il y a quelques calendes, je vous présentais ici le livre d’Olivier Morel sur la violence éducative et le peu d’études réalisées sur ce phénomène, aussi vieux que l’humanité. Un propos a retenu toute mon attention : les personnes les plus volontaires à combattre les violences éducatives sont celles qui n’en ont pas subit étant enfant.

Je pense avoir été ce celles là. Mais je me retrouve aussi bien démunie face à mon gône de 4 ans et demi qui ne sait pas maitriser sa violence, qui repousse les limites de ce que nous, ses parents, pouvons supporter. Loin du monstre insupportable, il est parfois irritant de le voir franchir les barrières que nous tentons de mettre en oeuvre, avec une aisance crasse, avec cette nonchalance enfantine, cette innocente malice…

Trouver des ressources au fond de moi, pour ne pas craquer : mission presque impossible pour ne pas crier! C’est alors que la lecture aide. J’ai prêté mon « J’ai tout essayé » à des copains… la bibli des VI m’a permis de lire « Parents Bienveillants » de Noël Janis-Norton.

Voici le « Compliment Descriptif » pour faire de votre alien un petit d’homme civilisé. Et toutes le méthodes qui l’entourent, qui peuvent vous permettre de mettre en place une relation sereine entre vous et votre conjoint, entre vous et vos enfants.

Kesako le « Compliment Descriptif »?

« (…)le Compliment Descriptif consiste à remarquer et à mentionner très précisément ce que vos enfant ont bien fait ou ce qu’ils n’ont pas mal fait.

(…)le Compliment Descriptif permet aux enfants de savoir exactement ce que nous voulons qu’ils fassent, et ce qu’ils ne fassent pas. (…) en indiquant exactement à l’enfant ce qu’il a bien fait(ou n’a pas mal fait, le Compliment Descriptif lui offre un moyen infaillible d’obtenir encore plus d’attention positive. (…) cela les motive à essayer davantage de faire ce que l’on attend d’eux. »

 » le concept de Compliment Descriptif est facile à comprendre.

Il consiste à :

1.  Remarquer ce que l’enfant fait bien, ou au moins suffisamment bien

2. Dire à l’enfant exactement ce que vous constatez.

3. Eliminer toute forme de compliment évaluatif. »

J’ai zappé la partie  » ce que les parents font faute traditionnellement faute de savoir mieux faire », parce que j’aime pas les miroirs.

J’ai soupiré face au style redondant, qui, comme dans les talk-show made in USA, avance lentement, en ressasant ce qui a été vu et ce qu’on va voir juste-après-la-pub (y’a pas de pub dans le livre, je vous rassure).

Mais au final, je trouve le Compliment Descriptif intéressant à mettre en place. Il fait voir la vie du bon côté des choses. C’est l’éducation par l’exemple positif venu de l’enfant lui même. il oblige à réfléchir sur ce qui a avancé dans le comportement de l’enfant, à s’y intéresser, à s’y arrêter. Il est encourageant pour l’enfant : tien papa ou maman s’intéresse vraiment à ce que je fais, je vais le refaire… et en plus je le fais bien, je vais le faire mieux, je vais en faire plus… Un cercle vertueux en somme.

Il est  difficile de s’arrêter sur les petits points positifs… de leur accorder autant, voir plus, d’importance que les comportements négatifs. Et pourtant, ça marche.

Je l’ai expérimenté pour vous sur mon gône-bordelais de 4 ans. Et maintenant, il est beaucoup plus volontaire pour marcher sur de longues distances!

Un autre point positif du livre : l’entretien de préparation, ou comment encourager et anticiper les bonnes pratiques. Pour l’avoir aussi expérimenté sur le même p’tit bonhomme, je me rends compte que évoquer avec lui la situation qui s’annonce, le faire reflechir à ce qu’il doit faire, nous met tous dans un esprit positif, et les situations sont vécues plus sereinement.

Je n’ai pas fait de ce livre un précepte de vie de famille en harmonie. Je suis créative et je ne me fie pas à un seul point de vue. Pourtant, le Compliment Descriptif est maintenant plus présent : il fait partie de ma boite à outils éducatifs!

Muuuum