Semaine 6: Le débriefing de Mme Déjantée

Et voilà comment une idée un peu folle lancée au petit bonheur un soir sur la blogosphère

En arrive déjà à sa 6ème semaine de fonctionnement!!!

  Et ce n’est pas prêt de s’arrêter!!

La mise en route du blog collectif des Vendredis Intellos est une véritable réussite qui, par la centralisation, permet à chacune des contributions de gagner en visibilité tout en donnant une vue d’ensemble de ce rendez vous hebdomadaire désormais incontournable!!!

Cette semaine donc, Nous avons accueilli 23 contributions…Et 34 blogueurs sont désormais membres des Vendredis Intellos…

Vos partages sur les réseaux sociaux des contributions des unes et des autres (sur le mode une pour toutes, toutes pour une!!!) a encore une fois été un succès, 

Nécessaire pour stimuler le dialogue entre les contributions et le débat au sein de certaines!!!

Je vous encourage donc plus que jamais à poursuivre!!! 

Je lis souvent en commentaires des articles des V.I. le désir de certain-e-s  de nous rejoindre, finalement découragé par l’inquiétude de ne savoir par quel bout s’approprier ce format de publication…

Il me semble donc utile de rappeler que je suis disponible pour donner un coup de main à celles et ceux qui doutent pour trouver bibliographie et thématique!!!

Et que tous et toutes sont les bienvenu-e-s pour rejoindre l’aventure!!!

ça c’est dit…

Cette semaine donc, j’ai décidé de regrouper vos contributions autour de trois thèmes principaux, qui s’articuleront les uns avec les autres:  
  • L’épuisement maternel
  • La violence éducative
  • Prends soin de ton bébé

Allez, on attaque!!!

1- Le surmenage, burn-out parental ou syndrôme d’épuisement maternel…

Plusieurs termes, utilisés de plus en plus fréquemment, et qui font l’objet de plus en plus d’ouvrages, pour décrire une réalité longtemps niée, essentiellement au nom des normes et des préjugés … tel un prétendu innéisme (chez les femmes essentiellement) de techniques « efficace » de maternage duquel découle (entre autres choses) la négation pure et simple de l’activité de la mère au foyer… [Après tout, il serait peut être aussi « naturel » (et donc considéré comme une « non-activité » au sens qu’elle ne serait pas le fruit constant d’un acte volontaire) pour les femmes de porter un enfant dans leur ventre que de s’en occuper…??? Je n’ai pas besoin, je crois, de préciser que je ne partage pas un tel point de vue…]

Bref, un thème de plus en plus présent aussi sur les Vendredis Intellos (je vous renvoie, à ce titre, aux contributions de la semaine dernière de Lady and Baby et de Maman Sioux qui évoquaient déjà la question) que je trouve passionnant (si l’on excepte bien sûr le moment où on le vit!!) dans la mesure où finalement la majorité des sujets se rapportant à l’éducation des jeunes enfants (c’est mieux, non, comme terme à la place de « puériculture » que je trouve résolument trop potager!!??) peuvent, d’une manière ou d’une autre, s’articuler avec ce thème (qui s’agisse de trouver des solutions, d’en comprendre les origines ou d’en endiguer les éventuelles réponses inadéquates…).

Cette semaine, vous avez donc été quatre à nous évoquer ce thème sous des aspects bien différents…

Clem la Matriochka tout d’abord, revient pour nous sur un ouvrage récent mais déjà plébiscité, le fameux Mère épuisée de S. Allenou…. où cette maman de trois enfants dont des jumeaux décrit quel a été son quotidien et en quoi il l’a conduite à l’épuisement… Clem retrace pour nous quelques idées principales du livre, en partant du constat que dès la maternité, tout conduit les mères à s’oublier, à négliger leurs propres besoins dans une quête désespérée vers un destructeur idéal de perfection…A lire d’urgence!!

Dans un registre similaire, je vous recommande la contribution de Fleur des Champs qui, commentant un article paru dans La Croix, nous propose de relire l’activité de la mère au foyer sous l’angle de la sociologie du travail par le biais d’un indicateur, bien connu des travailleurs, celui du « stress » (tel qu’il est décrit par l’INRS)…Ce positionnement est, selon moi, une façon supplémentaire d’entériner le fait que le non-emploi des mères au foyer n’implique pas leur non-activité…

Passons ensuite à la contribution de French Girl In London qui, grâce à son expatriation chez nos amis anglais, nous fait découvrir leur bible à eux en matière de puériculture The contended little baby book de Gina Ford, indisponible en français et qu’elle a partiellement traduit pour nous!! Vous me direz… quel est le rapport avec le surmenage maternel??? Ben c’est simplement que cet ouvrage propose une méthode assez stupéfiante de lutte contre l’épuisement parental… qui consiste à décrire minute après minute ce que la mère doit faire… Si je dis « stupéfiant » c’est qu’en premier abord elle heurte mon esprit de mère « expérimentée » (avec de gros guillemets!!!) car, je le ressens comme une façon de nier le peu de confiance en elles qu’il reste aux jeunes mères pour s’en remettre toute entière à un manuel, de surcroît assez autoritaire et envahissant!! Mais en y réfléchissant, je crois comprendre l’une des choses qui peut attirer vers ce genre de méthode: la possibilité de ne pas culpabiliser!!! En gros: le livre dicte, j’applique, si ça ne marche pas, cela sera difficile mais sûrement moins que si je devais en plus m’imputer à moi-même la responsabilité de l’échec!!!

Ceci étant, j’ai le sentiment (indu??) que ces techniques, reposant sur une planification extrême des tâches ménagères, sont assez en vogue dans les pays anglos saxons (je pense à la méthode américaine FlyLady qui, personnellement, me fait un peu froid dans le dos…!!) et je serais ravie que d’autres contributions nous éclairent un peu plus encore sur le sujet!!

J’en arrive alors aux deux dernières contributions de ce thème, celle de Mme Faust, tout d’abord, qui répondant au billet de C-cilou paru la semaine dernière, traite également de la question de la culpabilité parentale…qui m’apparaît clairement comme un des ferments de l’épuisement parental: entre l’image fantasmée d’une mère parfaite et l’hypothèse implicite que si tout ne tourne pas rond c’est est que nous ne faisons pas « assez bien »… le lien entre culpabilité et épuisement semble plus que manifeste!!

Concluons ce premier thème avec la contribution de Princesse Prout Prout qui montre avec la lecture de l’ouvrage collectif Mères Indignes comment les revirements incessants des recommandations en matière de puériculture participent aussi de la constitution de la culpabilité maternelle (mais je viens juste de commencer L’Art d’accommoder les bébés… j’espère donc avoir très bientôt beaucoup plus de conversation sur le sujet!!!)

L’épuisement parental est donc (aujourd’hui!) le point de départ de ma réflexion… la colonne vertébrale d’articulation de mes thèmes… mais pourquoi donc???

Parce qu’à mon sens, là où il est question d’épuisement parental, il peut être question de violence éducative, dans la mesure où certains parents sont amenés à ressentir le besoin de se protéger de l’agression que représente alors les cris ou les demandes incessantes de leur enfant (vous verrez néanmoins que ce thème sera abordé dans un sens bien plus large que cette phrase pourrait le laisser supposer!!)

Parce qu’à mon sens, là où il est question d’épuisement parental, il est avant tout question de réinventer (restaurer?) la communication parent-bébé (ou parent-enfant) qui, si elle conduit à l’épuisement parental (ou pire, à des violences éducatives) ne peut être considérée comme satisfaisante…

2- Réflexions sur les formes de violence dans l’éducation

J’ai en fait regroupé sous ce billet des contributions extrêmement variées sur le thème de la violence…allant de la violence éducative parentale « qualifiée » à celle que nous croyons parfois imposer à nos enfants (et qui entérine ainsi notre culpabilité!!!) en passant par les violences éducatives que la société (l’école?) impose, peu ou prou, à nos enfants…

Sur la thématique de la violence éducative parentale, je vous envoie lire la contribution de La Mère Cane, qui nous présente l’inoubliable et profondément marquant roman autobiographique de H. Bazin Vipère au poing. On y voit (entre autres choses!) les dégâts de multiples formes de violences éducatives (mariage imposé, autorité aveugle, etc..)… Je ne peux que vous inciter à lire cette contribution et découvrir le roman (ainsi que le film, avec Alice Sapritch, dont la seule évocation me fait encore froid dans le dos!!)…

Dans un autre registre, où la violence (bien réelle) se veut néanmoins dérision, accueillons la contribution de Mum Addict qui a eu la gentillesse de s’attaquer à un sujet qui m’avait été suggéré par une lectrice lors du dernier débriefing…à savoir la récente et très médiatique (je vous remets ici le lien vers l’article du Monde) sortie du livre de « berceuses » de A. Mansbach, exutoire parental où il est question d’insulter ses enfants pour les faire dormir… Entre outrage à l’enfance et blague d’adultes frustrés, la mise en page apparemment enfantine attise la confusion… Le coup médiatique est certain… il n’en demeure pas moins qu’il a le mérite de montrer clairement les liens potentiels entre surmenage parental et « violence » (ici verbale!)..Mais je n’en dis pas plus, La tellectuelle nous prépare un nouvel article dessus pour la semaine prochaine!!!

Je poursuis ce thème avec la contribution de Sandy, qui s’interroge sur les conséquences de la violence que nous imposons parfois à nos enfants lorsqu’ils assistent à nos disputes de couple…Je vous laisse découvrir la référence bibliographique qu’elle présente et qui contribuera probablement à en tranquilliser un certain nombre (dont moi!!!)… Ceci étant, je pense que le thème plus vaste de « que faut-il montrer de la vie d’adulte aux enfants? » est particulièrement crucial et mériterait que d’autres contributions de Vendredis Intellos lui soient accordées… dans la mesure où il sous tend aussi des représentations sur « ce que doit être » l’enfance, comme tendue entre deux extrêmes: enfance protégée loin des bruits du monde des grands (telle qu’on envisageait par exemple l’école au début du XXème siècle avec par exemple des fenêtres suffisamment hautes pour ne pas voir dehors!!), ou enfance au sein de la société des adultes (comme le prône par exemple le Concept du continuum…)

Toujours sur le thème de la violence « au quotidien » (je n’aime pas ce terme qui impliquerait une forme de « normalité »… en même temps, nous ne vivons pas non plus au pays des Bisounours.. je le garde donc, à défaut de mieux…), notons la contribution de Mère ordinaire qui nous fait découvrir un ouvrage peu accessible au lecteur français puisqu’il n’est disponible qu’en langue espagnole…et qui traite de la question des limites éducatives…et notamment de leur nocivité. Thème qui, si je ne me trompe, a déjà été évoqué les semaines précédentes (une fois n’est pas coutume, je vous laisse explorer seuls les derniers débriefs et surtout surtout le Jardin de pensées des Vendredis Intellos!!!). Je vous renvoie néanmoins à un autre aspect de la contribution de cette semaine de Mme Faust qui traite également des limites éducatives et partage un avis différent sur le sujet…

Terminons ce thème par l’évocation des questions de violences sociétales imposées aux enfants… Sous des aspects différents, les trois contributions dont je vais vous parler parler d’une même chose: l’image de soi, l’image de l’autre et la façon dont la société (et l’école) contribue à leur construction chez nos enfants…

Tout d’abord, les contributions de La Tellectuelle et de Tayiam qui évoque pour nous de quelle façon la construction sociale de l’image de soi est étroitement liée à la question de la norme (réelle ou fantasmée!!) et est avant tout génératrice de cruelles discriminations…

La question de l’appartenance ethnique y est évoquée chez la première, et même si j’ai fais figurer dans mes commentaires mes doutes sur la rigueur scientifique du test présenté en vidéo, il n’en demeure pas moins que des études scientifiques montrant des résultats similaires existent (il a par exemple été prouvé que les étudiants afro-américains avaient tendance naturellement à s’auto-limiter dans un contexte universitaire plus que la moyenne des autres étudiants « blancs », ce résultat est également vrai avec un sous groupe de filles par rapport à un sous groupe de garçons… Pour ceux qui lisent l’anglais, je peux donner des références…)!!!

La question de la norme physique (au niveau de l’indice de masse corporelle notamment) est également présente dans ces deux contributions, avec leur lot de souffrance et d’aberrations… Notons que chez Tayiam, l’ouvrage évoqué, ouvertement destiné aux petites filles marque bien le lien entre la construction d’une image de soi et une forme « d’éducation à la norme »…

Si cela intéresse quelqu’un d’approfondir ce sujet avec notamment un questionnement sur la manière dont se construit chez le bébé une représentation de « ce qui semblable à moi / »ce qui est différent de moi » et du rôle que cette représentation joue dans son propre développement (sur le plan de l’empathie notamment)…Je peux vous envoyer un extrait de Gopnik qui en parle d’une façon saisissante (il va sans dire qu’il s’agit d’une explication du fonctionnement du bébé, non d’une justification des discriminations des adultes!!!)…

Concluons ce thème et ce sous thème par la contribution de Top-produit-bébé qui nous parle cette fois d’avantage d' »image de groupe » en évoquant la culpabilité qui se transmet de génération en génération suite à de grands drames sociétaux (tels que la Shoah ou la colonisation)…Je ne prendrais pas ici parti sur la question de la forme que doit prendre l’enseignement de ces moments tragiques de l’histoire de nos pays car je déplore la stérilité de la repentance intergénérationnelle autant que je respecte le devoir de mémoire… Sur le plan de la recherche didactique, je sais seulement avoir vu (où??? je ne sais plus!!!) passer un article de recherche portant sur l’enseignement de la Shoah aux enfants qui montrait l’intérêt qu’il y avait (du point de vue du devoir de mémoire) de proposer aux enfants de s’identifier à des survivants, montrant par là que la repentance n’est pas la seule voie vers la mémoire et l’empathie…

3- Le bébé: un être étrange??

Je reviens par là sur l’une des hypothèses que je faisais au début de ce débriefing quant à la survenue de l’épuisement parental… à savoir la difficulté pour le parent de « communiquer » avec un nourrisson encore privé de parole, de mouvements autonomes, à la perception et au ressenti totalement différents du nôtre…qui contraint le parent à adopter une éprouvante et parfois interminable succession d’essai-erreur qui peuvent (entre autres choses) le conduire à l’épuisement…

Si je veux parler de l’étrangeté du bébé, ça n’est pas pour rien…

Il est tout de même saisissant de penser qu’il y a encore 25 ans de cela, les nouveaux-nés étaient opérés sans analgésie (je tiens cela de ma sage-femme qui l’a vu pratiqué de ses propres yeux!!!) car ils étaient réputés ne pas ressentir la douleur (de tels préjugés ont d’ailleurs encore cours sur les animaux…)!!

Il est tout de même saisissant qu’aujourd’hui encore, peu de spécialistes arrivent à s’accorder sur la signification exacte des pleurs de bébé!!!

Pour nous, tout se passe comme si le bébé n’était en rien humain…ce qui rend compte en réalité du fait « le bébé n’est en rien adulte »!!!

Deux contributions cette semaine évoquent pour nous l’étrangeté du bébé…

Ally02 tout d’abord, revient sur la question de la prise en charge de la douleur chez le tout jeune enfant… Ce thème mériterait à mon sens de nombreux approfondissements (notamment à propos de la réduction de la douleur chez les nouveaux nés lors des soins périnataux par la mise au sein) et j’espère qu’il fera l’objet d’autres contributions dans les semaines à venir!!!

Chocophile également, qui m’a fait le grand plaisir d’évoquer, sur la base d’un article paru dans Sciences et Vie, les théories d’A. Gopnik sur les spécificités de la perception du monde par le bébé. Je ne vous en dis pas plus mais vous laisse découvrir!!!

Ainsi, pour nombre d’entre nous, l’étrangeté de nos affreux, lors des premiers mois de leur vie ne fait aucun doute… Alors que faisons-nous??? Nous lisons parfois, nous cherchons et expérimentons des solutions constamment…C’est ce dont parlent les contributions de ce thème…

Home Sweet Môme, nous fait par exemple découvrir, les bienfaits des massages de bébé comme une façon d’être à l’écoute de ses plaisirs et déplaisirs corporels… Un véritable éloge à la communication non-verbale en somme…De plus, l’une des références citées, évoquant la pratique en Inde du massage du nourrisson me semble une manière vraiment intéressante d’en apprendre plus sur les différentes façons d’envisager le maternage…

Dans un registre similaire, Maman Sioux nous fait découvrir les bienfaits (vraiment stupéfiants!) du portage à l’africaine sur le développement psycho-moteur des bébés…Une référence de plus à méditer sur le paradoxe apparent que représente la pratique d’un contact permanent entre la mère et l’enfant d’un côté et la précocité développementale des bébés de l’autre…

Concluons sur la question du maternage avec la contribution de Kiki the Mum qui revient pour nous sur les bienfaits sur le plan de la santé mais aussi sur le plan psycho-affectif de l’allaitement…à plus ou moins long terme… Outre le fait que j’aimerais avoir le temps d’approfondir ces points de manière plus scientifique (en retrouvant les articles originaux par exemple) et le fait que je me méfie de la partialité de la LLL (qui par ailleurs, m’a souvent sauvé la mise durant de mes maintenant 5 ans d’allaitement cumulés!!!), je pense qu’il est sage (mon paragraphe sur la culpabilité maternelle doit vous en avoir convaincu!!) d’adopter un point de vue mesuré sur ces bienfaits en pensant à toutes les mamans qui, pour une raison ou pour une autre, n’ont pas voulu ou pas pu…Par contre, s’il est question d’envoyer bouler un pédiatre mal informé sur la pertinence des compléments de LA, un généraliste qui croit qu’on ne peut prendre aucun médicament quand on allaite, ou une belle mère qui nous regarde de travers parce qu’à 18 mois, il tète encore… alors là PAS DE PITIÉ!!!! ;)

Je glisse ici la contribution de Mama Geek qui sans parler de soins aux touts petits, nous cause tout de même de ces mille et une petite choses qui font au jour le jour notre quête de parent pour embellir la vie de nos enfants… et aujourd’hui, il est question de leur raconter de belles histoires pour faire de beaux rêves…

Toujours dans le même thème, évoquons les choix que nous parents essayons de faire au mieux pour nos enfants, en scrutant encore et encore ce que, sans trop de mots, ils essaient de nous dire…

Dans ce cadre, Marie 3 en 2 s’interroge sur l’intérêt de la consultation ostéopathique chez le nouveau-né…Maman Poussinou se demande quant à elle, quel peut être l’âge idéal d’entrée à la maternelle dans notre contexte français d’inexistence de véritables jardins d’enfants…Mais je reviendrai sur ces deux contributions dans ma conclusion…

Parce que nos questionnements, nos errements, nos remise en cause de parents, ne nous servent pas qu’à survivre au présent mais aussi à préparer l’avenir, j’ai eu le grand plaisir cette semaine d’accueillir deux contributions qui, d’une façon ou d’une autre, projettent nos préoccupations actuelles dans l’avenir…

C-cilou, tout d’abord, nous propose une réflexion sur la question de la séparation parent/enfant…à l’âge où il devient d’actualité pour le jeune adulte de prendre son envol…Une manière de projeter quelques années après  des considérations telles que nous l’avons vu les semaines dernières avec les contributions sur Rufo (une fois encore, je vous invite à aller explorer notre jardin d’idées pour retrouver tous les liens…). La projection dans l’avenir n’est d’ailleurs pas qu’une vue de l’esprit quand on pense que Gopnik (encore une fois, l’extrait pour qui veut!!) nous montre que l’on retrouve les mêmes comportements dans le hall d’aéroports que dans les antichambres des crèches…

Madame Frimousse, ensuite, nous parle du devenir à l’âge adulte d’une fratrie… ce qui me fait immanquablement penser au bouquin de Faber & Mazlish Jalousies et rivalités entre frères et soeurs dans lequel, elle nous explique qu’il faut leur permettre de se détester pour qu’un jour ils puissent s’aimer… J’aurais aimé développer ce point de vue non trivial un peu plus longuement mais j’attendrais d’avoir la référence sous la main pour vous en reparler!!! Ou si quelqu’un veut s’en charger???

Achevons ce thème avec la contribution de Miss Brownie … car qu’est-il de plus mystérieux que de comprendre un bébé à part comprendre le désir qui nous pousse à en vouloir??? Je vous laisse découvrir sa contribution… qui me donnerait bien envie de rempiler pour un cinquième là tout de suite maintenant!!!

Je concluerais ces 6ème Vendredis Intellos avec la contribution de Madame Zaza Of Mars qui, je dois l’avouer, m’a donné un peu de fil à retordre… Elle y évoque et y analyse la vision outrageusement passéiste et réductrice de l’image de la mère dans le programme politique du Front National. Si je dis qu’il m’a donné du fil à retordre c’est qu’il m’a fallu m’interroger, surtout dans ce contexte de début de campagne présidentielle, sur la place du débat politique dans les Vendredis Intellos..

Après mûre réflexion, j’ai décidé de vous demander de rester neutre sur la question des partis politiques… je m’explique: selon moi la « politique » (au sens étymologique de « concerne le citoyen ») appartient à tout le monde, et n’est sûrement pas l’apanage des partis.. en ce sens, les idées « politiques » sont les bienvenues pour être discutées et débattues lors de nos rendez vous hebdomadaires…

Les « partis » politiques sont autre chose… deux raisons principales m’impose de vous demander cette relative « neutralité »: d’abord, je sais de quelle façon certains de ces partis sont capables de dégrader en temps de campagne les sites et blogs qui ne leur sont pas favorables, et ensuite, j’ai rêvé de ces Vendredis Intellos comme d’un espace de tolérance où des gens différents et pas forcément d’accord entre eux pourraient par la connaissance et la discussion trouver un moyen d’entrer en communication… je ne renoncerais pas à cet idéal.. Néanmoins, je veux bien discuter avec vous de cette décision dont j’aimerais vous avoir convaincues du bien fondé…

Bon ben maintenant, il ne reste plus qu’à vous parler…

De la très attendue surprise!!!!

En fait de surprise, je voulais vous tenir au courant du prochain développement que je suis en train de mettre en place pour nos Vendredis Intellos…

Face aux limites de nos connaissances respectives, souvent touchées du doigt lors de vos contributions, j’ai eu envie de faire appel à des « experts » pour nous éclairer (un peu comme la fois où j’ai demandé à Mr Déjanté de participer).

Le but ne serait pas pour eux d’apporter des connaissances en bloc (ça non, c’est ce qu’ils font très bien ailleurs!!!) mais de rebondir sur vos contributions en les éclairant de quelques questions et potentiels approfondissements..

Il est impératif pour moi que le point de départ reste en tout état de cause vos contribution…Et ces contributions-réponses d’expert prendraient par exemple la forme de billets « Guest » sur le blog collectif…

Dans ce cadre, j’ai pris contact avec l’équipe de Café des Sciences (par l’intermédiaire de Mr Déjanté qui en est membre) pour voir si certains blogueurs sciences/médecine seraient intéressés… A ce jour, j’ai au moins une réponse positive (qui serait enthousiaste à prendre en charge les questions d’allaitement et éventuellement de pédiatrie) et j’en attends d’autres dans les jours à venir..

Dans la même idée, j’ai sollicité une connaissance, cadre de l’inspection du travail et docteur en sociologie du travail qui a accepté de commenter pour nous la thématique du syndrome d’épuisement maternel dans l’angle de la sociologie du travail et sur la base de vos contributions.

Enfin, j’ai (presque) convaincu mon frère, agrégé de philosophie de nous faire une contribution Guest sur le thème de l’opposition nature-culture (dans ce cas, il s’agirait d’avantage de réagir à un débrief mais on ne va pas tatillonner!!!)

Si vous connaissez des blogueurs (ou non!) intéressés par pondre ce genre d’interventions, merci de bien vouloir leur transmettre mon mail!!!

Voilà pour cette semaine!!! Encore bravo à toutes et à vendredi prochain!!!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.