Parentalité et homosexualité : deux notions compatible ?

Isabelle Poirot- Mazères dans un article paru à l’Actualité Juridique de Droit Administratif en 2002, nous précise ceci :

« Dans un arrêt du 26 février 2002, Fretté c/ France, la Cour européenne des droits de l’homme, à une faible majorité, a considéré que la position des autorités françaises refusant le droit à l’adoption aux couples homosexuels n’était pas contraire aux articles 8 et 14 de la Convention européenne des droit de l’homme. Elle va ainsi dans le sens de la jurisprudence du Conseil d’Etat qui considère que le refus d’agrément demandé à l’Aide sociale à l’enfance préalablement à l’adoption peut être motivé, dans le cas de couples homosexuels, par le fait que les conditions de vie de celui-ci ne présentaient pas des garanties suffisantes sur les plans familial, éducatif et psychologique pour accueillir un enfant. Toutefois, la rédaction de l’arrêt de la Cour et d’autres indices permettent de s’interroger sur les évolutions possibles en ce domaine« .

En effet, Isabelle Poirot-Mazères s’interrogeaient sur l’évolution de la jurisprudence en matière d’adoption homoparentale…Elle n’avait pas tort.

La Cour Européenne des Droits de l’Homme a amorcé une évolution :

En 2008, la Cour Européenne des droits de l’Homme a fait évoluer sa position dans ce domaine : « force est donc de constater que les autorités internes ont, pour rejeter une demande d’agrément en vue d’‘adopter présentée par la requérante, opéré une distinction dictée par des considérations tenant à son orientation sexuelle, distinction qu’on ne saurait tolérer d’après la Convention.

En conséquence, la Cour estime que la décision litigieuse est incompatible avec les dispositions de l’article 14 combiné avec l’article 8. Partant, il y a eu violation de l’article 14 de la Convention, combiné avec l’article 8″.

En gros, ce que signifie cette décision, c’est que la juridiction française qui a refusait à la requérante l’agrément pour adopter ne pouvait se fonder sur ses orientations sexuelles.

Bien que l’on ai pu noté une tentative d’évolution jurisprudentielle de la part des juridictions françaises, tout semble s’être écroulé et on assiste à un statu quo.

En France, dans un arrêt de 2006, la Cour de cassation a énoncé que : «  le code civil ne s’oppose pas à ce qu’une mère seule titulaire de l’autorité parentale en délègue tout ou partie de l’exercice à la femme avec laquelle elle vit en union stable et continue, dès lors que les circonstances l’exigent et que la mesure est conforme à l’intérêt supérieur de l’enfant« .

Mais, en 2007, la Cour de cassation est, malheureusement, revenue sur cette position en refusant de permettre à la conjointe de la mère de deux enfants d’adopter ses enfants, ceci dans le but d’obtenir un partage de l’autorité parentale.

Alors, aujourd’hui, on peut s’interroger sur les raisons pour lesquelles la justice française refuse de prendre en compte une évolution naturelle de la société.

Je n’ai pas la réponse, je ne peux que faire référence aux questions généralement soulevées par l’homoparentalité.

On a d’abord le traditionnel, « une famille est composée d’un homme et d’une femme« .

Ouais, enfin, ce principe, il n’existe pas depuis très longtemps. Durant combien de siècles les hommes ont quasiment ignoré leurs enfants ?

Que dire des femmes de la noblesse des siècles passés qui confiaient leurs enfants à des nourrices pour ne pas se fatiguer…

Alors, à partir du moment où l’enfant reçoit de l’amour et les soins nécessaires, que ce soit par une femme, un homme, deux hommes ou deux femmes, je ne vois pas bien la différence.

On a également le surprenant « homosexualité ou parentalité, il faut choisir » : Comme si on choisissait égoïstement d’être homo…La solitude est-elle la contrepartie de l’homosexualité ? C’est tellement abérrant, je préfère passer.

Enfin, le grand classique, « les enfants d’homosexuels deviendront homosexuels » : Mais bien sûr…raisonnons par l’absurde : les gays ont forcément eu des parents hétéro à un moment donné non ?! L’argument ne tient donc pas.

Et puis, quand bien même l’assertion serait juste…Il y a longtemps que l’homosexualité n’est plus reconnue comme une maladie, qu’est ce que ça peut bien faire que l’humanité soit dominée par les gays et lesbiennes ?!

Si vous faites un petit tour sur le Google, vous n’aurez aucun mal à avoir les références menant aux études qui démontrent l’inocuité de l’homosexualité parentale sur les enfants.

Certes, dans certains coins de France, il doit être moins évident que dans d’autres d’avoir des parents homosexuels. Mais, le fait que les gens sont cons n’est pas une raison suffisante pour ne pas avoir d’enfant (sinon, personne n’enfanterait).

Il parait même que ces enfants ont une plus grande ouverture d’esprit ( mais, je me méfie des généralités, on peut trouver des cons partout !)…

Alors, bon, parents homo ou hétéro, on s’en fout non ?! L’important c’est que les enfants soient heureux n’est-ce pas ?

Sandy Les bébous

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.