La punition… vaste sujet! Quelle définition peut-on lui donner? est-elle nécésaire? Comment l’appliquer? Donne-t-elle la limite des comportement acceptables à nos enfants?

Comme une litanie, c’est questions sont sous-jacentes aux 4 contributions que je vous présente.

 

LadyPirate13 se pose la question de l’enfant-roi. Cliché ou réalité sociale? Parents qui démissionnent ou trop laxistes? Comment aider ces parents et leurs enfants? Parce qu’il parait évident que le manque de limites nuit aux enfants. mais les limites de chacun ne sont pas les mêmes, ni celles de la société. On se conforme à ces dernières en publique, et dans la vie privée. La question essentielle n’est-elle pas « quelles sont mes propres limites, dans quel travers je ne souhaite pas aller? ». Et plus je lis cet article, plus me vient en tête cette question : qui est chargé de l’éductaion des enfants? Les parents, la société? Si les parents sont dépassés, faut-il les aider, travailler avec eux ou retirer les enfants? C’est un débat qui mérite approfondissement (comment ça? la question a été abordée lors des Rencontres?)

The Working Mum affirme que la punition est nécessaire. Oui, mais laquelle? Comment? Elle remet en cause d’un auteur classique des VI, pour obliger à aller plus loin. Finalement, personne ne croit les limites éducatives superflux, et WorkingMum nous aura peut-être montré que la question des limites est une question de fond tout autant que de forme.

Quand à Une Mère Ordinaire, elle cherche les réponses à la nécessité de la sanction : la responsabilisation de l’enfant serait l’objectif pour que la sanction soit la plus efficace.

Chacune de ces trois contributions est un essai de réponse à la question : Et moi, j’en suis où avec mon enfant dans l’éducation? Fais-je bien? (Je suis rassurée de savoir que je ne suis pas seule dans ce cas.) Et comment faire autrement, avec les valeurs qui m’ont été inculquées, avec la pression de la société : entre punition sévère et liberté extrème?

Alors, je me dis que lire l’article d’une Famille Heureuse est une voie qui s’ouvre : le respect serait-il une troisième route possible, parmi d’autres? reformulation des phrases clés de la vie de famille, écoute active… parfois les outils paraissent si simples et si beaux, qu’il semble irréels… et pourtant…avec un peu de travail une réflexion quotidienne, tout devient possible!

Muuuum