Le lâcher prise réfléchi

Depuis ma reprise du travail, j’essaye d’envisager ma vie autrement. En fait, non, pas depuis ma reprise du travail, depuis la naissance de ma fille, surtout. Mais c’est seulement depuis peu que j’arrive à mettre des mots sur mon changement de vision, sur mes envies.

En gros, et pour faire dans l’original, je tente de davantage profiter de l’instant et de tout simplement moins me prendre la tête. Profiter de l’instant c’est arrêter de sans arrêt me projeter dans l’avenir, d’organiser les projets futurs dès que j’ai atteint un but (j’ai cette sale habitude) et surtout voir les avantages du présent car aucune situation ne sera parfaite, il faut savoir voir la beauté dans l’instant. Sur ce point la reprise du travail m’y aide car je suis obligée de voir les bons aspects en tout pour ne pas sombrer dans la tristesse dès que je laisse ma puce en larmes chez la nounou. Chaque instant passé avec ma fille est un trésor et lorsque nous sommes séparées nous vivons des choses riches chacune de notre côté et ça aussi c’est chouette.

Moins me prendre la tête, comme dirait la kinésiologue que j’ai vue après la naissance de mini capuchon, ça ne signifie pas transiger sur mes exigences envers moi même et envers la vie que je veux mener. Mais ça signifie seulement se donner le temps de faire les choses, les faire par étapes et surtout en se faisant confiance. Cela je l’ai notamment compris en lisant Éduquer sans punitions ni récompenses de Jean-Philippe Faure. Il y est écrit

C’est parce que nous aimerions tant être des parents plus aimants, plus disponibles, plus quelque chose, que nous créons cette violence interne. Car nous savons bien le décalage entre là où nous en sommes et ce que nous souhaiterions vivre. Cette différence nous est insupportable et nous avons tendance à la masquer, à la refouler, créant une saturation émotionnelle … jusqu’au jour où nos barrages craquent. Et nous nous retrouvons en train de faire subir à nos proches un comportement que nous détestons.

Photo(137)Il nous recommande d’accueillir le présent. Il est vrai que dans la vie, la frustration générée par le décalage entre réalité et envies peut être grande. Elle l’est d’autant plus lorsque l’on parle de nos envies d’éducateur, de parent car une bonne part de ce rôle n’est pas forgée par notre propre volonté mais par les interactions avec un être qui a sa propre personnalité et qui par son jeune âge peut nous sembler être une véritable énigme par moments.

Or, c’est vrai, il faut l’avouer ce décalage peut souvent être épuisant. Il est coûteux en énergie, en bien-être, en tranquillité. Combien de fois on se déteste car on n’a pas eu le mot, le geste adéquat, combien de fois on s’en veut de ne pas avoir su gérer une situation, combien de fois on se demande quel impact cela aura sur la relation à l’autre, quel impact cela aura sur l’autre ?

L’auteur propose une communication en plusieurs étapes, en cas de conflit avec son enfant au moment de lui donner un ordre :

1- « je me donne un temps d’accueil ». S’écouter, écouter ses sentiments avec toute la violence que cela peut impliquer, le poids de la frustration aidant.

2- « quel choix surgit à partir de mon écoute ? » Se demander s’il vaut mieux mettre de l’ordre dans ses idées avant de parler ou si on est alors capable de s’exprimer tout de suite avec clarté.

3-« est-ce que j’arrive à prendre la responsabilité de mon exigence ? » Se demander si l’enjeu du conflit est clair, notre exigence vis à vis de notre enfant est-elle objective ou est-on aveuglé par notre propre frustration ?

4-« comment est-ce que je la formule ? » Il conseille de formuler son exigence sous forme d’ordre net, sans compromis mais en mettant en avant notre vulnérabilité et en essayant de communiquer le sens de son ordre. Par exemple si on est fatigué, le formuler, expliquer pourquoi on donne cet ordre en terme de besoins. En revanche, ne surtout pas menacer, car cela reviendrait à affaiblir l’ordre que l’on donne.

5- « quel va être l’accompagnement qui va suivre ? » L’auteur encourage à demander plus tard comme tout cela a été vécu par son enfant, s’il a bien compris et ce qu’il a ressenti.

Evidemment, il ne s’agit pas d’une recette à appliquer telle quelle, mais je trouve la démarche intéressante à réfléchir. Personnellement, je trouve très bénéfique de prendre le temps de ressentir les choses avant d’agir, de faire la part des choses entre nos propres frustrations, et les exigences légitimes que l’on peut avoir vis à vis des autres. C’est un exercice au combien difficile mais si prometteur !

Alors forcément, ce type de résolution de conflits en 5 étapes ça peut être en totale contradiction avec le fait de moins se prendre la tête. Toujours réfléchir à ce qu’on fait ça peut rapidement donner la migraine et donc être prise de tête. Mais le lâcher prise réside peut-être justement dans l’idée de laisser derrière soi ses frustrations pour communiquer calmement et en prenant le temps de réagir, de répondre avec recul et réflexion. Comme je le disais plus haut, moins se prendre la tête ça ne signifie pas transiger sur ses exigences, ça ne signifie pas moins réfléchir, c’est peut être seulement réfléchir avec un peu plus d’intelligence pour une économie d’énergie mentale …

Home Sweet Môme

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.