Semaine 12: Le débriefing de Mme Déjantée [Partie 1]

La semaine 11 a décimé les rangs des blogueuses et blogueurs à grand renfort de microbes en tout genre..

La semaine 12 a eu raison de Mme Déjantée…!!!

Qui n’a pas pu pondre son débriefing de la semaine 11…

Qu’à cela ne tienne, je suis de retour,

pour vous en servir un magistral cette semaine!!!

[Et promis, cela n’arrivera plus!!! Maman Sioux m’a tout de même suggéré que nous envisagions une trêve neuronale de Noël et peut être de Toussaint que je considère avec beaucoup d’attention…c’est vrai qu’il y a des jours où ça fume sous le crâne!!!]

Donc cette semaine,

22 contributions exaltantes

4 mini-débriefs thématiques de Marraines

[toujours aussi expertes à mêler la spécificité de leur plume et l’exigence de ce format d’écriture…!!]

J’ai nommé: Aubergine Divine, Clem Matriochka, Maman Bavarde et Mum Addict

Une super contribution Guest par Pascale

Qui nous a permis de revenir encore une fois sur le fameux extrait de Rufo qui nous avait beaucoup questionné…

Cette semaine aussi, j’ai l’immense plaisir de vous annoncer que l’appel au don a permis de récolter suffisamment pour souscrire à l’option payante nous permettant de modifier le Design du blog…

Un grand merci à tous les contributeurs!!!

Sur cette base, encore peu de modifications ont été apportées pour l’heure,

Pour la simple et bonne raison qu’il me faut plonger jusqu’au coup dans le code CSS du blog, chose que je n’avais encore jamais expérimentée!!!

Comme quoi, les Vendredis Intellos nous poussent dans nos derniers retranchements!!!

Dernière news de la semaine:

Une récente consultation des membres participants aux Vendredis Intellos a décidé la mise en ligne progressive de plus en plus de contenus directement sur le blog des VI…

Finies donc, les suites interminables de liens en cascade pour espérer parcourir le blog des VI…

C’est aussi la raison pour laquelle vous lirez désormais mon débriefing hebdomadaire directement ici!!!

Passons donc aux thèmes de la semaine:

 Thème n°1: L’enfant, la case en trop par Aubergine Divine

Lorsque j’ai proposé cet ensemble de contributions à Aubergine Divine, j’avais dans l’idée de les développer autour d’une thématique « Les enfants sont notre avenir » sous entendu, pour le meilleur et pour le pire (pour eux!!). Dans la mesure où il était question dans ces contributions, de transmission, de projection, d’avenir quoi… Parce que OUI, les enfants sont notre avenir, et pourtant, NON, il ne nous appartient pas d’en décider…Voilà selon moi, le paradoxe des générations…voilà ce qui, entre autres choses, torture, génération après génération, chaque individu prenant la plume pour rédiger son testament…

Alors quand j’ai lu qu’Aubergine l’avait articulé autour de la norme, des préjugés et de ce nombre infinie de petites cases dans lesquelles on enferme les enfants dans l’espoir qu’ils deviennent ce que nous attendons d’eux, je me suis dit qu’en définitive, elle avait tout compris!!

De ce thème, deux éléments me semblent fondamentaux à creuser…

Le premier concerne les enfants et porte sur le caractère auto-réalisateur des jugements que l’on porte sur eux... De nombreux auteurs, souvent évoqués lors des Vendredis Intellos, soulignent de façon différente de quelle manière nos enfants s’ingénient à répondre à nos attentes implicites. Nous avons vu avec A. Gopnik comment les enfants étaient naturellement en mesure de se construire une représentation mentale des modes de fonctionnements sociaux et comment cette analyse leur permettait d’adopter une attitude adéquate et efficace… En réalité, nous sommes tous programmés pour comprendre et répondre aux attentes implicites des gens avec qui nous entrons en interaction (je me souviens à ce propos d’une anthropologue qui nous expliquait à quel point il était difficile d’obtenir des données de terrain qui ne soit pas le résultat pur et simple du désir des populations rencontrées de dispenser au chercheur les informations qu’il attend, quitte à ce qu’elles soient falsifiées). Faber & Mazlish également nous expliquent à quels point les étiquettes que nous attribuons à nos enfants les rendent littéralement tels que nous les jugeons…On peut également retrouver cette thématique dans le concept du continuum ou encore chez Filliozat…

Je pense qu’il serait intéressant de commenter tous ces auteurs dans le cadre de cette réflexion: laissons-nous nos enfants être eux-même?

Le second concerne les parents et porte sur la difficile question de la transmission volontaire (ou involontaire). Transmettre est le propre de l’homme, car c’est le processus à la base de l’évolution humaine, celui qui nous a donné un avantage indéniable sur les autres espèces, celui qui s’ancre dans l’activité la plus caractéristique de l’être humain: l’enseignement/apprentissage… Chaque génération de singe en cage doit redécouvrir comme faire pour obtenir une excellente pomme rappée en la frottant vigoureusement contre le rebord de la paroi vitrée, aucun homme n’a à redécouvrir comment faire ses lacets: on le lui apprend bien avant que la question ne se pose!! Tout homme a besoin de savoir qui il est et d’où il vient, tout homme a donc besoin que quelqu’un lui ait transmis son expérience mais aussi ses légendes personnelles, sa culture…. mais transmettre c’est aussi contraindre, vouloir façonner et projeter sur l’autre nos craintes, nos espoirs déçus, nos aspirations, nos propres modèles…Alors le juste équilibre il est où??? Sur ce point, je n’ai pas de bibliographie à vous proposer…mais je compte sur vos ressources!!

 Thème n°2: Etre mère les doigts dans le nez par Maman Bavarde

Un vaste thème qui évoque le parcours du combattant que représente la maternité de la conception à l’entrée à l’école…!! Il y est notamment question d’obstacles d’origine physiologique (avec la thématique de l’infertilité), mais aussi d’origine sociétale (l’allaitement est le lieu de beaucoup d’obstacles de ce type) et enfin d’origine matérielle (conciliation des vies professionnelles et familiales, gestion de carrière, etc..) autant de point que Maman Bavarde a su nous évoquer si justement de sa plume hilarante…

Selon moi, il y a de nombreux points à creuser dans ce thème…

D’abord, la question générale du désir d’enfant (ou du non-désir!!!). De tout temps, il y a eu des recommandations plus ou moins explicites à motivation idéologiques des gouvernements pour contrôler les naissances (politique nataliste d’après guerre, politique de l’enfant unique, néo-malthusianisme, etc..). Néanmoins, si c’est politiques démographiques mériteraient d’être évoquées sur les VI (je peux filer un extrait de « L’art d’accommoder les bébés » pour celles et ceux qui le souhaitent), elles me semblent toujours assez disjointes de ce qui motive à l’échelle individuelle le fait de concevoir un enfant… Je me souviens aussi, il y a quelques années déjà, être tombée par hasard sur des forums où de toutes jeunes femmes (entre 15 et 18 ans), très amoureuses de leurs copains du moment, décrivaient avec passion leur désir d’enfant…Je me sentirai bien incapable de porter un quelconque jugement de valeur sur ces désirs exprimés ni sur le degré de maturité, mais je sais qu’ils me questionnent énormément, d’autant plus qu’ils sont occultés avec force par la société…Le désir d’enfant donc, mais aussi, le processus d’élaboration psychique de l’enfant durant la grossesse…Autant de thématiques que nous aurions tout intérêt à creuser…

Ensuite, je pense qu’il est intéressant de continuer à parler sur la PMA… d’abord parce que les personnes non confrontés à ces protocoles et aux remises en question qui les accompagnent peuvent difficilement s’imaginer la situation (je me range dans cette catégorie). Je pense donc qu’informer est le meilleur service que celles qui ont connu la PMA peuvent rendre aux autres pour leur permettre de devenir de meilleures copines, de meilleures soeurs, de meilleurs voisines, et peut être un jour aussi, de meilleures mamans…Je pense donc que ce n’est pas un thème à clore!!! La thématique de l’enfant adopté, souvent présent aussi dans les réflexions concomitantes des parcours de PMA me semble au contraire un thème à ouvrir!!

Sur la question du travail des mères, là aussi, je pense que nous avons du pain sur la planche!!! Le premier élément selon moi pourrait être d’explorer le lien entre durée de l’arrêt périnatal et reprise du travail. En France, il semble être inconsciemment acquis que plus une femme s’arrête longtemps de travailler moins elle a de chance de reprendre une activité professionnelle par la suite… d’où différentes propositions gouvernementales pour réduire le congé parental (il y avait déjà eu des contributions sur les VI il y a quelques semaines de cela sur le sujet…je vous invite à les retrouver dans l’arbre de liens des VI). J’ai dans l’idée que ce postulat n’est pas universel… J’aimerais donc beaucoup que quelqu’un se penche un peu sur la situation des femmes dans les pays nordiques notamment où les congés maternité sont plus longs…Pour que l’on comprenne ce qui conditionne en définitive la reprise ou non de l’activité professionnelle…

Je m’arrête ici pour ce soir, Clem et Mum addict viennent juste de me pondre leur mini-débrief, et je préfère y réfléchir un peu avant de vous livrer mes réflexions dessus…

Je posterai donc demain la partie 2…

2 pensées sur «Semaine 12: Le débriefing de Mme Déjantée [Partie 1]»

  1. J’aime bien la thématique de la transmission (et pour cause, c’était un peu mon métier). Je vais réfléchir à ça sur le constat que deux parents = deux histoires, deux conceptions de l’éducation. comment les concilier, que retiennent les enfants? ou peut-être évoquer la psychogénéalogie mais c’est encore différent, là il s’agit de ce que nous avons hérité et comment on peut s’en défaire (ou pas). Bon, ça congite mais se sera pour Noël, ok? ;)

Laisser un commentaire