Semaine 10: Le débriefing de Mme Déjantée

10ème semaine de remue méninge débridé !!!!! 

J’en reviens pas!!!!!

J’avoue, je ne suis pas une grande pro des anniversaires…

Alors NON, le cadeau ce n’est pas MOI qui vous le fait mais VOUS qui me le faites 

En étant toujours là, au rendez vous, avec vos neurones, tous les vendredis!!!

Mais bon, chiche, pour la 20ème, il y aura un bouquin à gagner (enfin, si d’ici là j’ai réussi à mettre la main sur quelques gentils sponsors/mécènes… quoi vous n’avez pas d’oncle richissime pour soutenir notre noble cause???)

En parlant noble cause d’ailleurs, j’ai le grand plaisir de vous dire que 

Nous avons déjà réuni 42 dollars pour développer notre magnifique blog collectif

qui devrait donc d’ici peu se payer un joli petit ravalement de façade!! 

Toujours dans les petites nouvelles du blog, veuillez noter que c’est désormais:

La Tellectuelle qui entretient avec amour et passion le Jardin d’idées des Vendredis Intellos qui recense toutes les contributions depuis le début….Un grand merci à elle d’avoir repris le flambeau!!

Nous venons également de décider la création d’un index bibliographique intitulé La bibli des VI qui répertoriera par auteur l’ensemble des ouvrages abordés dans les Vendredis Intellos, histoire de permettre à tout le monde de s’y retrouver facilement semaine après semaine… Et c’est à Clem la Matriochka et Maman Sioux qu’échoira la lourde responsabilité de le gérer…Merci à elles pour tout ce boulot en perspective!!!

Enfin, si tout va bien, nous aurons demain une passionnante contribution Guest à dévorer!

[Je dis bien « si tout va bien » par ce qu’apparemment je suis loin d’être la seule à m’être laisser prendre dans la tourmente de la rentrée!!!]

Il y sera question de comprendre autant que faire se peut un auteur polémique…

Pour le reste, je vous laisse à votre imagination!!

Je crois que c’est tout pour les petites news, passons aux thèmes de la semaine…

Thème n°1: Etre parent sans se couper en 10 c’est possible par Mum Addict

Nous avions souvent évoqué dans ses Vendredis Intellos de « l’épuisement parental » ou du fameux « burn out » dont on parle (beaucoup!) depuis peu même s’il fait écho à une réalité vécue vraisemblablement depuis toujours par nombre de parents, à commencer par les mères…

Ce que l’on évoque peut être moins (mais là je parle sans savoir car je n’ai pas encore ouvert le bouquin de S. Allenou!!) c’est du stress qui résulte, non du « seul » fait d’avoir à répondre sans cesse aux besoins importants de jeunes enfants mais de devoir également gérer l’organisation matérielle du quotidien familial (ménage, démarches administratives, courses, conduites…), gérer une vie professionnelle (en elle même génératrice de stress), être présent-e pour son conjoint/soigner son couple, et puis, quand même, s’occuper un peu de soi (oui, même ça, ça peut devenir un facteur de stress… quand je repense à la pression que je me mettais pour « bien » me reposer à chaque heure de libre sans les enfants!!!)…

Bref, voilà, le fil conducteur de ce pas-si-mini débrief mené de main de maître par Mum Addict

J’y ai relevé quelques pistes d’approfondissement pour les semaines à venir…

D’abord, sur la question de la reconnaissance de nos propres besoins de parent…Je crois avoir déjà évoqué cet angle de vue les semaines précédentes mais j’avoue que plus nous avançons plus cela occupe une place importante dans ma tête… Nous ne cessons de nous interroger sur les approches dites « non-violentes » de la communication avec nos enfants. Au travers des bouquins de Filliozat, Faber & Mazlish, J.P. Faure, Gordon et les autres, nous tentons d’écouter les émotions de nos enfants, de les accepter, de les respecter, de nous interroger aussi sur leurs besoins, leurs attentes…. Et nous alors???? Ecoutons-nous nos émotions? Les acceptons-nous? Les respectons-nous? Nous interrogeons nous sur nos besoins? Que mettons-nous en oeuvre pour nous donner à nous même ce dont nous avons besoin? 

Du coup, je suis retournée faire un tour du côté de la Communication non Violente et j’ai trouvé la fameuse Liste des « Besoins fondamentaux »… je me suis dit que ça pourrait être un point de départ pour réfléchir à tout ça…Si cela inspire quelqu’un…!!

En même temps, je vous le dis franchement, l’ex-chercheuse que je suis est toujours assez prudente avec les approches du type « développement personnel » (qui restent pour moi, malgré leur intérêt, un lieu possible pour le sectarisme et le charlatanisme) donc, outre mon appel général à considérer toute théorie éducative/psychologique avec prudence (ce que nous faisons à mon sens ici en les discutant!). Une des manières de rester humble vis à vis de la portée de ce genre de modèle est de considérer le sort de la (plus ou moins) célèbre Pyramide des besoins de Maslow: très enseignée dans le domaine de management et de la formation professionnelle (j’en sais quelque chose!!), elle a pourtant été totalement invalidée du point de vue scientifique. Ma conclusion est donc: réfléchissons à nos besoins mais n’en faisons pas une recette du bonheur…

Autre approfondissement possible sur la question de la place de l’autorité dans la gestion de ce qu’on pourrait appeler des « comportements indésirables » de nos enfants (visez l’euphémisme!!!)…Dans nos réflexions, on entend souvent revenir l’opposition entre parents autoritaires et parents permissifs, entre limites nécessaires et limites castratrices, entre l’ordre qui doit être imposé et celui qui doit être expliqué, etc…Sans y voir vraiment plus clair que vous à ce sujet, je sais avoir été personnellement, extrêmement remuée par la proposition de la communication épanouie/non-violente de dépasser ces clivages…en me rendant compte que je pouvais comprendre le désir de mon enfant pour un nouveau jouet SANS pour autant me retrouver en situation de lui acheter… que je pouvais comprendre la colère de mon enfant pour son petit frère nouveau-né SANS pour autant lui permettre de le frapper… Cette articulation entre autorité totale sur les actes et permissivité totale sur les sentiments me semble nécessaire de discuter pour avancer un peu…

Les adeptes de Filliozat seront donc peut être d’accord pour nous commenter vendredi prochain les pages 87-88 et 89 du bouquin « Au coeur des émotions de l’enfant » qui traitent justement de cette question…

Enfin, dernier approfondissement (parmi les milliers possibles!!!) sur la question des mères au travail, faut-il chercher du côté de la sociologie du travail, du côté de la psychologie ou encore des approches féministes mais une chose est sûre… nous n’avons pas beaucoup évoqué le quotidien pas toujours rose des Working Mums… [ En même temps, je crois savoir qu’une de nos nouvelles recrues prépare un billet sur les corrélations entre nombre d’enfants et activité professionnelle des mères… et j’en bave d’avance!!!]

Thème n°2: Le fil invisible de l’attachement par Kiki the mum

Et voilà, noir sur blanc, notre pire casse tête de parent!!! L’attachement, celui là même que Gopnik décrit comme étant la seule force du bébé pour s’assurer sa survie!!! Celui-là même qui permettra un jour à nos affreux de voler de leurs propres ailes!!! Le voilà l’apparent paradoxe!!! Et la difficile mission pour nous d’aimer sans étouffer, de protéger sans contrôler, de porter sans retenir!!

Bref, un thème 100% VI qui ne risque pas de nous quitter de sitôt!!!

Alors comme c’est quand même un vrai défi cette histoire d’attachement et de séparation, j’ai eu envie, comme toute première suggestion de vous envoyer lire (si vous ne le connaissez pas déjà) le texte de Khalil Gibran (extrait du bouquin Le Prophète) qui parle des enfants… peut être l’un ou l’une d’entre vous sera tenté de nous le commenter à sa façon??? 

Poursuivons avec une bonne nouvelle: j’ai réussi à remettre la main sur mon exemplaire des Vilains Petits Canards de B. Cyrulnik [que je croyais avoir lâchement abandonné aux mains de mon ancien labo, mais a été sauvé du fond de l’une de mes étagères poussiéreuse par le courage de Mr Déjanté!!]!!! Vous savez bien Cyrulnik, le grand penseur de l’attachement!!!!

Je vous mets donc ci-dessous les intitulés de quelques cours chapitres (3p) qui pourraient peut être vous inspirer et que je peux vous scanner sans problème!!!

  • Aime moi, pour me donner la force de te quitter: Quand un bébé tranquille devient un explorateur c’est que son entourage lui sert de camp de base
  • L’échafaudage de la manière d’aimer: Cette base de sécurité apprend quelques styles affectifs.
  • Origines mythiques de nos manières d’aimer: tout discours individuel ou culturel construit l’enveloppe sensorielle qui apprend à l’enfant son style affectif
  • Quand les jumeaux n’ont pas la même mère: tout fait signe dans cette bulle affective où chacun se différencie [spéciale dédicace pour Marie 3 en 2!!]
  • Le père précoce, rampe de lancement: Un mâle peut être remplacé par un pistolet injecteur, mais un père doit être réel pour impulser la confiance..

Enfin, dernière proposition d’extrait avec Gopnik dont je vous ressors un extrait sur l’attachement que j’avais trouvé passionnant… et qui montre (entre autres choses) que même parvenu à l’âge adulte, nous présentons souvent face aux grandes situations de séparation un profil semblable à celui que nous adoptions alors quand nous étions bébés…(pour celles qui ont le bouquin, il s’agit des pages 215 à 230…!!)

Thème n°3: Transmettre par Aubergine Divine

Que transmettons-nous à nos enfants? Voici la question qui a servi de trame au mini-débriefing rondement mené d’Aubergine Divine…

Mais au fond, pourquoi est-ce que le lien entre les termes de « transmission » et d' »enfant » nous semble si évident? Peut être parce que l’une des raisons qui font que nous faisons des enfants est aussi que nous avons un quelque chose du passé à transmettre dans le futur et que les enfants représentent, à de nombreux égards, notre avenir…

Voici ce qu’en dit par exemple Gopnik:

« Ce n’est pas seulement le fait que nos enfants soient porteurs de nos gènes qui fait d’eux notre avenir. Pour les êtres humains, le sentiment identitaire, au niveau tant de l’individu que du groupe, est intimement lié au chemin parcouru et du chemin à parcourir, à notre passé et à notre futur. La capacité humaine signifie qu’il ne suffit pas de nous regarder tels que nous sommes aujourd’hui pour savoir ce qu’être humain signifie: il faut aussi plonger le regard dans l’immensité ramifiée des possibilités humaines. Et les explorateurs les plus aventureux que l’on aperçoit aux confins de cet espace ressemblent fort à nos enfants. »p. 295

Un approfondissement à mon avis capital dans ce thème est celui du rôle des grands parents. Nous l’avions déjà évoqué, il y a déjà quelques semaines de cela, essentiellement pour nous exprimer sur nos difficultés de parents à récupérer nos affreux après le bulldozer de la débauche grand-parentale…Parce que même si je le voudrais, j’aurais du mal à attirer dans nos filets des Vendredis Intellos, une grand mère égarée… j’aimerais beaucoup que nous tentions d’adopter le point de vue inverse…

A savoir, faire l’expérience de pensée du jour où nous serons peut être amené à devenir grand parents… Quels pourront être nos espoirs, nos désirs? Quelle place nous voudrions choisir? Comment nous envisagerions notre rôle par rapport à celui d e nos enfants devenus parent?? Ou MIEUX… peut être l’un ou l’une d’entre vous accepterait-il de prêter son blog à un grand père ou une grand mère de son entourage?? Reste à trouver un extrait…(peut être d’un roman???!!!)

Enfin, pour les fans de Filliozat, il y a, à mon sens, dans Au coeur des émotions de l’enfant, un avis moderne sur la tragédie que vit le Cid (voir la contribution de Kiara)… Je vous renvoie donc aux pages 45 à 50 qui ne demandent qu’à être commentées!!

Le lien avec le thème précédent me semble assez naturel: parmi l’ensemble des « choses » que nous souhaitons transmettre à nos enfants, il y a bien entendu un certain nombre de savoirs-faire, de connaissances, etc…

Ceci nous donne l’occasion d’évoquer un point non encore développé sur la question de la transmission: un parent/un professeur peut bien « transmettre », encore faut-il que quelqu’un réceptionne!!! Une antenne de télévision peut bien émettre autant de signaux qu’elle veut, encore faut-il que les gens disposent d’une antenne de réception adéquate, encore faut-il qu’ils veuillent bien allumer leur poste de télévision, encore faut-il que l’émission diffusée soit dans une langue qu’ils connaissent, etc…!!

C’est une certitude, on ne peut forcer quelqu’un à apprendre… mieux, lui demander d’être « attentif », « concentré », avec l’esprit le plus ouvert possible car cela ne suffit encore pas…. Apprendre ce n’est pas attendre et recevoir, apprendre c’est construire, planifier, tester, remettre en question…Alors, on ne peut forcer personne, on peut juste un peu donner envie…!!!

Voici ce qui est apparu, peu ou prou au travers des contributions de Clem nous a relayé avec brio (et pour elle, c’était une première!!!).

En terme d’approfondissements, je vous rappelle que je serais toujours aussi ravie de lire un petit topo sur la pédagogie Montessori qui ressort régulièrement (et dont on aurait grand besoin de savoir précisément de quoi on parle!!!). Je réitère ma proposition de vous scanner une courte présentation (4 pages) de cette pédagogie issue du bouquin de M. Crahay dont je vous avais précédemment parlé…

Sinon, pour ceux qui souhaiterait creuser la question plus particulière du rôle des parents vis à vis des apprentissages scolaires, je vous ai dégoté l’excellent dossier de feu l’INRP (Institut National de Recherche Pédagogique rebaptisé depuis Institut Français de l’Education) qui traite des « Effets de l’éducation familiale sur la réussite scolaire »…C’est une publication qui reste très accessible que je vous conseille vivement!! Si quelqu’un se sent de faire un Vendredi Intello sur un petit extrait de ce dossier, je lui promets un soutien de chaque instant!!!

Voilà, ben ça c’était le thème empoisonné de la semaine…!! Pourquoi empoisonné???

D’abord parce qu’il s’agissait de revenir sur des questions qui nous avaient déjà malmené les méninges les semaines passées sur les questions d’éducation et de genre (faut-il reconnaître les spécificités de genre ou les gommer??), sur les questions aussi de mixité…. donc en fait sur la constitution de la dimension sociale de l’identité sexuelle (et rien qu’en disant ça, je fais des approximations!!!)…

Et qu’en plus de ça, je lui ai collé les deux contributions sur l’homoparentalité que je lui ai demandé de traiter, non du point de vue de l’identité sexuelle (parce que là on serait clairement hors de propos pour les VI) mais du point de vue de la constitution des rôles sociaux du père et de la mère (qui est un point qui soulève souvent des interrogations du point de vue de l’homoparentalité)!!!!

Et ben vous savez quoi????? ELLE L’A FAIT!!!!!

Pour vous donner une idée de la complexité que présente du point de vue scientifique et médical les questions d’identité sexuelle et de genre, je vais vous citer un extrait du dernier article que j’ai lu de notre dieu à toutes Martin Winckler (en passant, merci à la Poule Pondeuse d’avoir partagé ce lien!):

« On sait aujourd’hui que sexe anatomique, sexe génétique, identité sexuelle et orientation sexuelle sont quatre notions distinctes qui peuvent être différentes chez une même personne. Mettons que j’aie un aspect physique « typiquement » féminin, une personnalité plutôt autoritaire et que je sois sexuellement attirée par les femmes. Si l’on découvre que mes chromosomes sexuels sont XY est-ce que ça (re)fait de moi un homme hétéro ou est-ce que je reste une femme homosexuelle ? Il n’y a pas de réponse à cette question sinon celle-ci : je n’ai rien à faire de la manière dont les autres (famille, médecins, sociétés) me définissent, me jugent ou cherchent à me « normaliser ». Ce qui compte, POUR MOI, c’est ce que je fais de ma vie. »

Ensuite, parce que moi aussi sur ces questions de genre (féminin ou masculin), d’éducation et constructivisme social, je n’y vois plus très clair… je sors mon jocker et vous envoie potasser le deuxième excellent dossier de la Veille scientifique de l’INRP que je vous ai retrouvé qui porte justement sur la thématique « Genre et éducation »… Je l’ai rapidement parcouru pour préparer ce débrief et ai vu que la question de la mixité à l’école y était notamment abordée… Ce dossier se structure en relativement court paragraphes qui peuvent quasiment être lu indépendamment dont chacun peut être l’objet d’une contribution…. Je vous invite à le lire d’ici à la semaine prochaine pour qu’on voie ensemble qui commente quoi en vue d’y voir plus clair sur ces questions pour lesquelles je risque de peiner à trouver un Guest!!!

Voilà!!!

Ben le 10ème débrief général des Vendredis Intellos…

c’est déjà fini!!!

Je m’adapte tout doucement à ce nouveau format de publication depuis que les Marraines sont venues en renfort…

J’espère en tout cas qu’il continue à vous intéresser et vous stimuler!!!

Bonne lecture à tous et toutes et 

à vos neurones!!!

Laisser un commentaire