Semaine 5: Le Débriefing de Mme Déjantée

Allez, c’est parti pour la 5ème semaine des Vendredis Intellos!!!

Bilan : 20 contributions 

Un essai de recensement des contributions sur la Page facebook de la famille Déjantée en demi teinte…

(En gros, c’était bien mais pas encore top!)

Un superbe effort de relais de la part de toutes les participantes qui, en plus de nous permettre de découvrir tous les billets, a cette semaine encore, fait pâlir d’envie toute la blogosphère!!!

(A poursuivre donc!)

Cette semaine, les contributions ont été très variées, ont traité de sujet très divers…

Il ne m’a donc pas semblé judicieux de les restreindre dans trop peu de thèmes…

Cette semaine, nous distinguerons donc un grand thème portant sur le respect (respect de l’enfant, mais aussi respect des parents…!); s’ensuivra un thème prolongeant notre réflexion autour de l’articulation nature/culture intitulé Etre parents dans la société, puis j’inaugurerais un thème portant (pompeusement, je l’avoue…) sur les « stars de la psychologie de l’enfant » et dont le but sera de discuter d’ouvrages de personnalités connues et reconnues sur la scène médiatique, enfin nous terminerons par quelques réflexions sur les vacances..

1- Respecter son enfant et se respecter

Cela fait maintenant plusieurs semaines que nous parlons de communication non-violente (ou épanouie), que nous relayons et citons des auteurs qui appellent à la reconnaissance de l’enfant comme une personne à part entière et non comme une simple ébauche d’adulte, que nous cherchons par là à adopter (autant que faire ce peut) un point de vue compréhensif, de reconnaître le droit de nos enfants à avoir des émotions, de la colère, de la frustration, des déceptions…

Ce que nous espérons à travers cela, c’est que nos enfants, une fois devenus adultes, soient à l’aise avec leurs émotions, qu’ils assument leur droit à les ressentir, sans honte et surtout sans crainte de se voir apposer une étiquette…Ce que nous espérons à travers cela, c’est que nos enfants deviennent des adultes attentifs et respectueux envers leur entourage mais aussi peut être un jour, envers leurs futurs enfants…

Mais nous alors??? Quel exemple leur montrons nous???

Au cours de ces lectures, nous avons cherché, nous avons accepté de nous questionner, nous avons déployé des trésors d’empathie pour imaginer quel pouvait être le ressenti de nos enfants aux prises avec les rayonnages chamarrés des supermarchés, quel pouvait-il être lorsque nous interrompions leurs jeux pour un si insignifiant prétexte de leur donner leur bain ou pire les mettre au lit…

Pourtant, nous sommes des êtres humains: pour vivre,  nous avons besoin de dormir quelques heures chaque nuit, nous avons besoin d’ingurgiter avec plaisir (c’est mieux!) quelques centaines (milliers..) de calories, nous avons besoin de nous laver, de nous habiller, nous avons besoin de contacts humain, nous avons besoin de solitude aussi, nous avons besoin que l’on respecte notre droit à ressentir de la colère, de la contrariété, de l’exaspération, de la frustration… En tout cela en fait, nous ne sommes guère différents de nos enfants…

Oui mais alors… que faire???

Trois contributions ont porté cette semaine sur ce thème bien d’actualité (c’est bien connu, les vacances c’est LE piège à parents!!! Vous verriez la tête de Mr Déjanté, il a hâte que l’année reprenne!!!)

Tout d’abord, Lady and Baby, pour sa première contribution, nous parle de l’ouvrage Mère Epuisée de S.Allenou et décrit pour nous le syndrôme d’épuisement parental…Elle y décrit au travers de ces citations, les exigences constamment plus élevées qu’une mère se fixe dans le but de « faire face » et qui conduit, d’abnégations en privations à se perdre finalement soi-même…

Ensuite, saluons la contribution de Maman Sioux elle aussi décrit les difficultés des mères à concilier leurs besoins et ceux de leurs enfants… à gérer les frustrations, à les anticiper pour les minimiser, autant que faire ce peu…

Ce qui nous amène à la contribution de C-Cilou, très riche et très documentée (et donc, que je n’exploiterais que très partiellement dans ce débriefing…) sur le thème de la culpabilité maternelle… car finalement, c’est bien de cela qu’il s’agit!!!?? Nous verrions la satisfaction de nos besoins et de ceux de nos enfants comme des espèces de vases communicants où tout ce qui est donné à l’un est forcément amputé à l’autre…??

Je vous avoue très clairement ne pas avoir réellement de réponses à cette vaste question… d’abord parce que cela ne fait pas si longtemps que Mr Déjanté et moi avons été confrontés à cette forme de burn-out parental…et ensuite parce que, étant toujours loin de mon Home sweet Home, je ne peux pas vous mettre un extrait du chapitre de Faber & Mazlish où, je suis pourtant CERTAINE, qu’elles ont traité de la conciliation entre respect des enfants et respect des parents…(Oui, chez moi, PENSER que la réponse existe à portée de main m’empêche de la trouver…).

Par ailleurs, ma lecture du moment, le concept du continuum, ne m’éclaire guère à ce sujet, dans la mesure où les mères indiennes décrites semblent satisfaire les besoins intenses de leurs tous jeunes enfants dans une abnégation miraculeusement indolore… l’hypothèse de l’auteur semblerait être que la satisfaction correcte des besoins chez le tout petit enfant produirait des adultes aux besoins bien moindres…bref, raté pour nous quoi..!

Enfin, peut être que notre problème se situe dans l’interprétation du terme « reconnaître les émotions de l’enfant »… à savoir reconnaître n’est pas remédier: si mon anté-pré-ado hurle de rage parce qu’il a égaré le billet de 5 euros que ses grands parents lui ont offert, je peux reconnaître son droit à ressentir de la colère, de la rage et de la frustration, je peux comprendre le fondement de toutes ces émotions…mais cette compréhension, aussi bienveillante soit-elle, doit-elle me conduire pour autant à y remédier en lui donnant un nouveau billet?? Je ne crois pas que la réponse soit là…. Tout ça pour dire que je pense que cette question est cruciale car l’obtention d’une réponse ou d’un début de commencement de réponse est l’une des derniers éléments nécessaires à l’établissement d’une réelle communication non-violente…A creuser donc dans les prochains Vendredis Intellos…

Retour sur un aspect plus classique (dans nos Vendredis Intellos) mais non moins capital: le respect de l’enfant…

Cette semaine pour l’illustrer, accueillons tout d’abord la contribution de Home Sweet Mome qui nous parle de la frustration des enfants entre un et deux ans à ne pas encore disposer de mots pour s’exprimer et des quelques moyens que nous, parents, disposons pour les aider…Je ne peux que vous encourager à découvrir les fameux « bébés signeurs » et à donner vos avis et peut être vos expériences aussi??? Côté Vendredis Intellos, je me dis qu’il serait vraiment intéressant que l’une (ou l’un!!!) d’entre vous nous parle de la naissance du langage chez l’enfant et notamment du lien pensée-langage (voir Chomsky pour la biblio)… dans un registre plus drôle (quoique..) je m’étonne que nous n’ayons pas encore de contributions (drôles ou/et sérieuses!!) sur les fameux « Terrible Two »… qui qui prend???!!

Pour continuer, deux contributions nous parlent de la manière si particulière que les enfants ont de percevoir le monde qui les entoure…et qui vont me donner l’occasion (sur laquelle je saute bien entendu!!) de ressortir mon Gopnik!!!

Clem La Matriochka tout d’abord, nous parle de ce penseur magnifique et bien trop peu connu (pour vous dire, j’en ai causé hier soir à mon frère agrégé de philo qui ne connaissait pas, la loose!!!) qu’est J. Korczak . L’extrait qu’elle nous fait partager est un véritable plaidoyer pour l’enfance, pour la reconnaissance de l’enfant comme un être à part entière… Personnellement, je connaissais depuis belle lurette le slogan « l’enfant est une personne » mais je ne l’ai vraiment compris que le jour où on m’a expliqué en quoi on pouvait parler de « maturité de l’enfance »… Prenons un foetus… jamais il nous viendrait à l’idée de l’envisager comme un enfant inachevé, en ce sens où jamais par exemple nous n’évaluerions ses capacités motrices ou interactionnelles en tant que telles… pour nous entre le foetus et le nouveau né, il y a un saut conceptuel qui s’appelle la naissance… c’est ainsi que nous considérions qu’un foetus puisse être « à terme », définissant ainsi la « maturité du foetus »… Imaginons à présent qu’entre l’enfance et l’âge adulte, il existe ce même fossé (les structures neuronales, hormonales, physiques et émotionnelles sont si différentes que beaucoup n’hésitent pas à l’affirmer!!), alors il devrait nous sembler tout aussi absurde d’évaluer l’enfant en comparaison de l’adulte, de nier qu’il puisse exister un « maturité de l’enfance » et enfin de nier le bouleversement que peut dès lors représenter le passage à l’âge adulte…

Finissons ce thème avec Kiki the Mum qui nous livre sa lecture de I. Filliozat en se demandant: « qu’est-ce que ça fait d’avoir 20 mois d’âge mental?? » Là, je n’y tiens plus… il faut vraiment trop que je vous parle de Gopnik!! En fait, c’est simplement que cette réflexion ainsi que celles qui l’accompagne (sur le pourquoi du comment des bêtises ou des caprices notamment) me fait penser à ce que dit Gopnik sur la conscience qu’on les enfants du monde extérieur.. Pour elle, le bébé a une conscience-lanterne là où nous aurions une conscience-projecteur.. en clair: Nous, adultes, serions capables de focaliser notre conscience du monde sur un élément bien particulier (ce qui nous permet notamment de nous concentrer suffisamment pour assurer la gestion des problèmes concrets du quotidien!!) là où les bébés aurait la capacité de percevoir une quantité énorme d’éléments sans jamais se focaliser sur aucun (ce qui leur permet d’apprendre, et vite!)… Pour elle, les bébés regarderaient le monde comme lorsque nous voyageons loin de chez nous et où nous percevons chaque odeur, chaque bruit, chaque détail…Je précise que je peux bien entendu passer l’extrait de ce que je viens de résumer à qui est intéressé!!

2- Etre parent dans la société

Je prolonge par là le thème colossal entamé la semaine dernière et intitulé Nature VS Culture… J’ai deux bonnes nouvelles et une mauvaise… je commence par la première bonne nouvelle:

Comme je disais un peu plus haut, j’ai pu causer hier soir avec mon frère agrégé de philo… parce que je dois vous avouer que je commençais à m’emmêler sérieusement les pinceaux avec ce thème super-énorme…

La mauvaise c’est que apparemment personne n’a pondu une dissert’ en trois parties sur la question (dommage, j’aime quand on me simplifie la tâche…)

La bonne c’est que pour ce qui touche aux rapports entre la technique (médicale notamment) et la « nature » de l’homme (qui avait été un des sous thèmes de la semaine dernière), Michel Foucault (grand philosophe du XXème siècle) devrait pouvoir venir à notre rescousse (je n’en dit pas plus, car je n’en SAIS pas plus mais compte bien harceler mon frangin pour qu’il bosse un peu pour nous!!!)…

Bref, revenons aux contributions de la semaine!!! Je disais donc, une grande diversité de contributions que l’on peut toutes d’une manière ou d’une autre considérer sous l’angle des rapports entre parentalité et société…Je vous les livre sans les organiser plus que nécessaire, car, une fois n’est pas coutume, j’ai dans l’idée que l’éclectisme pourrait bien inspirer de nouvelles contributions…

Trois d’entre vous ont décidé d’aborder la question du désir d’enfant…

Top produits bébé nous livre ses réflexions sur l’origine du désir d’enfant, tel qu’il prend forme pour chaque personne, chaque couple…Ses réflexions enrichies de son témoignage font écho au questionnement sur lequel j’avais conclu le dernier débriefing… à savoir le lien entre les enfants et le sens de la vie…

Marie 3 en 2 évoque de son côté le cas assez particulier de ces parents qui désirent à tout prix donner naissance à des jumeaux…Entre fantasmes sur l’enfant à naître, préjugés sur l’aide médicale à la procréation, on comprend mal comment ce qui pourrait être un simple souhait à peine formulé (« Puisse mon enfant avoir les cheveux noirs comme l’ébène, la peau blanche comme la neige et les lèvres rouges comme le sang… ») en vient à faire mentir certains parents sur leur fécondité… mais je suppose qu’il s’agit de cas extrêmes…

Ceci nous mène tout naturellement à la contribution de Chocophile qui nous présente un bien joli bouquin écrit par R.Frydman Lettre à une mère … Vous savez, R. Frydman, l’ange gabriel du premier bébé éprouvette français, vous savez, R. Frydman, un GYNÉCO…Bon, je vous dis ça, parce que moi, personnellement, je ne serais JAMAIS spontanément aller acheter un bouquin écrit par un gynéco (j’ai pas encore complètement fini de leur faire la gueule…) mais là, je ne sais pas si c’est parce que ce n’est pas un gynéco comme les autres, mais son bouquin, j’ai vraiment bien envie de me le commander…Il y parle du désir d’enfant… du désir de ceux qui en font aussi facilement qu’une pâte à crêpes mais aussi de ceux qui portent leur désir pendant des années, et ceux-là, il les connaît bien…!!

Dans un autre domaine, mais toujours en lien avec la maternité, découvrons la contribution de Madame Zaza of Mars qui nous fait appréhender le point de femmes qui se sont senties exploitées dans leur corps, voire se sont dégoûtées d’elle même, au travers de l’allaitement… Une nouvelle manière de rappeler à quel point l’allaitement est un sujet qui nous place au carrefour de la femme « naturelle » appartenant à la grande famille des mammifères, et de la femme « culturelle » (intégrée dans une société, une famille, une activité professionnelle, chacun ayant ses codes, ses règles, ses exigences…)…

Quittons le domaine des règles et codes implicites pour gagner celui des lois avec la contribution de Maman Poussinou sur l’évolution possible des règles du congé parental…Le nouveau congé parental devrait aller vers  la reconnaissance d’une place plus importante pour le père tout en s’accompagnant d’une suppression du congé de 3 ans pour aller vers un unique congé d’un an…N’étant pas juriste, ni vraiment calée en matière de politique familiale et budgétaire, je ne peux que réagir en tant que maman à ces propositions… et je dois dire qu’il me paraît toujours aussi invraisemblable qu’on choisisse de valoriser l’emploi des mères en contraignant les femmes à s’arrêter moins longtemps (personnellement, je ne sais pas comment j’aurais fait s’il m’avait fallu reprendre aux 1 an du Gros-Plein-de-Lait…) plutôt qu’en faisant un gros effort (en matière de soutien financier, ou de propositions de formation…) pour les ré-accompagner vers l’emploi une fois le congé terminé…

Terminons (pour aujourd’hui!) ce thème avec la contribution de Tournicoti-tournicoton qui nous raconte avec passion les origines de l’homéopathie…et qui me donne grand soif de rappeler à l’aide Mr Déjanté pour qu’il nous fasse une petite revue de la littérature pour nous dire ce que le vaste monde de la science a pu pondre sur les bénéfices de cette médecine où, si l’efficacité des remèdes peut certes faire débat, il n’en est rien de la consultation homéopathique où l’intérêt de la prise en compte de la dimension systémique et le respect du patient me semblent incontestables…

3- Les « stars » de la psychologie de l’enfant

N’y voyez là rien de cynique!!! Le but de cette nouvelle rubrique est toujours simplement de pouvoir regrouper les contributions qui ont trait à des ouvrages ou des personnalités qui, pour diverses raisons, ont acquis une popularité (ou au contraire, ont attiré les critiques) plus que notable…Beaucoup de contributions pourraient être rangées dans cette catégorie qui doit être à mon sens remplie avec parcimonie…

Cette semaine vous avez été deux à nous parler de Rufo. Sandy tout d’abord, nous présente un extrait portant sur le couple attachement/séparation….

Deuxième contribution sur Rufo avec Mum Addict…qui adopte, pour l’occasion du moins, un point de vue plus critique sur un autre ouvrage de l’auteur qui, selon elle, aurait ni plus ni moins l’allure d’un mode d’emploi du bébé standard, avec normalisation à la pelle et maladresse subséquentes…Je vous laisse découvrir l’objet du délit…[D’ailleurs, il paraîtrait que M.R. aurait tenu des propos tendancieux sur l’allaitement, relayé par la LLL avant d’être reformulés sur un mode d’avantage maternellement correct… mais chuuuttt il y en a une qui prépare sa contribution de la semaine prochaine là dessus!!!]

Terminons cette rubrique avec la contribution de Lucky Sophie qui nous fait partager sa lecture du célébrissime Dodson Tout se joue avant 6 ans… Pour seul commentaire, j’insisterais à nouveau sur la méprise classique causée par la mauvaise traduction du titre dans sa version française (le titre en anglais étant How to parent)... Sinon, pour un petit point rapide sur la question « oui ou non, tout se joue-t-il avant 6 ans??? » vous pouvez toujours aller 

4- Les vacances en famille

Quatrième et dernier thème… j’en profite car bientôt, il ne sera plus d’actualité… LES VACANCES!!!!

Sur ce thème, accueillons cette semaine une nouvelle contribution sur les devoirs de vacances grâce à La Tellectuelle…Je rappelle en passant la contribution de Phypa de la semaine précédentes sur ce thème. Et ben La Tellectuelle, je peux vous dire qu’elle nous en a trouvé de sacrément tordus de cahiers de vacances…mais je n’en dis pas plus et vous laisse découvrir..

Mais les vacances c’est aussi….le temps des ventrées de télé, des matinées entières, à glandouiller en pyjama, non?? C’est pour ça que la contribution de Geek Mama va, j’en suis sûre, vous intéresser… dans la mesure où celle-ci s’intéresse à l’impact de la télévision sur nos affreux…J’ai réalisé en la lisant que ce thème mériterait bien quelques autres contributions, notamment en l’élargissant au domaine des jeux vidéos mais aussi à la question de la gestion des évènements d’actualité (parfois marquants, voire choquants) avec nos affreux…

Les vacances c’est aussi….le temps de la détente et de la relaxation…et cette semaine, c’est Miss Brownie qui nous en parle…. en nous faisant découvrir un splendide livre de contes… sans image (car il est à écouter les yeux fermés)!!!… mais qui nous donnent à nous, parents, l’envie de redevenir un tout petit enfant rien que pour le plaisir d’écouter des histoires… Au delà du conte, ce livre permet la pratique d’une forme de relaxation, l’occasion de lutter contre angoisse et stress du quotidien (un livre donc à utiliser pendant les vacances mais aussi et surtout pendant l’année!!!)

Concluons ce thème (et ces Vendredis Intellos!) par la contribution de Aubergine Divine qui, parce que vacances rime aussi avec plage, nous a concocté un petit test de parent à faire les deux pieds dans l’eau…

Et ben voilà!!!

Ainsi s’achèvent les 5ème Vendredis Intellos!!!

Bravo encore à toutes pour vos contributions!!!

Vendredi prochain, début officiel du fonctionnement du blog collectif des Vendredis Intellos…. pensez bien à vous inscrire!!! 

Bon pis sinon, j’ai encore plein d’idées pour conquérir le monde mais là tout de suite, je crois que je vais aller dormir….

Laisser un commentaire