L’enfant, la case en trop [mini-débrief]

L’enfant n’est pas que.
L’enfant ne se réduit pas à une propriété, l’enfant ne se réduit pas à des termes pédiatriques, l’enfant ne se réduit pas à des adjectifs, l’enfant ne se réduit pas à de l’amour, l’enfant ne se réduit pas à des paires de baffes.

Quand je lis les billets que j’ai en charge dans le cadre des Vendredis Intellos, je constate qu’on réduit l’enfant à une simple case. Evidemment il est difficile de vivre sans case, comme il est difficile de vivre sans identité, sans toit, sans tout. Bien trop souvent, hélas, on ne lui laisse pas le choix d’être dans une case que nous, parents, adultes, médecins, instituteurs, animateurs, amis (liste non exhaustive) lui avons attribué d’office. C’est d’ailleurs ce que nous fait part MamanSioux dans son article sur l’éducation non violente et elle-même affirme très justement :  « Je me dis que je devrais prendre garde à ne pas enfermer mon fils dans un rôle d’enfant énergique et exigeant voire impatient. Il réagit comme il réagit, il s’agit d’un instant T, peut-être même d’une période de plusieurs mois mais il est important que je ne le réduise pas à ça, que je lui laisse le droit de changer si cela doit arriver.  »

Mais en quoi peut-il être nocif d’enfermer son enfant dans une case, même dans une volonté de bien-faire ? Tout simplement parce qu’on ne lui laisse pas le choix d’être, on ne lui laisse pas le choix d’être un Homme en devenir. On l’enferme, contre sa volonté dans une identité qui ne lui appartient pas et lui-même se retrouve dans l’impossibilité de changer, de faire sa résilience. Et parfois la mort est le seul destin de ces enfants.
Bien sûr, on peut le faire inconsciemment ou culturellement comme pour ces petites filles à qui on prend le droit de vie ou de mort. On tue ces petites filles car elles sont nées filles ou alors sont en chemin pour le devenir et sont donc considérées avant tout comme un poids matériel c’est ce qu’on peut lire dans le triste état des lieux du billet de Glam’mam
Que dire de ces enfants qui passent à l’acte et prennent la décision de mettre fin à leurs jours. Que penser de cette souffrance dans laquelle ils sont, d’où vient-elle ? la dessus je ne me permettrai aucun « classement » car je me sens incapable  de dire si nous sommes responsables de ce passage à l’acte, je pense que oui. Est-ce une forme de pression de notre part qui pousse l’enfant à penser à la mort ? certainement. Mais ce n’est que mon point de vu. Je remercie Val1603 d’avoir fait vaciller à ce point ma conscience et ma pensée avec son article sur le suicide des enfants.


Mais cette fameuse case peut avoir un sens différent, un sens impalpable, un sens d’idéaux, c’est ce dont j’ai ressenti à la lecture de l’extrait de Lettre à la jeunesse d’Emile Zola qu’a posté Kiara. Aux travers des mots d’Emile Zola j’ai eu l’impression que cette jeunesse n’avait d’autre choix qu’accepter l’héritage des anciens et perpétrer en quelques sortes leurs idées, mêmes les plus viles. J’ai ressenti encore une fois cette sensation désagréable d’être prisonnier de soi par à cause d’un autre. Parce que vous nous avez donné la vie, la liberté alors on vous fera honneur. J’ai trouvé le parallèle très juste avec le Cid, ce fatum qui nourrit les tragédies classiques. (Je tiens à rassurer Kiara j’ai beaucoup apprécié son article).


Elever un enfant, littéralement, (d’après http://atilf.atilf.fr/ ) c’est la notion dominante est celle d’une hauteur bien en vue ou d’un accroissement de valeur ; faire monter quelque chose, ou plus rarement quelqu’un, d’un niveau à un autre situé plus haut, de manière qu’elle soit bien ou mieux en vue ou qu’elle acquière une valeur supérieure. 

Je crois alors qu’il est nécessaire de mettre en pratique cette magnifique définition et de sortir l’enfant de cette habitation rudimentaire, d’accepter que l’enfant ne soit pas le prolongement de notre ego, de notre héritage, de notre pensée, de notre culture. D’accepter que l’enfant ne soit pas seulement notre désire psychique, mais une réalité à part entière.

Aubergine divine

 

Laisser un commentaire