Le suicide des enfants…

Hier en lisant mon 20 Minutes, Édition Paris…, j’ai été bouleversée… perturbée… dérangée… secouée… (je ne trouve pas le mot exact… peut-être un peu tout ça à la fois…) par un article… :

« Le psychiatre Boris Cyrulnik remet aujourd’hui (jeudi 29 septembre 2011) un rapport à la Secrétaire d’État à la Jeunesse sur le suicide des enfants »…

Il y explique que les statistiques officielles dénombrent entre 30 et 40 suicides par an chez les 5-12 ans… Mais qu’il faut ajouter à ce chiffre d’autres morts par troubles cognitifs, qui représentent au moins 70 décès par an…. C’est par exemple le cas d’un enfant tellement malheureux qu’il va trop se pencher par la fenêtre ou celui que va traverser sans faire attention… En fait beaucoup de ces accidents n’en sont pas…

Source : http://www.20minutes.fr/societe/796322-boris-cyrulnik-le-suicide-enfants-fatalite

Que penser… de cette réalité… qui m’a fait m’interroger… J’ai donc fait quelques recherches supplémentaires… pour réussir à comprendre…

Dans un autre article, Boris Cyrulnik, explique le geste de ces enfants par : «Une cascade de déchirures invisibles»…

«Le cumul des événements qui déclenche l’acte suicidaire résulte d’une cascade de déchirures invisibles, d’une convergence d’événements de nature différente», qui peuvent être un deuil précoce, un conflit entre les parents, des maltraitances, l’absence d’un univers sécurisant à la maison, le harcèlement à l’école, explique le médecin. De plus, «la détresse d’un enfant est souvent difficile à percevoir car il vit dans un temps immédiat» et plus que l’adulte, il a du mal à dire son mal-être.

L’enfant «insécurisé», «seul, sans partage de la souffrance, sans aide ni possibilité de déchiffrer ce qui lui arrive, le jour où il comprend ce qu’est la mort, il se laisse prendre», écrit encore Boris Cyrulnik. On considère que les enfants commencent à comprendre ce qu’est la mort «entre 6 et 9 ans», rappelle-t-il. Alors, «une pichenette peut suffire pour passer à l’acte. Une phrase blessante, une petite frustration, une mauvaise note à l’école ou le déménagement d’un copain peuvent provoquer une déflagration exceptionnelle».

«Il peut écrire une lettre d’adieu (…) mais le plus souvent, il se penche trop par la fenêtre ou descend d’un autobus en marche.

Alors que les gestes des adolescents ou des adultes sont souvent précédés de signes, les enfants sont beaucoup plus impulsifs, rendant leur suicide encore plus incompréhensible et imprévisible.

Les adultes parlent alors d’accident», dit encore le psychiatre, Boris Cyrulnik.

Mais… il ne faut pas voir en tout accident une tentative de suicide, nuance cependant le pédo-psychiatre Marcel Rufo, qui déplore «une culpabilisation terrible de l’accident» alors que «le comportement à risque fait partie du comportement normal de l’enfant».

Boris Cyrulnik appelle donc à une politique de prévention aussi bien «autour de la naissance» notamment en donnant une «cohérence aux métiers de la petite enfance» via une «université de la petite enfance» ou en formant les médecins, infirmières, éducateurs et enseignants à cette problématique.

A l’école, il prône une adaptation des rythmes scolaires, une notation plus tardive, une lutte contre le harcèlement.

Source : http://www.20minutes.fr/societe/796580-suicides-enfants-psychiatre-boris-cyrulnik-remet-jeudi-rapport-gouvernement

Bibliographie en référence : Quand un enfant se donne la mort, Attachement et sociétés, Boris Cyrulnik , Revue (broché), Paru en 09/2011.

Val 1603

Publicités

2 réflexions sur “Le suicide des enfants…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.