Le jeu, c’est du sérieux!

 

Pour mon anniversaire, j’ai reçu (entre autre) un bouquin de Sophie Marinopoulos « Dites-moi comment il joue, Je vous dirai comment il va ».

Rien que le titre m’a ravie. Parce que oui, le jeu est très important pour les petits (et les grands d’ailleurs aussi) et que ça permet à l’enfant de se construire petit à petit, et d’apprendre.
Le livre est divisé en différentes partie, allant de la naissance jusqu’au 7 ans de l’enfant. Il se finit avec des tableaux « ludomètre » qui donnent de idées moyennes d’à quel jeu joue un petit selon son âge.

J’avais quand même un peu peur que ce soit encore un livre un peu culpabilisant et qui essaie de mettre les enfants dans des cases bien ordonnées de « à tel âge, il fait ça » sans se soucier qu’un individu n’est pas l’autre, et que chacun avance à son rythme.
L’intro m’a rassurée sur ce point :

À chacun son rythme :
Comme c’est le cas sur le plan physique, les enfants ne grandissent pas tous psychiquement à la même vitesse. Il y en a qui commencent très jeunes, d’autres sur le tard. Cela n’a aucune incidence sur la santé.
L’idée n’est pas que l’enfant fasse vite, qu’il soit précoce, mais qu’il puisse franchir les étapes de sa croissance, qu’il acquière ce dont il a besoin pour être un enfant bien dans sa peau.
La question n’est donc pas de savoir à quel âge l’enfant doit maitriser tel ou tel acquis, mais bien : est-il sur la route de l’acquisition? Est-il dans un processus d’expérimentation de la vie?

Je trouve cela assez rare dans les livres sur les enfants pour apprécier à fond ce morceau de sagesse. ^^

De la même façon, l’auteure insiste sur le fait que les parents ne doivent pas se sentir juger ou culpabiliser, car le livre est conçu dans le but de les aider, pas de les enfoncer… Quand on sait comme on peut être vite (très vite même) juger en tant que parents (par les proches, le corps médical, de parfaits inconnus…), comme parfois on peut se mettre sur la défensive un peu trop rapidement en se sentant juger alors que non en fait, c’est bien aussi que l’auteure insiste sur ce point.

Le livre est donc organisé autour de différents thèmes de jeux, chaque thème dominant les autres à un moment de l’évolution de l’enfant :

L’enfant apprend à être et à devenir selon six grands centres d’intérêts. Ceux ci se superposent et restent actifs tout au long de sa vie, mais à chaque âge l’un d’entre eux prédomine sur les autres :
-de 0 à 8 mois, la sensorialité,
-de 8 à 18 mois : la motricité
-de 18 mois à 3 ans : l’affectivité
-de 4 à 5 ans : la sexualité
-de 5 à 6 ans : la relation
-7 ans et plus : le savoir

Après chaque thème, on trouve une fiche récapitulative, donnant également quelques conseils adaptés à l’âge de l’enfant. On y trouve aussi des consignes types « vous devez prendre conseil auprès d’un spécialiste si… » qui sont, à mon avis, à prendre avec des pincettes. Par exemple, Surprise pleure toujours un peu quand je le laisse chez nounou. Chez ses grands-parents, il pleure aussi si je change d’étage sans lui, quelques secondes. Je ne pense pas pour autant qu’il faille consulter mais le conseil correspondant à son âge pourrait le laisser penser pourtant…

Enfin, en fin de livre, on trouve des tableaux « ludomètre » qui donnent une idée de ce que l’on peut attendre comme jeu selon l’âge.  Chaque tableau a les différentes rubriques suivantes : « être, exister pour cet enfant, c’est… », « le rôle du parent », « Psychiquement », « le sens du jeu » et « quelques jouets ».

Je note par exemple, qu’à l’âge de Surprise, pour l’enfant, être, c’est avoir, que le parent a un rôle limitateur et que l’enfant a absolument besoin de limites. L’enfant commence à avoir la certitude que ce qu’il perd de vue existe toujours (notion de permanence de l’objet). Pour ce qui est du sens du jeu :

La découverte par l’enfant de so pouvoir affectif, avec l’apprentissage de la propreté en particulier, va l’entraîner vers des substituts où il déplacera ses affects. Il va s’agripper aux objets qu’il pourra jeter, lancer, frapper, malaxer. Il a besoin de jeux actifs et bruyants qui le défoulent. En même temps, il craint par courtes périodes la perte et la disparition, d’où l’importance des jeux pour jouer à faire « apparaitre et disparaitre ».

Sachant que cette phase va jusqu’au 3 ans… ça m’inspire une réflexion : Chiotte! On n’est pas sorti de la mouise! XD Où est le vendeur de boules quiès le plus proche? XD

Ca explique aussi le conseil de la dernière case de ce tableau : La solidité des jouets est primordiale pour cet âge destructeur…

Au moins, j’ai des arguments pour contrer le prochain qui me lourde parce que Surprise aime jeter les choses ou qu’il crie en jouant…. ^^

En bref, j’ai bien aimé ce livre, pratique, écrit dans des termes tout à fait compréhensible du commun des mortels et fort intéressant.

Et chez toi, le jeu, c’est comment?

Bonne vacances aux VI, j’ai hâte de lire les rediff commentées d’articles. Ma bonne résolution pour la rentrée : prévoir mes articles à l’avance, histoire qu’ils soient publiés le vendredi bien comme il faut. ^^

Si tu veux venir faire un petit tour chez moi, c’est par ici.

About these ads
Comments
12 Responses to “Le jeu, c’est du sérieux!”
  1. Dame Praline. dit :

    Ici elle commence à se raconter des histoires , elle « parle » à ses nounours, elle chante, elle embête le chat (et apprend le respect de l’animal en même temps), livre très intéressant donc, je le met sur ma liste « lecture » ^^

    • J’ai été étonné en entendant Surprise se lire un livre tout seul pendant la semaine chez ses grands-parents. Je ne m’attendais pas à ça si tôt en fait. ^^
      Et il joue à faire semblant de téléphoner aussi. C’est trop mignon et sa grand mère en est baba (« il est déjà dans le jeu symbolique! » ^^ C’est beau une manou qui gagate devant son petit fils. ;) XD)

  2. laetibidule dit :

    Ici quand les 3 s’y mettent, c’est des courses, des cries de joies (parfois de disputes), des sauts, et parfois (souvent) des jouets qui volent !!!
    La plus grande arrive à être plus calme et plus posée, mais mon fils est une vraie tornade blanche et c’est parfois dur de trouver l’équilibre entre son besoin de taper avec ses jouets sur d’autres jouets ou les meubles, de les lancer, et la sécurité des autres car souvent ils fait mal à ses soeurs quand elles on la malchance d’être sur la trajectoire et le respect pour les affaires d’autruis , car il à 3 ans et demi et il est toujours dans cette phase et il a aussi besoin de bcp crier !!!! Heureusement il a lui aussi des périodes de calme !!!
    Et tout les 3 adorent les livres.

    • Mon dieu, 3 ans et demi et j’ai l’impression que tu décris Surprise…. On n’est pas sorti de l’auberge! XD
      Comme tu dis, heureusement qu’il y a des périodes de calme. ;) En attendant, on essaie de lui apprendre le respect des autres et à faire attention à ce(ux) qu’il y a autour de lui…^^’

  3. mmedejantee dit :

    Merci de ta contribution!!!! Tu m’as bien donné envie de jeter un oeil à ce livre tiens!!! Après, malgré l’avertissement que tu as cité, et rien qu’au vu du titre, je me demande un peu si ça ne risque pas malgré tout de créer des inquiétudes injustifiées chez les nouveaux parents…d’autant que si j’en crois les intitulés des différentes parties, elles semblent calquées sur les stades freudiens…intéressant donc, mais pas parole d’évangile non plus!!

    • Oui, il ne faut peut être pas le mettre dans les mains de jeunes parents facilement stressés. Mais j’ai apprécié l’avertissement du début car je ne me rappelle pas l’avoir lu dans d’autres livres.
      Comme tu dis, ce n’est pas paroles d’évangiles. Un enfant n’est pas l’autre et chacun va à son rythme. L’important, c’est la progression. ;)
      Je t’avoues qu’au début, j’avais un peu peur aussi de me retrouver avec un bouquin où l’auteur essaie de me dire de façon autoritaire ce qu’il faut faire, ce que l’enfant doit faire à tel âge ou tel âge…^^
      Les pages « Vous devez demander conseil » notamment, sont à prendre avec des pincettes et beaucoup de recul. ;)

  4. drenka dit :

    Merci pour cet article – personnellement j’ai appris à ne pas Baye trop prêter attention à ce qui est dit en terme de « stade de développment » parce que c’est vrai qu’on finit toujours par s’inquiéter (le plus souvent sans raison parce que quand je vois les autres enfants de l’âge de mon fils, bin autant le mien n’a pas inventé la piudre (ENCORE!), autnat les autres sont pas plus avancés… ahem.
    En revanche tu me donnes envie de lire ce livre parce que je suis souvent très très peu inspirée pour choisir des jouets ou proposer des jeux.Si le livre donne des pistes en fonction de l’âge c’est déjà pas mal!

    • C’est plus des idées de style de jeux en fait. Et si c’est surtout pour ça que tu veux le livre, je peux te les envoyer par mail si tu préfères?
      Parce que c’est vraiment qu’une petite partie du livre, le reste décortique des exemples de jeux qu’on peut attendre selon l’âge, explique ce qu’est un jeu symbolique, sensoriel etc… du point de vue de la psychologue.
      (nan pasque le livre est quand même à 18 euros donc bon. ;) )

  5. Clochette dit :

    ça doit donner des idées, oui! Et déjà parler du jeu c’est sympa.

    pourtant je suis sceptique : »La découverte par l’enfant de so pouvoir affectif, avec l’apprentissage de la propreté en particulier, va l’entraîner vers des substituts où il déplacera ses affects. Il va s’agripper aux objets qu’il pourra jeter, lancer, frapper, malaxer.  »

    Pourquoi y aurait il un lien entre « propreté » ou plutôt continence et l’affectif? C’est très Freudien tout ça (donc déjà je suis méfiante), et je n’ai pas du tout observé ça chez moi. Mon fils a fait dans le pot quand lui l’a voulu, plus par imitation que parce que ça me faisait plaisir. A cet age l’enfant est surtout dans une phase d’autonomisation… Pis quant on pense à l’hygiène naturelle, ça remet un peu les choses à plat.

    Donc la base me semble un peu bancale pour ma part, après c’est surement très empirique donc surement des bonnes idées de jeux (et si ça peut rassurer, pourquoi pas), mais je ne m’attarderais pas sur les causes supposées de mon coté.

Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] La Farfa envisage quant à elle le jeu sous un angle complètement différent. Elle nous parle d’un ouvrage de Sophie Marinopoulos: Dites-moi comment il joue, Je vous dirai comment il va. Car jouer, c’est aussi  apprendre et se construire, et donc en observant le jeu, on pourrait dire beaucoup du développement de son enfant: […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 7 134 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :