Retour sur… le stress de la mère au foyer [GUEST]

Cette semaine Mme Déjantée a demandé à Vincent Tiano, cadre à l’Inspection du travail, ancien cadre à la DARES et docteur en sociologie du travail, de revenir sur un article (19 août 2011 dans le quotidien La Croix), commenté au sein de la communauté des VI. Il propose d’envisager l’activité de mère au foyer sous l’angle du stress au travail. Voici la lecture qu’en fait notre invité…

Cet article du journal La Croix, quoiqu’un peu fouillis, a la vertu du témoignage. A ce titre il nous interpelle tout en nous donnant envie de disposer de données qualitatives ou quantitatives sur les différents types de mère de famille, leur manière de faire face à leur statut et l’impact sur leur santé physique et mentale.

Puisque, à bien des égards, l’auteur opère un parallèle avec le monde professionnel, poursuivons le.

Le syndrome d’épuisement professionnel a bien été mis à jour parmi la population des salariés, et tout particulièrement il y a près de 20 ans parmi les infirmières victimes du « burn out ». Depuis il a été montré que la totalité des catégories socioprofessionnelles y sont exposées et tout particulièrement les ouvriers et employés (voir les résultats des enquêtes SUMER et SIP menées par le ministère du travail et son service statistique, la DARES).

M. Karasek a construit un modèle (un questionnaire) qui évalue le stress professionnel ou le « job strain » qui a été validé par des études épidémiologiques permettant de dépasser la simple addition de « cas ». Le modèle de Karasek classe les populations étudiées en quatre types – les actifs et les passifs, les détendus et les tendus (exposés au « job strain ») – en fonction de la « demande psychologique » et de la « latitude décisionnelle » dont ils bénéficient dans leur activité. En simplifiant on dira charge de travail et marges de manœuvre, chacune de ces dimensions est caractérisée par un ensemble de questions). Les salariés « tendus » sont ceux soumis à une forte demande psychologique et bénéficiant d’une faible latitude décisionnelle. Toujours selon Karasek la présence ou l’absence de «  soutien social » atténue ou accentue le risque d’être « tendu ». Ce modèle a été complété par M.Siegrist qui a construit une autre modèle professionnel, lui aussi validé par des études épidémiologiques, fondé sur le couple « efforts » / « récompenses ». Selon cet auteur les réactions néfastes sur le plan émotionnel et physiologique correspondent à une combinaison entre des efforts élevés et des récompenses (ou reconnaissances) faibles.

Les lectrices (teurs) de l’article de La Croix retrouveront épars dans l’article, ou dans leur propre expérience, des items renvoyant aux différents facteurs de stress mises en avant par Karasek et Siegrist. Mais rappelons que, d’après les modèles cités et les études médicales qui les ont validés, la situation de « tension » pré disposant à des atteintes à la santé résulte de l’exposition à un ensemble de facteurs et non à quelque uns d’entre eux.

V. T.

Publicités

6 réflexions sur “Retour sur… le stress de la mère au foyer [GUEST]

  1. Merci pour cet article.
    En ce qui concerne le stress au travail, il me semble qu’il y a une autre composante à prendre en compte : à quoi sert ce qu’on fait, quel sens a notre travail.
    J’ai entendu récemment sur France Info le témoignage d’un ancien cadre d’une grande entreprise, qui avait le sentiment d’être « un hamster qui passait ses journées à tourner dans sa roue sans autre but, et de finir ses journées épuisé, pour rien ». Il a réussi à changer de vie, mais combien en ont l’énergie ?
    En ce qui concerne les femmes au foyer, on peut en effet être dans le cas de « demande psychologique » sans « latitude décisionnelle » face aux besoins des enfants, et cela sans « soutien social » puisqu’on se retrouve seule à y faire face, et parfois avec un entourage qui s’étonne qu’on n’ait rien fait d’autre de sa journée.

  2. Pour moi qui suis « mère au foyer », ce que je trouve difficile, c’est de dépendre des enfants dans le sens où je dois faire des activités pour eux, je dois suivre leurs rythmes, je dois arrêter ce que je suis en train s’ils ont besoin de moi, etc… Ce que dit un père de famille dans l’article de La Croix :
    « Le pire étant qu’aucun plan ne tient la route avec des enfants ! C’est très déstabilisant. »
    Le stress vient aussi de ce que l’on attend de soi-même : on voudrait que les enfants soient bien, que la maison soit propre et rangée, on voudrait préparer de bons repas, on voudrait faire des activités originales, on voudrait avoir un peu de temps pour soi, on voudrait se reposer un peu mais il faut apprendre à renoncer, à ne pas vouloir être parfaite. Pas facile.

  3. Un article très intéressant merci ! Quant au stress au travail… Quand je pense que les inspecteurs du travail n’ont pas le droit de mettre les pieds sur mon lieu de travail… Mon mari a des formations pour détecter les employés qui sont mal dans leur peau mais comment bien assumer cette fonction alors qu’il doit faire le boulot de deux personnes et qu’il doit surveiller le boulot de 150 autres… Il y a de grands progrès à faire, surtout au niveau des cadres managers dans les grandes entreprises. Certains s’effondrent quasiment du jour au lendemain.

  4. Pingback: Mère au foyer : un métier en voie de disparition ? | Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.