Mère – Fille , fusion – poison ?

Depuis que je suis mère, je tente d’avoir une relation sereine avec ma fille. Pour le moment, elle est toute petite, mais je fais en sorte que chaque moment soit synonyme de rire, échange, interaction. Comme dans  la plupart des relations mère – enfant, nous commençons à nouer une réelle complicité.

Et parfois, je me projette. Je me demande quelle mère je serai. Je sais que je ne serai pas et n’essaierai pas (!) d’être une mère parfaite. J’aimerais être une mère.

Alors, je me suis interrogée sur les « mères – filles fusionnelles ». Je trouve qu’on entend souvent cette expression mais j’ai remarqué que personne ne savait vraiment la définir, à part en disant « ba, c’est quand on est très proches ».

Voici ce que j’ai trouvé pour la définition de ce terme : « se dit de deux (ou plusieurs) personnes dont les liens affectifs sont si forts qu’elles ne peuvent se passer l’une de l’autre sans en ressentir une grande souffrance » (source : fr.wiktionary.org).

Ok ….

Et je suis tombée sur cet article : 

Attention, mère fusionnelle !

 

Certaines mères et filles se téléphonent tous les jours, voire plusieurs fois par jour. Rien de ce qui est intime pour l’une n’est étranger à l’autre. Inversement, lorsque la fille souffre, la mère est toujours là pour la remettre d’aplomb. Ce lien, qui pourrait paraître idéal, rejette en fait les autres hors d’une sphère d’intimité inégalable. Ainsi le partenaire amoureux et sexuel n’occupe alors qu’une place secondaire auprès de la fille. Il peut même être amené à séduire la mère pour gagner la fille, comme si la mère et la fille ne faisaient qu’une, ou parce que le regard de l’une oriente celui de l’autre. Tant que mère et fille sont en accord, tout va bien pour elles. A partir du moment où la jeune fille prend conscience de ne pas avoir sa vie propre, et veut privilégier un autre amour que celui qu’elle a pour sa mère, les relations se dégradent violemment. Partagée entre la compassion  pour sa mère et la haine envers celle qui lui refuse une vie en dehors d’elle, elle risque de passer sa vie à s’arracher de cette mère omnipotente dans une crise d’adolescence sans fin. (Source : http://www.doctissimo.fr)

Je trouve que ça part assez loin, quand ils évoque la place du conjoint, quand même. Perso, j’ai ma mère tous les jours au téléphone et j’aime bien. Je ne lui raconte pas ma vie intime non plus, donc je ne vois pas où est le mal d’aimer parler avec sa maman.

La phrase « Ce lien, qui pourrait paraître idéal, rejette en fait les autres hors d’une sphère d’intimité inégalable » est assez flippante, je trouve ! Quelle mère ne veux pas être présente lorsque son enfant (bébé ou adulte ; fille ou garçon) ne va pas bien moralement ? Ok, il faut savoir garder ses distances … 
Mais où et quand commencent-elles ? A l’heure où la relation mère fille représentée dans le film « LOL » nous montre une complicité extrême, que devant-nous en penser ? Est-ce réellement toxique de vouloir à tout prix privilégier le dialogue, pouvoir « tout » se dire sans tabou ?
Il faut bien entendu faire en fonction de chaque cas, mais on tombe si vite dans de mauvaises spirales …

Je me demande si je serai capable de déceler le moment où ma fille et moi aurons à nous détacher, pour notre bien à toutes les deux. Si j’arriverai à me dire qu’elle ne pense pas ni ne vit pas à travers moi et qu’elle est ELLE.
Glam Maman
Publicités

4 réflexions sur “Mère – Fille , fusion – poison ?

  1. Je laisse mon commentaire ici car un pb sur ton blog direct ( j’ai la poisse !!)
    Ma SF m’a conseillé d’aller consulter une psy quand la laloutte avait 4 mois car nous étions trop fusionnelles. J’y suis allée car comme toi, je ne voulais pas que cette relation avec ma fille soit néfaste. La psy m’a demandé si ma relation avec ma fille me convenait, je lui réponds que oui et nous sommes passés à un autre sujet. Ma fille a aujourd’hui 11 mois (enfin jeudi 14) et elle commence l’intégration chez la nounou suite à mon congé parental, nous n’avons jamais été séparées et la laloutte n’a pas pleuré, elle se sent en confiance et sait que je viendrai la chercher.
    Je pense qu’une relation ne devient néfaste que si l’une voire les deux personnes en souffrent après si les deux personnes sont épanouies dans la relation, on se moque de l’étiquette donnée par les autres

  2. sur quoi la SF se basait-elle, pour définir votre relation comme « fusionnelle » ?
    Effectivement, si les deux personnes sont heureuses et qu’aucune n’exerce une mauvaise pression sur l’autre, il ne devrait pas y avoir de problème !!
    Il vaut sûrement mieux être très proches que complètement froid et détaché mais bon … pas toujours facile de trouver le juste milieu ^^ (le long apprentissage de la vie de parents)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.