Semaine 9: Le Débriefing de Mme Déjantée

En une seule partie cette semaine!!!! Visez l’exploit!!!!

Le traditionnel bilan de la semaine!!!

26 contributions passionnantes!! Ce qui est franchement honorable pour cette atroce semaine de rentrée, où chaque jour j’en retrouve une de plus au bord de la crise de nerf (moi compris!!)

Pas de Guest cette dernière semaine… :( Mauvaise gestion d’emploi du temps de Mme Déjantée qui avait visiblement laissé traîner ses neurones sur le chemin de l’école…

Mais PAS DE PANIQUE!!! Les contributions Guests des deux prochaines semaines sont déjà dans le four!!!

On attaque demain avec un papa ethnologue qui nous aide à analyser le regard que nous portons sur les pratiques de maternage des sociétés dites primitives…

Pour le reste, je n’en dis pas plus!!!

Autre nouveauté de la semaine…

Après énorme remue méninge collectif, la communauté des auteurs des Vendredis Intellos a décidé de

Recourir à l’appel au don pour soutenir le développement du site

Rassurez-vous!!!

Nous n’envisageons ni d’embaucher une secrétaire (quoiqu’elle nous serait bien utile!!), ni de dévaliser le site des guerrières-au-sein-unique pour glaner de nouvelles idées de contributions, mais simplement de recourir à quelques options payantes pour rendre notre site plus agréable à lire!!!

Alors si vous aimez nous lire, et que le cœur vous dit de jeter une ou deux piécettes dans la fontaine des neurones (oui je sais, le widget est en dollars, c’est tout moche, mais j’ai pas réussi à faire mieux et ça retombe bien sur un compte Paypal classique!!), nous nous chargerons de faire des voeux!!

Cette semaine, j’ai également beaucoup cogité sur la redéfinition des objectifs du débriefing général du mercredi… et voilà ce que j’ai résolu:

  • Je continuerai à vous faire le bilan de chaque semaine de fonctionnement parce que cela donne une image de la progression du projet
  • Vue la qualité des débriefings des Marraines (qui s’approprient de mieux en mieux le format de la synthèse) je vous présenterai les thèmes de chaque mini-débrief en y adjoignant simplement quelques unes de mes questions, des propositions d’approfondissement mais sans les développer systématiquement de manière aussi approfondie que les semaines précédentes…
  • Vue l’importance aussi pour nous d’aller tout doucement à la découverte d’ouvrages moins « grand public », je tenterai de vous proposer chaque semaine au moins un extrait d’ouvrage dans ce sens..dont j’espère que certains ou certaines auront le courage de s’emparer!! (J’assure au besoin le coaching!! ;) )

Entrons (enfin) dans le vif du sujet!!!!

Thème n°1: Normalisation des comportements et des méthodes par Maman Sioux

La question du rapport à la norme est un thème que nous avons déjà abordé et qui n’est, à mon avis, pas prêt de s’épuiser…Pour retrouver les anciennes contributions sur le thème, je vous renvoie une fois de plus à la découverte de notre arbre à idées

Pour ma part, je ne m’explique pas entièrement son omniprésence dans le domaine de la maternité et de l’éducation des enfants, je soupçonne simplement qu’il est l’expression de la conscience sociétale inavouée que l’enfant est l’avenir de l’homme et qu’il convient donc de le « préparer » (sinon de le conditionner!!) avec soin…

Différentes facettes du rapport à la norme ont été habilement discutées tout au long de ce débriefing…Dont un certain nombre, ont, à mon sens, mis le doigt sur des thèmes à approfondir…

Le premier élément que l’on pourrait approfondir est l’ancrage contextuel de la norme…Il est par exemple question dans ce débriefing des variations sociétales dans la façon de voir les rapports de la femme à l’allaitement dans divers pays d’Europe…

Ceci est selon moi un excellent exemple: quoi de plus éclairant, quoi de plus questionnant que de s’apercevoir que ce qui constitue une aberration pour soi est en fait une banalité pour l’autre… Quel meilleur moyen de prendre conscience, de discuter (voire de s’affranchir) d’une norme que de se frotter à une autre norme??

Le second élément à approfondir est l’énorme/gigantesque question du handicap..Regards sur le handicap de l’enfant? Inclusion d’enfants handicapés? Handicap au quotidien, relations avec la fratrie, chemin vers l’autonomie? Méthodes éducatives spécifiques? A mon sens, la réflexion sur l’enfant porteur de handicap peut nous en apprendre long car elle nous place au coeur de la notion de respect, de tolérance, ainsi que plus généralement questionne notre regard sur l’altérité…Ne parle-t-on pas Outre Atlantique d’ « exceptional childrens » pour désigner les enfants porteurs de handicap??? N’est-ce pas par là que Maria Montessori a entrepris ses premières études??

Enfin, le troisième élément à approfondir a été simplement effleuré cette semaine mais je saute sur l’occasion pour souligner son importance par cet appel à contributions…C’est bien évidemment la question de l’homosexualité dans l’éducation et la parentalité…La tolérance se nourrit de connaissance, et j’ai dans l’idée que seuls les individus concernés de près ou de loin par la question sont suffisamment bien informés. Je vous invite donc à prendre en charge ce thème, le plus simplement du monde, en y apportant vos questions, vos étonnements, vos réflexions, vos connaissances… car je suis persuadée que c’est comme ça que l’on avance!!

Pour conclure ce thème, je voulais vous proposer un extrait de Gopnik (oui, je sais encore!!! en plus, je crois que je vous avait déjà parlé de celui-là!!) qui traite des mécanismes d’identification du groupe et qui sont, pour le meilleur et pour le pire fortement liés au concept de norme (Vous y apprendrez notamment que des étudiants se trouvent en situation de « privilégier » sans même s’en rendre compte d’autres étudiants inconnus qui auraient simplement été affublés d’un tee shirt semblable au leur…).

J’enchaîne immédiatement avec ce thème, qui a mon sens est directement lié au précédent mais que j’avais séparé pour les besoins du débrief (c’est peut être pour cela qu’il a donné du fil à retordre à Sandy qui s’en est pourtant très bien tirée!!)…

Qui dit norme omniprésente, implique que cette norme soit respectée…quoi de mieux pour sanctifier une norme que de jeter l’opprobre sur les brebis galeuses???

Parallèlement à cela, on voit donc fleurir des ouvrages salutaires, souvent écrits par des parents d’ailleurs, sur le thème: « on va vous décomplexer »!!!

Personnellement, autant je reconnais l’immense bénéfice de ces ouvrages sur la santé mentale des jeunes parents, autant je ne peux m’empêcher de les considérer comme un des résultats de la situation ubuesque que les parents vivent dans le domaine de la puériculture et de l’éducation de jeunes enfants… qui en arrivent (moi la première!!!) à se tracasser au point de devoir lire des ouvrages qui leur intiment de ne plus se tracasser…

Je signale au passage que le thème de la PMA et plus généralement du désir d’enfant, et de l’élaboration psychique de l’enfant pendant la grossesse sont toujours les bienvenus!!!

Thème n°3: La famille et les psys: euh, quoi de neuf docteur? par Kiki the mum

Toujours en lien avec les thèmes précédents…La place des psys…pas vraiment celui qu’on consulte quand on a l’impression que quelque chose pourrait tourner plus rond mais plutôt celui qui s’invite dans nos lectures, nos magasines people de chez le dentiste, nos émissions de télé, mais aussi celui qui parle par la bouche de nos mères, belles mères, connaissances, etc…

Car finalement, le psy, c’est celui à qui, avant même d’avoir avoué qu’on souffre, on demande si tout cela est bien « normal »…

Tout cela n’est bien évidemment que le fruit de ma propre réflexion (dont je serais ravie de discuter!!) mais j’ai l’impression que les contributions que Kiki nous a admirablement recensées se divisent plus ou moins en deux parties…Il y aurait d’un côté les psys pour qui, ce qui est premier est le ressenti du sujet; et de l’autre, ceux pour qui, ce qui est premier c’est la norme…Je m’explique: quand Rufo nous dit que l’angoisse d’un enfant est normale et que donc, ce qui est anormal c’est que les parents l’amènent chez le psy… J’entends bien sûr, un appel à se détendre et à avoir confiance en la capacité de nos enfants à surmonter les épreuves… mais je vois aussi un enfant et des parents inquiets qu’on a renvoyé dans leurs buts. Est-ce que de savoir que mon angoisse est « normale » me la rend plus supportable??? Dans une moindre mesure, sûrement (sorte d’effet placebo de la psychologie???) mais en définitive, je n’en suis pas sûre…Faut-il attendre qu’il aille mal pour lui permettre d’aller mieux?? Ou le problème n’est-il pas plutôt que la consultation chez le psy est encore (trop) stigmatisante pour un enfant??

Tout ça pour vous dire que j’attends avec impatience de compléter cette réflexion avec le point de vue de Filliozat sur les angoisses des enfants, peut être l’un de vous pourrait nous faire un topo là dessus??

Thème n°4: Nos enfants apprennent partout, tout le temps par Cécilie

Là encore, un thème inépuisable puisque, dirait Gopnik, apprendre n’est pas une activité chez l’enfant mais simplement un mode d’existence programmé par l’évolution pour garantir la survie de l’individu…

Là encore, quelques éléments à creuser glanés au fur et à mesure de cet excellent débriefing…

Tout d’abord, la question du « jeu »… Il y aurait énormément de choses à dire sur ce thème avec lequel je ne suis pas tellement familière… Je sais seulement que le « jeu » des enfants, celui qui s’étend bien au delà DES jeux (de la différence que fait l’anglais entre « the play » et « the game »…) fait l’objet de beaucoup d’études et que je serais ravie que vous nous en parliez…A ce propos, j’ai investi tout à l’heure dans un petit bouquin de C.Dumonteil-Kremer, j’espère pouvoir vite vous en parler!!

J’en profite pour signaler à ceux qui lisent facilement l’anglais (ou qui sont très courageux) l’adresse d’une base de données en ligne très importante et très utilisée en sciences de l’éducation qui recense un grand nombre d’article de recherche et sur laquelle vous pouvez faire une recherche par mots-clés…Même si vous ne l’exploitez pas, elle vaut quand même le détour!!

Dans ce même sous thème, je peux aussi vous proposer un extrait de Gopnik qui approfondit la notion de « contrefactuel » (en gros, tout ce qui est monde imaginaire, scénario imaginaire), rapidement évoqué dans la contribution de Kiki the Mum mais qui nécessiterait qu’on y revienne…

Deux autres thèmes en passant qui me semblent digne d’intérêt: la violence entre enfants ainsi que l’apprentissage du langage (on attend pour dans deux semaines un billet de Clem Matriochka sur le bilinguisme mais je pense qu’il y a beaucoup d’autres sujets à aborder dans ce sous thème!!!)…

Enfin, je relance aussi sur Montessori… Apparemment la semaine dernière, plusieurs participantes étaient intéressées pour nous faire un topo dessus… histoire qu’on sache bien de quoi on parle… Qu’elles libèrent leurs neurones!!!

Thème n°5: Maternité et sexualité par Mum Addict

Dernier thème de la semaine et non l’un des moindres car c’était le thème empoisonné!!! Empoisonné parce que pas beaucoup de contributions à commenter mais une problématique plutôt costaude..!!!

Mum addict a remporté le défi haut la main (tout en laissant penser à son homme que ses heures passées à rédiger lui permettrait à coup sûr d’approfondir notablement ses compétences dans un domaine de son intérêt…).

Je ne peux que vous encourager à la lire!!

Je trouve personnellement ce thème passionnant et travaille actuellement à trouver des Guests sur le sujet… (normalement, un au moins est confirmé!!!)

En guise de conclusion de ce thème, je vous propose un petit extrait de « L’Art d’accommoder les bébés » sur la question de l’abstinence sexuelle pendant la grossesse… Qui qui prend pour Vendredi???

« Le trio constitué par l’époux, la femme et le docteur est d’autant plus ambigu que, durant la période de la grossesse puis des relevailles, le lien charnel entre partenaires conjugaux est mis en question par la parole médicale: le praticien-écrivain s’érige souvent en censeur, ordonnant la chasteté, ou bien s’entremet comme incitateur aux rapports sexuels du couple. […] Beaucoup d’auteurs, anciens et récents, ont, à propos de la sexualité des futurs parents, des positions plus rigides, et leurs recommandations d’abstinence s’articulent souvent sur une conception victorienne du lien conjugal, la femme subissant, l’homme assouvissant ses besoins.[…] Moins encline au plaisir, l’épouse apparaît comme élément modérateur du couple, donc comme auxiliaire éclairée du médecin. A elle revient le devoir de mesurer le don de sa personne, et de se refuser tout à fait pendant les intervalles correspondants aux menstrues antérieures; ce tabou particulier durera encore cinquante ans. En 1951, on précise que les rapports sexuels sont « à éviter pendant les deux ou trois premières périodes qui auraient été celles des règles ». […] En effet, diverses populations ont une vision que nous qualifierons d’agressive de la sexualité génitale: le flux menstruel est souvent perçu comme la conséquence des pénétrations péniennes. La codification des premiers rapports conjugaux implique une simulation de viol, assignant à l’homme le rôle de l’agresseur, à la femme celui de la victime rebelle, et la reconnaissance de l’état de grossesse est suivi d’une longue période d’abstinence. Cet ensemble de traits met en évidence, en les transposant métaphoriquement, les conceptions complémentaires de la sanglante activité du sexe masculin et de la passivité vaginale; et il apparente fortement, sur le plan de la pensée symbolique, nos « interdictionnistes » français aux Mossi de Haute Volta, par exemple. Les uns et les autres ont en commun une image du pénis dévastateur, arme redoutable, molestant la femme et menaçant son fruit. En outre, à la lumière des normes magico-religieuses des sociétés traditionnelles, l’interdit français de copulation lors les périodes des anciennes règles durant la grossesse paraît se justifier par un convergence de tabous fort répandus: celui dû au craintes du foetus transpercé par la verge; et celui relatif à la peur du contact masculin avec les menstrues. Ce contact, même différé, même imaginaire […] persiste à être ressenti comme périlleux pour l’homme dont la compagne, alors en état d’impureté, risque de lui communiquer sa souillure. » pp. 78-82

Ainsi je clos le débriefing de la 9ème semaine!!!

 Bonne lecture à tous!!!

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.