L’instinct maternel n’existe pas…

… pour moi j’entends mais pas seulement, pour Mathilde Seigner aussi !

Et elle l’explique si simplement que j’ai l’impression que ses mots sortent de ma bouche, ou mes mots de sa bouche enfin mots et bouche quoi.

Et cette participation coïncide avec ma lecture du dernier Psychologies où cette chère Mathilde se pose sur le divan.

Alors elle y va franco et j’adore ça :

 » J’ai eu des moments où j’avais le coeur qui se soulevait : « Mais est-ce que c’est vraiment le mien ? »

Un bébé, c’est quelqu’un que l’on ne connaît pas, c’est une autre personne, que l’on a créée ! C’est surréaliste ! C’est aussi très magique, très extraordinaire. Ces petites mains… Je ne lui donnais pas son bain. Je disais à Matthieu : « Vas-y, toi. Moi je vais le faire tomber… » J’avais peur de le tuer, j’avais peur de tout.

Je l’aimais, probablement, mais ça ne me passionnait pas plus que ça. Je me disais : « Au moins, il n’est pas trop moche. »

 » Je fais une très grande différence entre le bébé et le petit garçon. Rien à voir entre ce que j’ai ressenti à sa naissance, où je me suis dit : « Mais qu’est-ce que c’est que ce machin ? » « 

 

Qu’est-ce que c’est que ce machin ? C’est exactement ce que j’ai pensé à l’instant où Numéro 1 a pointé le bout de son nez …

Le pauvre, je me suis rattrapée depuis mais à ce moment précis, j’ai eu juste le temps de leur dire « non ne le posez pas sur moi !  » Attends, l’était tout dégoulinant le mieuche, une vraie tronche demakake, faisait rien que hurler.

Et avec ses 4 kg, l’air de rien pour un premier (avec 15 jours d’avance siouplé), m’avait un peu explosée au passage, l’espace de quelques putain d’interminables minutes j’ai eu l’impression d’être une vieille chemise qu’on reprisait …

Bref, le regardant de loin se faire donner les premiers soins, j’étais autant rassurée de le savoir en bonne santé que de le voir bien éloigné de moi.

 

Je me souviens précisément avoir eu cette impression assez marquée que je n’arrivais pas à faire le lien entre ce que j’avais ressenti enceinte, le bébé qui bougeait en moi et ce bébé là, qu’on disait être mien mais que je ne connaissais pas.

Je le voyais clairement comme un étranger, un bébé qui arrivait de nulle part et qu’on m’avait posé là, à charge pour moi d’essayer de le garder en vie …

Et non je n’ai pas ressenti un amour irréfléchi pour lui, non je n’ai pas compris intuitivement ce dont il avait besoin, non je n’avais clairement pas la connaissance innée du comportement à adopter pour le satisfaire !

Mon Musclor national a tout de suite été plus à l’aise que moi en matière de bébé, c’est très souvent lui qui lui prenait le bain, s’occupait de son blurrrggppp oups j’ai vomi cordon, l’endormait sur son épaule.

 

Si les choses ont été différentes pour Numéro 2 où j’avais déjà quelques repères, le premier contact n’a pas été des plus chaleureux : je l’ai prise tout de suite contre moi, j’ai aimé sa chaleur et sa gluanteur, je l’ai mise au sein et tout et tout …

N’empêche que passé le premier émoi du  » ouf elle est sortie et a pas fait son Irène de service en emportant tout sur son passage « , je me suis mise à chialer et j’ai dit à Musclor entre deux sanglots : « elle est trop moche, on dirait une mémé « .

 

Et avec Numéro 3 les choses se sont définitivement confirmées : je n’ai pas l’instinct maternel etNondodieu quand c’est que je retourne au boulot !

 

Ma copine Mathilde elle dit aussi :

 » À partir du moment où il a commencé à parler, j’ai trouvé ça intéressant. Mais avant, franchement… « 

 » La maternité, ce n’est vraiment pas spontané. « 

Ben voilà, c’est exactement ça, bien sûr je les ai aimés mes bébés, je n’aurais probablement pas supporté qu’on leur fasse du mal.

Mais à l’extrême (ouais j’aime la provoc.) je dirais presque comme toute chose qui m’appartient et à laquelle je tiens …

 

L’instinct maternel n’existe pas chez moi, c’est mon amour maternel qui se construit doucement et grandit avec eux, un peu plus chaque jour ouais enfin pas tous tous les jours non plus…

 

Maman-mais-pas-seulement

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.