Dans l’imaginaire collectif, l’enfance est une sorte de paradis perdu. Je généralise, bien entendu. Mais si certaines personnes sont bien contentes d’en être sorties, combien rêveraient d’y retourner ? Retrouver ce temps où l’on avait presque pas de responsabilités, où tout nous semblait possible, où l’on avait le temps…

Personnellement, je n’ai pas la nostalgie de mon enfance, elle n’a pas été horrible, loin de là, mais je préfère la vie que j’ai maintenant. Pourtant, il m’arrive de rêver d’être à la place d’un petit enfant : avoir la possibilité de faire une sieste quotidienne, vivre au jour le jour, faire du toboggan au square d’à-côté, danser dans la rue et faire sourire les passants,…

J’arrête là, je suis une pente glissante. Je crains de vous y avoir emmenés avec moi. Pour me faire pardonner, je tiens à vous rappeler quelques mauvais souvenirs de l’enfance.

  • Vous souvenez-vous de l’école, des cours de récréation, des professeurs pas toujours bienveillants et des enfants bagarreurs ? Ce n’était pas facile tous les jours. Pour certains, c’était même l’enfer. Mère cruelle témoigne de cette époque où elle était rejetée, maltraitée même. Le harcèlement scolaire est réel, il faut en parler pour faire changer les choses ! Heureusement que notre contributrice a donné la parole à l’enfant qui est toujours en elle alors même qu’elle préférerait oublier cette période.
  •  Dans un autre registre, vous souvenez-vous du moment du coucher où les loups et autres créatures monstrueuses venaient s’installer sous votre lit ? Cauchemars, peur du noir… Avez-vous vraiment envie de revivre ça ? Je ne crois pas non. En revanche, c’est le moment d’aider vos propres enfants à passer outre cette peur. Lila nous donne quelques pistes grâce à de jolis livres.

Certes, dans le monde des adultes, on retrouve toutes ces choses sous d’autres formes mais on a plus de marge de manœuvre  on est maître de notre destin et ça change tout.

Bonne lecture !

Clem la matriochka