les feuilles. une table palette au centre, avec un pot , un pinceau et un pot d’eau par couleur. L’enfant ou l’adulte arrive, prend une feuille, la punaise et peint (sans mélanger les pinceaux, un emplacement est prévu pour les mélanges de couleurs).
      et c’est tout.
      le praticien est là pour veiller au confort des « peintres », déplacer les punaises qui gênent le geste sur la feuille, les remettre, enlever les coulures de peinture, apporter un tabouret, accompagner le « jeu » de peindre. Voilà comment Stern décrit une séance. Et c’est comme ça que j’ai vu mon père faire dans son camion.

  3. Pingback: Mes parents, mon exemple (mini-débrief des Vendredis Intellos « Les Vendredis Intellos

  4. Pour celles et ceux qui sont intéressés, Arno Stern forme des praticien(ne)s et il existe de nombreux ateliers du « jeu de peindre » en France, basés sur sa démarche. Il suffit de chercher sur le net pour avoir des adresses dans votre région….

    • Merci Marise pour ces précisions. J’ai mis le lien du site d’Arno Stern en bas de mon article, à partir de là je pense qu’il est possible de naviguer vers d’autres informations, comme celles que vous mentionnez. Je sais que ce thème a intéressé beaucoup de lecteurs des Vendredis Intellos. Et je compte continuer à informé cette communauté des spécificités de La Formulation bientôt, sans en être une spécialiste. Toutefois, si je dis des choses erronées, vous pouvez sans souci, recadrer le propos!

      • Vous parlez par expérience, ce ne peut être que juste… Ce sera très intéressant de lire l’expérience de Ti Peintrambuls. Quelle belle initiative, bravo à votre papa !

      • Génial de lire ce post! Cela me parle vraiment car il s’agit de mon « quotidien » car je mène un atelier depuis cinq ans en région lyonnaise et c’´est juste un pur bonheur! Mummm je souhaiterais pouvoir discuter avec ton papa car je monte actuellement un atelier mobile exactement comme tu le d’écrit et je suis certains qu’il pourrait ( ton papa) m’être de bons conseils!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.