Il existe moult guides de grossesse, difficile de s’y retrouver… Sauf quand le guide a une orientation spécifique, ce que je trouve très intéressant personnellement. C’est le cas avec le Guide de grossesse de Maman travaille de Marlène Schiappa, offert par les Editions Leduc (Quotidien Malin), qui s’adresse, comme son nom l’indique aux futures mères qui travaillent.

Le Guide de grossesse de maman travaille_c1

Tout d’abord, je dois dire qu’il est agréable à lire et que son petit format est pratique. L’idée est de pouvoir le garder dans son sac pour suivre facilement l’avancée de sa grossesse et cocher les choses à faire, ce qui permet à la lectrice de s’approprier le livre, concept que je trouve très bien pensé.

C’est tout l’intérêt également de l’organisation en agenda : chaque semaine, on apprend ce qui se passe en gros sur la grossesse (ce n’est pas le but de l’ouvrage, cette partie est donc succincte) mais surtout ce qu’il y a à faire et comment vivre au mieux cette période au travail.

Le Guide de grossesse de Maman travaille suit votre grossesse semaine par semaine en tenant compte de votre agenda surbooké et de vos contraintes de femme active. (…) Tous les sujets qui intéressent le femmes enceintes et actives sont abordés ici, sans tabou, pour vous permettre de bien vivre votre arrivée dans la vie de mère sans lâcher votre vie professionnelle – et pourquoi pas, même, en y progressant !

 

Malgré ce format de poche, de nombreux sujets sont abordés, des plus agréables (faire une pause yoga) aux plus douloureux (fausse-couche) et je n’ai pourtant pas eu l’impression qu’ils étaient survolés parce que l’auteur va directement à l’essentiel. Pour la plupart des sujets, il y a d’abord une partie théorique puis des conseils facilement applicables au travail.

Voici un exemple au sujet de la listériose :

listeriose-Guidemamantravaille

L’intérêt de cet ouvrage est donc d’aborder les sujets qui intéressent toutes les femmes enceintes en ajoutant ceux spécifiques à la vie active. Voici quelques sujets (liste non exhaustive !) qui me semblent particulièrement intéressants et utiles :

– quelques trucs pratiques pour lutter contre les nausées (p.22-23)

– les façons d’annoncer sa grossesse à son manager (p. 67) avec quelques formulations humoristiques qui m’ont beaucoup plu.

– comment obtenir la carte de priorité (p. 96). Personnellement, je ne connaissais pas mais je suis tentée !

– tous les droits de la femme enceinte (p. 107). A rappeler, rappeler et encore rappeler !

– comment mieux vivre le retour à la maison et éviter le contrecoup (p.211).

 

En revanche, certains sujets m’ont paru superflus (mais c’est subjectif bien entendu) tels que la façon de s’habiller pour l’accouchement (p. 192) ou encore la shopping-list d’une future maman active (p. 61). Oui, vous le voyez, je ne suis pas très portée « shopping » mais il me semble que ça prend un peu trop de place dans l’ouvrage comme si les femmes enceintes étaient en général mal habillées et ne prenaient plus soin de leur apparence. Mais c’est un détail, ça n’enlève rien à l’intérêt du livre.

 

Je me permets de faire une petite mise en garde pour les angoissées (comme moi…), le format agenda oblige à donner des informations à certaines dates et pas à d’autres, ce qui engendre deux problèmes : soit l’information arrive trop tard, soit elle arrive trop tôt. Le premier cas n’est pas très gênant, il suffit pour cela de parcourir le sommaire et d’aller lire des parties plus loin, selon ses besoins. Dans le deuxième cas, c’est plus embêtant. J’ai lu, par exemple, pour la semaine 13 (soit 15 SA) :

[Bébé] agit et réagit , vous le sentez bouger et donner des coups particulièrement quand vous voulez vous reposer.

Pour ma part, je l’ai senti un mois plus tard (et pourtant c’est mon troisième) et j’avoue que j’ai stressé pendant plusieurs semaines… Tout le monde n’est pas du genre angoissé, bien entendu (je me soigne, je vous assure) mais il me semble important de ne pas toujours se fier aux dates car les grossesses varient d’une femme à l’autre.

 

Enfin, dernière remarque, l’importance de travailler après le congé maternité est sans cesse rappelé. Vous ne trouverez point ici d’arguments qui vous conforteraient dans votre envie d’arrêter de travailler. Après tout, il s’agit d’un guide pour (futures) mères actives. Certes mais certains arguments m’ont gênée, comme si toutes les femmes avaient les mêmes envies. Le message est celui-ci (p. 16 : « 5 bonnes raisons de travailler enceinte »)

Après l’accouchement, vous en rêverez !

Pendant la grossesse, souvent la motivation n’est qu’un lointain souvenir : on aimerait cocooner devant Desperate Housewives avec un thé léger, en boule sur le canapé à parler à son ventre. (Ou alors aller dans un bar enfumé enchaîner les mojitos, mais c’est moins facile.) En revanche, après avoir accouché et être restée 2 mois chez vous en tête à tête avec un mini-humain qui hurle, pleure, salit tout, vomit, et ne vous fait même pas de câlin, vous n’aurez peut-être qu’une envie : foncer parler à des adultes dans un lieu où ne flotte pas une odeur de couches. Pensez-y.

Le sujet revient plusieurs fois dans le livre. Outre que la vision (sûrement humoristique) de la femme enceinte centrée sur son ventre et vautrée sur le canapé m’agace, je ne suis d’accord avec les arguments sous-jacents : non, toutes les femmes n’ont pas envie de reprendre le travail tout de suite après la naissance et non, il n’y a pas que le travail pour espérer parler avec des adultes. Ce n’est pas aussi simple que ça. J’ai plutôt envie de combattre les stéréotypes qui font du bébé un être inintéressant et de la jeune mère une personne à l’écart du monde, ayant perdu pas mal de neurones pendant la grossesse…

Et si l’auteur aborde le congé parental, c’est toujours en évoquant les risques. Je reconnais que ces arguments-là sont importants aussi mais, pour ma part, je ne suis pas persuadée que la reprise du travail aux deux mois du bébé soit la meilleure solution pour toutes les femmes (ni pour le bébé mais c’est encore une autre question…). Je comprends parfaitement l’importance du travail dans la vie d’une femme mais j’aurais aimé que l’auteur évoque les risques d’une reprise de travail trop tôt (avec pour conséquence le burn-out par exemple), pour équilibrer.

 

Je ne connais pas tous les livres en matière de grossesse mais il me semble que celui-ci est assez novateur, en ce qu’il aborde des sujets qu’on oublie un peu trop souvent. Vivre bien sa grossesse, c’est une chose, vivre bien sa grossesse en travaillant en est un autre !

 

Si l’ouvrage vous intéresse, il est disponible dans notre bibli volante (tous les détails sont ici).

 

Clem la matriochka